Accéder au contenu principal

Periscope : voir avec les yeux des autres

Cela faisait un moment que je n'avais pas ressenti pareil intérêt pour une application. Certes, il y avait eu Snapchat, et la mode des contenus éphémères ; il y avait eu Secret, et les échanges anonymes. Mais après les premières années des médias sociaux, la découverte de Facebook, le coup de foudre pour Twitter, l'intérêt pour des plateformes comme Pinterest, ou Instagram, je restais un peu sur ma faim.

Des yeux - par millions - pour voir le monde

Voici maintenant du nouveau.
On le sait : les révolutions se déroulent, souvent, par vagues successives. Les applications de streaming vidéo (en particulier Periscope, récemment achetée par Twitter), constituent l'une des ondes les plus importantes de la révolution des médias sociaux, à mon avis.

Ces dernières années, on a pu voir à quel point tout le monde devenait - à son échelle - un média. N'importe quel internaute peut être témoin d'un événement de grande envergure, et le faire connaître à son réseau, d'abord, puis, par ricochets, au monde entier. C'est ce qui m'est arrivé, personnellement, quand j'ai vu, il y a quatre ans, un incendie près du Louvre. Et que je me suis retrouvé dans le Washington Post.

Avec Periscope, chacun devient un JRI (journaliste reporter d'images). Chacun peut filmer, en temps réel, et, toujours en temps réel, partager ce qu'il filme avec des centaines, des milliers, voire des centaines de milliers de téléspectateurs.


C'est exactement comme s'il était possible, de chez soi, de se connecter au smartphone des habitants du monde entier, de Montevideo à Hong-Kong, en passant par Bujumbura et Moscou. Comme s'il était possible de voir, avec les yeux des autres.

Du premier œil aux regards partagés

Faisons un petit détour par la philosophie, si vous le voulez bien, et replongeons-nous dans ces lignes de Schopenhauer, pour qui "des soleils et des planètes [ne sont rien] sans un œil pour les voir, sans une intelligence pour les connaître". 

Bien entendu, la science nous apprend qu'il y avait de l'inorganique avant l'apparition des premiers êtres vivants sur Terre. "La matière a dû subir une longue série de transformations, avant que le premier œil ait pu s'ouvrir". Et pourtant, affirme Schopenhauer, "c'est bien de ce premier œil une fois ouvert (fût-ce celui d'un insecte) que tout l'univers tient sa réalité ; cet œil était, en effet, l'intermédiaire indispensable de la connaissance, pour laquelle et dans laquelle seule le monde existe, sans laquelle il est impossible même de le concevoir". 

Le monde n'est que représentation. Il n'est qu'à partir du moment où il se perçoit, et se conçoit
Fin de la parenthèse philosophique.

Being John Malkovich

Aujourd'hui, de nouveaux yeux s'ouvrent tous les jours, et l'on peut voir à travers eux. Il suffit de se connecter à cette fameuse application, Periscope, et l'on peut, comme je l'ai fait récemment, découvrir la vue d'un Péruvien qui admire le soleil couchant, de sa chambre d'hôtel, ou regarder ce jeune Coréen, qui prépare son petit-déjeuner. Le tout, en direct.

On peut visiter en live les locaux de Twitter, en Californie, ou bien parcourir les rues de Montmartre, embarqué sur le vélo d'un touriste de passage à Paris, et qui recherche en vain le café des deux Moulins (celui d'Amélie Poulain). On peut réagir, et guider ce dernier, lui indiquer la bonne route. Plaisanter avec lui. Being John Malkovich n'est plus de la science-fiction. Très bientôt, on pourra voir avec les yeux de Madonna, de James Franco, ou de Barack Obama. En temps réel.

Je ne sais pas si c'est pleinement réjouissant. Mais ce qui est certain, c'est que le monde des médias va prochainement subir un nouveau bouleversement. D'une ampleur sans précédent, sans doute.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr