Accéder au contenu principal

Une impression de déjà-vécu

C'est comme s'il y avait plus de sève dans les branches, plus de sang dans les veines, plus de soif, plus d'envie, plus d'intensité dans les regards, plus de.

L'été est là, qui bat, qui pulse, qui presse. "Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir". Merci Baudelaire. Il fait beau. Il fait chaud. Et c'est tant mieux. J'augmente le volume, dans mon casque. J'ai envie de danser, en descendant les marches du métro parisien. Envie de sourire derrière la vitre du bus, devant cette ville qui fourmille sous mes yeux. Envie de terrasses, envie de flâneries, envie de verres qui se remplissent puis se vident, envie de nouveau, envie.

Et il y a ce sentiment de déjà-vu, de déjà-vécu, de déjà-ressenti. Je suis né en Juillet. Des étés, j'en ai vu passer plein. Ce sentiment de vie qui s'intensifie, qui pousse, qui pulse, qui presse, je le connais par cœur. Il m'est familier. Comme le sera l'automne qui suivra, avec son cortège de feuilles qui tombent lentement, de branches qui se déshabillent sur les boulevards, avec sa pluie battante et son vent du Nord. Avec sa nuit profonde et ses phares de voiture. "Ô Saisons, ô châteaux, quelle âme est sans défaut ?". Merci Rimbaud.

Les algorithmes du souvenir

Mon iPhone me propose de revoir les photos "prises ce jour là", en 2017, en 2016, en 2013, etc. Comme s'il avait compris cet état légèrement nostalgique dans lequel nous nous trouvons tous, si souvent. Les algorithmes du souvenir sont là pour resservir les plats, ou pour remuer le couteau dans la plaie. Facebook aussi, avec ses sauts dans le temps, proposés l'air de rien : "ce jour-là". Back then. Me revoilà, contemplant ces images du passé qui réapparaissent sur ma Timeline. "Sur le Pont Neuf j’ai rencontré. L’ancienne image de moi-même. Qui n’avait d’yeux que pour pleurer. De bouche que pour le blasphème". Merci Aragon.

Je n'ai pas besoin de ces algorithmes pour me souvenir. Il suffit de marcher dans ces rues, de m'asseoir dans ces cafés, de prendre ces lignes de métro, de traverser ces parcs, pour que tout me revienne. Les ombres de ma vie parcourue sont un peu partout. "Les jours passent, comme de l'eau courante. Les jours passent. Comme la vie est lente et comme l'espérance est violente". Merci Apollinaire.

Nostalgiquement tourné vers l'avenir

C'est passé. Ça s'est passé. Tout recommence, tout repart, et tout peut changer de nouveau. De la nostalgie - même transformée en mélancolie -, je veux tirer une force, une envie nouvelle, des projets. La Sodade, oui, à condition qu'elle devienne un moteur. "Tenir le pas gagné", toujours. Être résolument moderne. Je veux accomplir, transformer, imaginer. Déplacer des montagnes Sainte-Geneviève, reprendre la Bastille, conquérir le nouveau monde imaginaire.

Je le connais, ce sentiment là. Je ne le vis pas pour la première fois, cet été qui vrombit. Tant mieux, on est plus fort quand on est préparé. On est mieux armé quand on a l'expérience de la vie. Une nouvelle vague, c'est une nouvelle occasion. Une nouvelle montagne, c'est une nouvelle ascension. “La vie est une chose grave. Il faut gravir”. Merci Reverdy.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent