Accéder au contenu principal

La force de ce qui n'existe pas

 

Combien de bâtons nous mettons-nous nous-mêmes dans nos propres roues ? Quand nous sommes de mauvaise humeur, par exemple, que nous interprétons chaque événement d'une journée à l'aune d'un sentiment diffus, incompréhensible, qui nous échappe en partie. Les portes du métro se ferment un matin sous mon nez, à l'instant même où j'arrive sur le quai, et c'est toute ma journée qui s'en trouve chamboulée ; chaque micro-élément fâcheux venant alors confirmer que ce jour était destiné à être maussade. 

"La plupart de nos ennuis sont notre création originale", écrit Paul Valéry dans Tel Quel. Nous sommes bien souvent nous-mêmes à l'origine de ce qui nous arrive et incontestablement à l'origine de la façon dont nous vivons ce qui nous arrive. La réalité brute est rarement ce qui est en jeu. Ce sont nos impressions, nos sentiments, nos doutes, nos névroses, nos inquiétudes qui sont la plupart du temps à l'œuvre. 

"I got ninety-nine problems but a bitch ain't one", Jay Z

La façon dont nous percevons les événements de notre vie détermine davantage notre bien-être que les événements tels qu'ils sont. Rien de bien original là-dedans. J'imagine que cela a été théorisé depuis l'antiquité bon nombre de fois. J'aime m'en souvenir aussi souvent que possible, malgré tout. Chercher à objectiver ce qui advient. Revenir à la situation elle-même, épurée, sans ce que j'y mettais auparavant.

Cependant, c'est en lisant une autre formule de Paul Valéry que je révise quelque peu mon jugement aujourd'hui : Que serions-nous sans le secours de ce qui n'existe pas ?”. Les forces de l'esprit ne sont pas seulement celles qui nous créent des nœuds terribles au cerveau. Elles peuvent aussi être à l'origine de nos passions, de notre courage, de notre audace. De notre espérance. 

Ce qui n'existe pas peut aussi nous apaiser, nous rassurer. Croire en sa bonne étoile, en son destin. Sentir son intuition nous guider dans un choix. Se dire que l'on peut y arriver, sans savoir pourquoi rationnellement, mais se le dire quand même. Imaginer. Réaliser ce qui semble impossible.

La force des mythes, des croyances, des espoirs collectifs. 

Il faudrait pouvoir choisir dans ce qui n'existe pas les aspects positifs, bienveillants, secourables… et délaisser le lot d'ennuis divers et d'inquiétudes poisseuses qu'il charrie quelquefois.

Illustration © Mind

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc