Accéder au contenu principal

Facebook, merci pour ce moment

Facebook s'est bien planté, cette année. En proposant aux internautes ce fameux module "Year in Review", le réseau social voulait bien faire. C'était une façon de montrer à quel point il connaissait ses utilisateurs, une façon de nous remercier de partager autant de données personnelles avec lui.

Le problème, c'est que peu d'internautes ont envie de voir leur vie exposée en ligne. Nombreux sont soucieux des informations que les marketeurs accumulent à leur endroit. Ce module proposé au moment des fêtes de fin d'année par Facebook met une nouvelle fois au grand jour sa volonté de récolter tout ce qui concerne l'existence de chacun. Pour ceux qui en doutaient encore, ou qui refusaient de le voir, c'est maintenant explicite.

La limite algorithmique

L'année dernière, déjà, il était possible de créer son "journal de l'année". Simplement, c'était une option discrète sur le profil de chacun, et l'on pouvait l'activer si on le souhaitait. La logique était la même, mais l'approche plus subtile. Il faut donner aux internautes la possibilité d'agir, mais ne pas chercher à leur forcer la main. Ce Noël, c'était comme imposé, dans le newsfeed des uns et des autres, avec une phrase, par défaut : "It's been a great year! Thanks for being a part of it".

C'est là la première erreur, à mon sens. Il y avait un caractère intrusif, qui rappelait également la tendance de Facebook à décider à votre place ce qui vous correspond.


Le deuxième problème, simple, mais de taille, c'est que tout le monde n'a pas passé une bonne année. Les familles d'otages américains décapités, par exemple, n'avaient pas forcément envie d'une rétrospective imposée. Un article du Washington Post a été pas mal partagé ces 24 dernières heures, sur ce thème.

Un homme qui avait perdu sa fille de six ans, au début de l'année 2014, atteinte d'une tumeur au cerveau, raconte par exemple son désarroi face au post généré automatiquement par Facebook, avec la photo de sa fille défunte entourée de décorations festives. Ou comment les algorithmes maladroits viennent tourner le couteau dans une plaie encore ouverte.

Pour Facebook, tout le monde est heureux

En 2013, justement, je n'avais pas voulu générer cette "année en revue". J'avais connu à mon échelle une sale année : un cambriolage, l'effondrement d'un mur entier de mon logement, des travaux pénibles, un déménagement improvisé, une rupture amoureuse, un accident grave de santé, et le décès d'une personne que j'aimais. Ça faisait beaucoup, pour une année. J'avais plus que jamais envie de me tourner vers l'avenir.

Le monde de Facebook est un monde de likes pas de dislikes. Tout y est beau. Tout y est propre et joyeux. Il est inimaginable qu'on passe une mauvaise année. L'impératif du bonheur est catégorique. C'est comme si les inventeurs de ce module de fin d'année étaient incapables de comprendre leur maladresse, tant ils sont imprégnés de l'état d'esprit facebookien.


L'optimisme souffre mal la rétrospective. Sans changer radicalement de philosophie, Facebook ferait peut-être mieux de se tourner vers l'avenir, lui aussi. De générer avec ses algorithmes intelligents les raisons d'y croire, pour l'année qui s'ouvre.

Pour 2015 en effet, la page est encore blanche. L'année est vierge de tout événement. Il n'y a encore eu aucune nouvelle, aucun drame, aucun fait divers. Pas d'attentat, pas de catastrophe naturelle, pas d'assassinat. Les chiffres du chômage ne viennent pas encore enfoncer, chaque mois, le clou de la morosité ambiante. Il y a même des signes qui laissent espérer la reprise. On peut souhaiter le meilleur, sans être contredit, pour le moment.

C'est ce rôle là que Facebook devrait jouer, à mon avis, s'il continue de vouloir construire un monde plus connecté, et surtout moins morose.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq