Accéder au contenu principal

Les Deux Principaux Problèmes, Avec Facebook

Comme vous le savez, je soutiens depuis des années que Facebook - contrairement à ce que bon nombre de journalistes et d'experts affirment régulièrement - est là pour durer. Ce n'est pas, ça n'a jamais été, un simple phénomène de mode, et l'empire que Mark Zuckerberg a construit est loin d'être un château de sable qu'une marée montante viendrait détruire.

De récents articles - encore ! - s'interrogent sur le désintérêt supposé des jeunes pour ce réseau social, qui lui préféreraient WhatsApp ou Instagram (deux applications qui appartiennent à Facebook, par ailleurs, donc je ne vois pas trop où est le point).

Soupir devant le newsfeed

Cela dit, Facebook est loin d'être parfait. 
Il y a deux problèmes majeurs, dans ce réseau ; et ces problèmes - originels - sont quelque peu irritants, à la longue. Pas au point de voir émerger un réel concurrent, pas au point de mettre un terme à l'expérience facebookienne, loin de moi cette idée… Je ne pense pas que les internautes vont se détourner de Facebook. Simplement, parfois, ils vont, comme moi, soupirer devant leur newsfeed.

Le premier problème, c'est que Facebook se contente de vous relier aux personnes que vous connaissez déjà dans la vie réelle (in real life, comme on dit). Lorsque vous vous êtes inscrits, long time ago, c'était chouette de découvrir qui était déjà sur la plateforme, et qui ne l'était pas encore. Puis de voir arriver de nouveaux amis. Puis vos frères et sœurs. Puis vos parents. Voilà voilà.

Mais une fois que tous vos amis et toute votre famille, de vos cousins les plus éloignés à vos collègues de la machine à café, sont devenus vos friends facebookiens, le réseau manque un peu de fraîcheur et on finit par se sentir quelque peu à l'étroit. Ce n'est bien sûr par une raison pour clôturer son compte. En revanche, c'est une bonne raison pour aller découvrir Twitter - ou Tinder, en fonction du type de rencontres que vous voulez faire sur les plateformes sociales.

Facebook, laisse-moi voir mes amis, s'il te plaît

Second problème majeur : non seulement Facebook se contente de vous relier aux personnes que vous connaissez déjà, mais en plus il ne le fait qu'à moitié.


Le 17 juillet dernier, un internaute a décidé de faire une expérience : il a scrollé son newsfeed pendant six heures, afin de voir ce que Facebook lui montrait de l'activité sociale de ses amis. "I think most people generally know that Facebook shows only a sliver of what goes on in their networks, so I wanted to see precisely how small that sliver really is" a-t-il expliqué au journaliste de Business Insider qui l'interrogeait.

29 % seulement de ce que racontent vos amis

Bilan : en scrollant pendant 6 heures, vous ne verrez que 29 % des posts publiés par vos "amis" et par les "Pages" que vous aimez. Moins d'un tiers, donc. Autrement dit, Facebook décide, à votre place, de ce qui vous intéresse a priori, et se contente de vous afficher ces contenus-là. Ce qu'on savait déjà. Mais ce que l'on mesure maintenant un peu mieux.

La phrase de Facebook, mise en exergue à l'ouverture d'un compte, pendant longtemps : "Facebook helps you connect and share with the people in your life" n'est que partiellement vraie. Sur bien des aspects, Facebook ne vous aide pas du tout à vous connecter à vos proches, mais vous met au contraire des bâtons dans les roues. Allez savoir pourquoi.
Il serait temps que ça change.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…