Accéder au contenu principal

Pause salutaire

Combien j'ai pu m'ennuyer, certains jours, quand j'étais au collège, ou au Lycée ! Je m'en souviens encore assez précisément. Ces heures d'ennui où les aiguilles de l'horloge, au-dessus du tableau noir, semblaient tourner au ralenti. Il n'y avait rien à faire, pour lutter contre ce sentiment. L'ennui s'imposait à moi. C'était terrible.

Ces moments sont beaucoup plus rares, aujourd'hui. À part dans certaines réunions, ou certaines salles d'attente, il y a toujours des pensées pour venir me divertir. Le vide, la lassitude, l'impression que le temps s'est momentanément arrêté ; tout cela ne fait plus autant partie de mon quotidien.

Forcément (en 2012, déjà, je parlais de l'insatisfaction perpétuelle), c'est maintenant que j'aspire à ces instants de suspension.  Je pense que la "vie active", pour reprendre l'expression consacrée, souffre de ne pas assez offrir aux individus ces pauses salutaires. Il y a bien sûr la pause café, voire la pause clope, mais on manque incontestablement de récréation dans la vie professionnelle. On court trop souvent derrière notre emploi du temps. 

L'ennui a pour intérêt de forcer l'imagination et la créativité ; c'est ainsi que j'ai appris à dessiner. En m'ennuyant dans les salles de classe. C'est aussi la meilleure façon de trouver un sujet pour écrire,  par exemple, comme le souligne Michel Houellebecq, dans le film "L'enlèvement" qui mérite d'être regardé, je pense.

Il faut savoir faire des pauses. "Marquer l'arrêt", comme nous l'apprennent les cours de conduite. Ne pas se contenter d'un cédez-le-passage, d'un arrêt provisoire, qui comprend déjà le redémarrage.  Non. Une vraie pause. Appuyer sur le frein. Souffler. Regarder à droite, à gauche. Puis dans le rétroviseur.

Et ne repartir qu'une fois les idées claires, et la voie dégagée.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq