Accéder au contenu principal

Facebook, merci pour ce moment

Facebook s'est bien planté, cette année. En proposant aux internautes ce fameux module "Year in Review", le réseau social voulait bien faire. C'était une façon de montrer à quel point il connaissait ses utilisateurs, une façon de nous remercier de partager autant de données personnelles avec lui.

Le problème, c'est que peu d'internautes ont envie de voir leur vie exposée en ligne. Nombreux sont soucieux des informations que les marketeurs accumulent à leur endroit. Ce module proposé au moment des fêtes de fin d'année par Facebook met une nouvelle fois au grand jour sa volonté de récolter tout ce qui concerne l'existence de chacun. Pour ceux qui en doutaient encore, ou qui refusaient de le voir, c'est maintenant explicite.

La limite algorithmique

L'année dernière, déjà, il était possible de créer son "journal de l'année". Simplement, c'était une option discrète sur le profil de chacun, et l'on pouvait l'activer si on le souhaitait. La logique était la même, mais l'approche plus subtile. Il faut donner aux internautes la possibilité d'agir, mais ne pas chercher à leur forcer la main. Ce Noël, c'était comme imposé, dans le newsfeed des uns et des autres, avec une phrase, par défaut : "It's been a great year! Thanks for being a part of it".

C'est là la première erreur, à mon sens. Il y avait un caractère intrusif, qui rappelait également la tendance de Facebook à décider à votre place ce qui vous correspond.


Le deuxième problème, simple, mais de taille, c'est que tout le monde n'a pas passé une bonne année. Les familles d'otages américains décapités, par exemple, n'avaient pas forcément envie d'une rétrospective imposée. Un article du Washington Post a été pas mal partagé ces 24 dernières heures, sur ce thème.

Un homme qui avait perdu sa fille de six ans, au début de l'année 2014, atteinte d'une tumeur au cerveau, raconte par exemple son désarroi face au post généré automatiquement par Facebook, avec la photo de sa fille défunte entourée de décorations festives. Ou comment les algorithmes maladroits viennent tourner le couteau dans une plaie encore ouverte.

Pour Facebook, tout le monde est heureux

En 2013, justement, je n'avais pas voulu générer cette "année en revue". J'avais connu à mon échelle une sale année : un cambriolage, l'effondrement d'un mur entier de mon logement, des travaux pénibles, un déménagement improvisé, une rupture amoureuse, un accident grave de santé, et le décès d'une personne que j'aimais. Ça faisait beaucoup, pour une année. J'avais plus que jamais envie de me tourner vers l'avenir.

Le monde de Facebook est un monde de likes pas de dislikes. Tout y est beau. Tout y est propre et joyeux. Il est inimaginable qu'on passe une mauvaise année. L'impératif du bonheur est catégorique. C'est comme si les inventeurs de ce module de fin d'année étaient incapables de comprendre leur maladresse, tant ils sont imprégnés de l'état d'esprit facebookien.


L'optimisme souffre mal la rétrospective. Sans changer radicalement de philosophie, Facebook ferait peut-être mieux de se tourner vers l'avenir, lui aussi. De générer avec ses algorithmes intelligents les raisons d'y croire, pour l'année qui s'ouvre.

Pour 2015 en effet, la page est encore blanche. L'année est vierge de tout événement. Il n'y a encore eu aucune nouvelle, aucun drame, aucun fait divers. Pas d'attentat, pas de catastrophe naturelle, pas d'assassinat. Les chiffres du chômage ne viennent pas encore enfoncer, chaque mois, le clou de la morosité ambiante. Il y a même des signes qui laissent espérer la reprise. On peut souhaiter le meilleur, sans être contredit, pour le moment.

C'est ce rôle là que Facebook devrait jouer, à mon avis, s'il continue de vouloir construire un monde plus connecté, et surtout moins morose.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi