Accéder au contenu principal

Ensemble, face à la nuit

Dans la nuit profonde de ce mois de décembre, intense, encore légèrement pluvieuse, je m'enfonce. Mon pull en laine, mon manteau et mon écharpe me permettent de résister aux bourrasques des boulevards. Une nouvelle fois, je rentre à pieds du travail. Comme tous ces autres qui - depuis quelques jours - partagent avec moi ces trottoirs détrempés, eux-mêmes emmitouflés pour échapper aux froides gifles de vent.

La nuit, du matin au soir

J'avais mis mon réveil tôt ce matin, pour aller au sport, et commencer ainsi la semaine dans une forme olympique. En ouvrant les yeux dans l'obscurité dense de ma chambre, j'ai d'abord hésité. Le bruit de la pluie sur les toits a alors redoublé. Les dieux de l'Olympe semblaient avoir un autre programme pour moi ce matin. J'ai donc bu mon café tranquillement.

C'est dans cette nuit d'hiver que l'on passe le plus clair de notre temps, en ce moment. Cela crée de nouvelles impressions et de nouvelles envies. Face à l'ombre, nous avons besoin de nous retrouver, de nous réchauffer, de nous réunir.

"Take me out tonight,
Where there's music and there's people
Who are young and alive".

Noël est d'ailleurs né de cette inclinaison naturelle, humaine, de résister à l'obscurité qui envahit tout en décembre. "Lorsque les jours deviennent plus courts que les nuits, arrivent les fêtes de la lumière. Fête des lanternes en Allemagne le 11 novembre, fête de la Sainte Lucie en Suède le 13 décembre, où les jeunes filles portent sur leurs cheveux une couronne de bougies" (source : Noël, une fête laïque). On connaît aussi la fête des Lumières à Lyon, en France, au début du mois de décembre. Le principe demeure le même : il s'agit de résister à la nuit.


"Dans les pays du Nord, on utilise un chandelier avec quatre bougies : on en allume une chaque dimanche avant Noël". À mesure que la nuit s'intensifie, une nouvelle lumière apparaît.

"Take me out tonight
'Cause I want to see people and
I Want to see lights".

De nombreuses traditions, habituelles à cette période de l'année, nous viennent de ce besoin d'illuminer un peu nos soirées hivernales. "C'est pour mettre de la lumière dans la vie d'hiver qu'on allume aussi les bougies dans le sapin (aujourd'hui remplacées par les guirlandes électriques)". Et la bûche, que l'on mange maintenant, glacée (…), est [à l'origine] une énorme pièce de bois qu'on mettait dans la cheminée le soir du 24 décembre et qui brûlait la nuit entière, éclairant la pièce où tous se retrouvaient à la veillée, et qui brûlait les jours suivants, jusqu'au 6 janvier". 

Lumière et chaleur humaine

Ainsi, ce n'est peut-être pas tout à fait un hasard si vous ressentez en ce moment l'envie de partager un moment avec quelqu'un, de retrouver des gens que vous aimez, de vous blottir dans les bras de l'être cher. Peut-être pas un hasard si vous voulez sortir, prendre un verre, discuter - non pas jusqu'à la nuit tombée, puisqu'elle est tombée depuis longtemps, mais, disons, jusqu'au bout de la nuit. Peut-être pas un hasard ce sentiment de magnétisme vers l'autre qui se renforce.

"There is a light that never goes out".

Les comédies romantiques qui foisonnent à cette période de l'année illustrent simplement cette aspiration universelle. En fin de compte, ce n'est peut-être que l'instinct - ce même instinct qui invitait les hommes il y a 200 000 ans déjà à se regrouper face à la nuit - qui nous amène à nous rassembler lorsque le froid et la nuit prennent plus de place dans nos vies.

Qu'importe la cause après tout ! L'essentiel, sans doute, est que cela nous permet de nous retrouver.

Source illustrations : Stranger nights.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq