Accéder au contenu principal

Faire l'expérience

Je suis dans le Sahel. Mes pieds glissent dans le sable chaud des dunes. Ces dernières dessinent des vagues lumineuses à perte de vue, offrant un panorama inédit à mon regard. Le désert est un horizon. Je marche seul dans le soir, découvrant ce nouvel univers, avant de revenir à la tente que nous avons plantée au cœur de cet espace infini de sable et de vent.

Les sensations sont nouvelles. Jamais aucun spectacle de cette nature ne s'est offert à ma vue. Jamais l'air que je respire n'a été aussi doux. J'appréhende les risques éventuels, en escaladant les dunes, en avançant prudemment sur leur cime. Je me demande si d'aventure je ne vais pas me laisser entraîner par le sable, dans une avalanche d'un genre nouveau. Mon imagination se réveille, comme celle d'un enfant : le désert m'évoque des scorpions, des fourmis rouges et des sables mouvants. Quel danger inconnu peut bien me guetter ici ?
Rien n'arrive pourtant. La nature ne me veut aucun mal. Mes pieds peuvent glisser librement dans le sable chaud. Sensations.


***

Je suis dans un avion, au-dessus de la Baie d'Hudson, au large du Canada. Départ de Paris. Destination : Los Angeles. Je n'ai pas encore vingt ans. Je devine l'hôtesse, à l'arrière de l'appareil, qui pleure, en tenant son visage dans ses mains. Je suis alerte. Certains passagers ont commencé à faire leurs prières. Nous filons dans le ciel à mille km/h, avec une fissure dans le pare-brise de l'avion. Un feu s'est déclenché dans le cockpit et nous devons faire un atterrissage d'urgence sur "une aire de dégagement".

Adrien est à côté de moi. Notre amitié est naissante. Nous nous connaissons depuis quelques mois seulement. Dans une quinzaine de minutes, tout peut s'achever. Je ne réalise pas ce qui se passe, mais, comme tous les passagers, je suis terrifié intérieurement. "Tu vas vivre quelque chose que personne, peut-être, n'a jamais pu raconter" : voilà la pensée qui me vient. Une façon détournée d'imaginer la mort, sans trop lui donner de consistance.

Les roues finissent par crisser sur la piste de cet aéroport de tourisme, et nous sommes sains et saufs. Dans quelques heures nous descendrons de cet appareil infernal par les tobogans. Nous serons sauvés. Soulagement.


***

Je suis encore enfant. Les skis sont plantés dans la neige. J'ai suivi tant bien que mal mon père à travers les pins. Mon frère est déjà assis, sur le talus. Mes jambes sont légères de fatigue. Nous nous sommes arrêtés après avoir descendu les pistes toute la matinée pour pique-niquer dans un contre-espace qui semble avoir été créé pour nous.

L'odeur des arbres, la fraîcheur de la neige à mes pieds, les rayons du soleil qui traversent les branches et dorent mon visage : tout concourt à l'instant. Le sac qui s'ouvre, les sandwichs préparés que l'on saisit, le goût du pain, du beurre, du jambon et des cornichons. Les jus dont on perce l'opercule avec le bout tranchant de la petite paille.

Plus tard, nous serons de nouveau sur les pistes. Grisés par la vitesse, la liberté, et le plaisir d'être ensemble, mon père, mon frère et moi. Puis ce sera l'heure du retour, de la crêpe au chocolat en bas des pistes, du retour au Chalet pour retrouver ma mère, et mes cousins. Nous construirons un igloo et jouerons le soir à la Torpille. Excitation.


***

De nombreux souvenirs, ou le souvenir de nombreuses choses, c'est ce que l''on nomme expérience”, écrivait Hobbes. J'ai plusieurs fois partagé le souvenir d'expériences sur ce blog. De mon accident en Espagne aux phares des voitures, dans la nuit, en passant par toutes les dernières fois. Je prends conscience que de nombreuses expériences vécues m'accompagnent désormais. Elles font ce que je suis. Elles viennent sculpter mes rêves, inspirer mes envies, et parfois nourrir mes peurs.

Faire l'expérience. Tout est là. Ne pas se laisser entraîner par la tiède monotonie du quotidien. Se forcer à ressentir, à percevoir ce qui demeure inaperçu. Prendre une seconde pour éprouver, pour discerner, pour apprécier la lumière, la chaleur, l'originalité de ce que l'on vit. 

En bien, en mal, en exceptionnel ou en ordinaire, l'expérience peut s'offrir à celui qui la saisit. Nous vivons dans un monde où nous pouvons voyager, découvrir, imaginer, rencontrer, et même accéder à l'inaccessible. Même les technologies d'aujourd'hui nous ouvrent de nouvelles façons d'expérimenter. C'est ce que je trouve complètement génial avec la Réalité Virtuelle. Je peux voir avec les yeux d'un autre. Je peux plonger dans un environnement complètement différent en une seconde.

Je peux faire l'expérience en un instant de saut en parachute, de découverte spéléologique, de téléportation, et même, bien sûr, de voyage dans le temps.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,