Accéder au contenu principal

Ensemble, face à la nuit

Dans la nuit profonde de ce mois de décembre, intense, encore légèrement pluvieuse, je m'enfonce. Mon pull en laine, mon manteau et mon écharpe me permettent de résister aux bourrasques des boulevards. Une nouvelle fois, je rentre à pieds du travail. Comme tous ces autres qui - depuis quelques jours - partagent avec moi ces trottoirs détrempés, eux-mêmes emmitouflés pour échapper aux froides gifles de vent.

La nuit, du matin au soir

J'avais mis mon réveil tôt ce matin, pour aller au sport, et commencer ainsi la semaine dans une forme olympique. En ouvrant les yeux dans l'obscurité dense de ma chambre, j'ai d'abord hésité. Le bruit de la pluie sur les toits a alors redoublé. Les dieux de l'Olympe semblaient avoir un autre programme pour moi ce matin. J'ai donc bu mon café tranquillement.

C'est dans cette nuit d'hiver que l'on passe le plus clair de notre temps, en ce moment. Cela crée de nouvelles impressions et de nouvelles envies. Face à l'ombre, nous avons besoin de nous retrouver, de nous réchauffer, de nous réunir.

"Take me out tonight,
Where there's music and there's people
Who are young and alive".

Noël est d'ailleurs né de cette inclinaison naturelle, humaine, de résister à l'obscurité qui envahit tout en décembre. "Lorsque les jours deviennent plus courts que les nuits, arrivent les fêtes de la lumière. Fête des lanternes en Allemagne le 11 novembre, fête de la Sainte Lucie en Suède le 13 décembre, où les jeunes filles portent sur leurs cheveux une couronne de bougies" (source : Noël, une fête laïque). On connaît aussi la fête des Lumières à Lyon, en France, au début du mois de décembre. Le principe demeure le même : il s'agit de résister à la nuit.


"Dans les pays du Nord, on utilise un chandelier avec quatre bougies : on en allume une chaque dimanche avant Noël". À mesure que la nuit s'intensifie, une nouvelle lumière apparaît.

"Take me out tonight
'Cause I want to see people and
I Want to see lights".

De nombreuses traditions, habituelles à cette période de l'année, nous viennent de ce besoin d'illuminer un peu nos soirées hivernales. "C'est pour mettre de la lumière dans la vie d'hiver qu'on allume aussi les bougies dans le sapin (aujourd'hui remplacées par les guirlandes électriques)". Et la bûche, que l'on mange maintenant, glacée (…), est [à l'origine] une énorme pièce de bois qu'on mettait dans la cheminée le soir du 24 décembre et qui brûlait la nuit entière, éclairant la pièce où tous se retrouvaient à la veillée, et qui brûlait les jours suivants, jusqu'au 6 janvier". 

Lumière et chaleur humaine

Ainsi, ce n'est peut-être pas tout à fait un hasard si vous ressentez en ce moment l'envie de partager un moment avec quelqu'un, de retrouver des gens que vous aimez, de vous blottir dans les bras de l'être cher. Peut-être pas un hasard si vous voulez sortir, prendre un verre, discuter - non pas jusqu'à la nuit tombée, puisqu'elle est tombée depuis longtemps, mais, disons, jusqu'au bout de la nuit. Peut-être pas un hasard ce sentiment de magnétisme vers l'autre qui se renforce.

"There is a light that never goes out".

Les comédies romantiques qui foisonnent à cette période de l'année illustrent simplement cette aspiration universelle. En fin de compte, ce n'est peut-être que l'instinct - ce même instinct qui invitait les hommes il y a 200 000 ans déjà à se regrouper face à la nuit - qui nous amène à nous rassembler lorsque le froid et la nuit prennent plus de place dans nos vies.

Qu'importe la cause après tout ! L'essentiel, sans doute, est que cela nous permet de nous retrouver.

Source illustrations : Stranger nights.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou