Pourquoi les secrets n'ont pas leur place online.


Dans une société où chacun gère son image, protège son e-réputation, soigne son profil Facebook, tout en se montrant de plus en plus utilisateur des médias sociaux, on peut considérer que tout ce qui n'est pas visible en ligne demeure secret.

Le secret, à l'origine, du moins étymologiquement, signifie “ce qui est à part, séparé de”. Aujourd'hui, il faut comprendre cela littéralement. Le secret de chacun est ce qui reste isolé, caché, a fortiori ce qui reste offline. Il faudrait être fou ou très imprudent pour se livrer pleinement à un confident aussi peu scrupuleux que l'est Facebook, ou Google.

C'est la raison pour laquelle j'écrivais, il y a plusieurs années déjà, que ma vie ne serait jamais en ligne. Mon for intérieur n'est pas numérique, il est bien réel, physique, à l'abri des regards et de la NSA.

Il n'y a peut-être rien qui ennoblit plus un être humain que de savoir garder un secret”. Sören Kierkegaard

À l'heure de l'information continue, du temps réel, de Twitter, des médias perpétuels, il n'est pas aisé de garder quoi que ce soit secret, sur le long terme. Cela devient vite pesant, usant, et des témoignages récents en attestent clairement. Pour s'en sortir, on peut décider de rompre le secret.


Ou de le garder pour soi, malgré tout, avec ce que ça comporte de difficultés.

Mais je m'interroge : est-ce que tous les gens que je vois quotidiennement sur les plateformes sociales ont des secrets ? Combien gardent pour eux ces histoires tues, ces confidences qui se font silencieuses, ces aveux qui refusent de s'exprimer ? Quels sont les secrets de ces personnes qui sont “mes ami(e)s” sur Facebook, et que j'ignore encore ?

Le rêve de Facebook

Facebook, justement. Le rêve de ce réseau est de connaître, un jour, vos secrets. Il vous pose la question tous les jours, insidieusement : “what's on your mind?”. C'est bien cela qui l'intéresse. Il l'exprime clairement en affirmant fièrement (ici) qu'il sait deviner précisément quand vous tombez amoureux.

Mais Facebook n'est pas le seul.

Une nouvelle application mobile, justement baptisée "Secret", se propose de vous libérez de vos secrets, anonymement. Vous n'avez pas besoin de vous créer un compte, à proprement parler. Vous vous exprimez simplement, tranquillement, et vous êtes notifié sur votre téléphone quand quelqu'un “like” ou commente votre publication.


Confidences sur l'oreiller

Toutes les applications de partage éphémère s'inscrivent en un sens dans la même logique. Si c'est éphémère, c'est déjà un début. Le secret ne se propagera pas de façon trop vulgaire, trop explicite. Les contenus intimes - quels qu'ils soient - ne seront pas étalés à la vue de tout le monde.

Mais je crois, au fond, que les vrais secrets sont ceux qui demeureront loin de ces sphères technologiques-là. Ils resteront ces mots murmurés de personne à personne, sur l'oreiller, un soir d'hiver. Ces chuchotements éternels, confiés à une personne de confiance.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Du nœud au dénouement