Accéder au contenu principal

Ce que je vois, chaque jour…

L'œil s'ouvre. Il est 7h, et mon réveil me tire d'un rêve probablement merveilleux. J'ai les yeux encore pleins de sommeil. Comme 60 % des Français, je consulte pourtant mon téléphone dès les premiers instants de la journée. Et comme une personne sur deux, je regarde si j'ai des notifications sur Facebook, ou Twitter.

Devant ma rétine défilent déjà des contenus variés, des photos, des actualités, des publicités diverses, des messages de toutes sortes. Des mails. Mes yeux savent où regarder, où piocher l'information, ils n'errent pas en vain sur une page web. Ils viennent cueillir, simplement, le message inbox, dès lors qu'ils repèrent l'icône en haut à droite.

La journée commence. D'ici quelques minutes, je serai dans la rue, sur mon vélo, ou dans le métro. Je verrai alors Paris, sous un soleil étincelant. Tous ces gens qui s'affairent, qui se pressent, qui se ruent, se bousculent. Je verrai ces mines réjouies, aussi, à la terrasse des cafés. S'il m'arrive de traverser la Seine, j'admirerai, comme toujours, l'île de la cité, les tours lointaines de Notre-Dame, et les couleurs du printemps sur le fleuve agité. Je penserai probablement au poème de Guillaume Apollinaire : sous le pont Mirabeau. J'avais neuf ans quand je l'ai appris pour la première fois. Je savais peu de choses, à l'époque, des histoires d'amour, ou du temps qui file, sans cesse. Mais je peux aujourd'hui me le réciter à voix basse, si je le souhaite. Et ça, c'est précieux.

Le nombre de vues

Il n'y a aucune application - pour l'instant, et heureusement, sans doute - qui me permette de savoir combien de fois j'ai vu telle ou telle chose, au cours de la journée. Combien de regards j'ai pu échanger avec combien de personnes. Les applications de Quantified Self se contentent pour le moment de mesurer le nombre des pas que l'on fait, le nombre de calories que l'on ingère.

Je sais, malgré tout, selon plusieurs études, que mes yeux voient en moyenne entre 500 et 2000 publicités, chaque jour. Je sais aussi que mon regard se posera sur mon mobile 150 fois aujourd'hui. Cela fait beaucoup, quand on y pense. Et nous vivons dans un monde où ce que l'on voit importe plus que tout : ce qui intéresse les marketeurs, bien souvent, c'est le nombre de "vues". Le nombre de téléspectateurs. Ce que l'on veut savoir, c'est combien de paires d'yeux se trouvaient effectivement devant telle ou telle émission, à l'instant T.

Je pensais à ça, tout à l'heure. Et j'avais envie de fermer les yeux. On ferme toujours les yeux pour une bonne raison. On ferme les yeux quand on dort, quand on rêve ; on ferme les yeux quand on plonge la tête sous l'eau, dans son bain, ou dans l'océan ; on ferme les yeux quand on cherche à se souvenir d'un moment essentiel ; on ferme les yeux - surtout - quand on embrasse la personne que l'on aime.

Cela m'invite à conclure avec cette citation de René Char que j'aime beaucoup : "Si l'homme, parfois, ne fermait pas souverainement les yeux, il finirait par ne plus voir ce qui vaut d'être regardé". 

illustration Kollected ©

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi