Accéder au contenu principal

Periscope : voir avec les yeux des autres

Cela faisait un moment que je n'avais pas ressenti pareil intérêt pour une application. Certes, il y avait eu Snapchat, et la mode des contenus éphémères ; il y avait eu Secret, et les échanges anonymes. Mais après les premières années des médias sociaux, la découverte de Facebook, le coup de foudre pour Twitter, l'intérêt pour des plateformes comme Pinterest, ou Instagram, je restais un peu sur ma faim.

Des yeux - par millions - pour voir le monde

Voici maintenant du nouveau.
On le sait : les révolutions se déroulent, souvent, par vagues successives. Les applications de streaming vidéo (en particulier Periscope, récemment achetée par Twitter), constituent l'une des ondes les plus importantes de la révolution des médias sociaux, à mon avis.

Ces dernières années, on a pu voir à quel point tout le monde devenait - à son échelle - un média. N'importe quel internaute peut être témoin d'un événement de grande envergure, et le faire connaître à son réseau, d'abord, puis, par ricochets, au monde entier. C'est ce qui m'est arrivé, personnellement, quand j'ai vu, il y a quatre ans, un incendie près du Louvre. Et que je me suis retrouvé dans le Washington Post.

Avec Periscope, chacun devient un JRI (journaliste reporter d'images). Chacun peut filmer, en temps réel, et, toujours en temps réel, partager ce qu'il filme avec des centaines, des milliers, voire des centaines de milliers de téléspectateurs.


C'est exactement comme s'il était possible, de chez soi, de se connecter au smartphone des habitants du monde entier, de Montevideo à Hong-Kong, en passant par Bujumbura et Moscou. Comme s'il était possible de voir, avec les yeux des autres.

Du premier œil aux regards partagés

Faisons un petit détour par la philosophie, si vous le voulez bien, et replongeons-nous dans ces lignes de Schopenhauer, pour qui "des soleils et des planètes [ne sont rien] sans un œil pour les voir, sans une intelligence pour les connaître". 

Bien entendu, la science nous apprend qu'il y avait de l'inorganique avant l'apparition des premiers êtres vivants sur Terre. "La matière a dû subir une longue série de transformations, avant que le premier œil ait pu s'ouvrir". Et pourtant, affirme Schopenhauer, "c'est bien de ce premier œil une fois ouvert (fût-ce celui d'un insecte) que tout l'univers tient sa réalité ; cet œil était, en effet, l'intermédiaire indispensable de la connaissance, pour laquelle et dans laquelle seule le monde existe, sans laquelle il est impossible même de le concevoir". 

Le monde n'est que représentation. Il n'est qu'à partir du moment où il se perçoit, et se conçoit
Fin de la parenthèse philosophique.

Being John Malkovich

Aujourd'hui, de nouveaux yeux s'ouvrent tous les jours, et l'on peut voir à travers eux. Il suffit de se connecter à cette fameuse application, Periscope, et l'on peut, comme je l'ai fait récemment, découvrir la vue d'un Péruvien qui admire le soleil couchant, de sa chambre d'hôtel, ou regarder ce jeune Coréen, qui prépare son petit-déjeuner. Le tout, en direct.

On peut visiter en live les locaux de Twitter, en Californie, ou bien parcourir les rues de Montmartre, embarqué sur le vélo d'un touriste de passage à Paris, et qui recherche en vain le café des deux Moulins (celui d'Amélie Poulain). On peut réagir, et guider ce dernier, lui indiquer la bonne route. Plaisanter avec lui. Being John Malkovich n'est plus de la science-fiction. Très bientôt, on pourra voir avec les yeux de Madonna, de James Franco, ou de Barack Obama. En temps réel.

Je ne sais pas si c'est pleinement réjouissant. Mais ce qui est certain, c'est que le monde des médias va prochainement subir un nouveau bouleversement. D'une ampleur sans précédent, sans doute.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…