Accéder au contenu principal

Les Deux Principaux Problèmes, Avec Facebook

Comme vous le savez, je soutiens depuis des années que Facebook - contrairement à ce que bon nombre de journalistes et d'experts affirment régulièrement - est là pour durer. Ce n'est pas, ça n'a jamais été, un simple phénomène de mode, et l'empire que Mark Zuckerberg a construit est loin d'être un château de sable qu'une marée montante viendrait détruire.

De récents articles - encore ! - s'interrogent sur le désintérêt supposé des jeunes pour ce réseau social, qui lui préféreraient WhatsApp ou Instagram (deux applications qui appartiennent à Facebook, par ailleurs, donc je ne vois pas trop où est le point).

Soupir devant le newsfeed

Cela dit, Facebook est loin d'être parfait. 
Il y a deux problèmes majeurs, dans ce réseau ; et ces problèmes - originels - sont quelque peu irritants, à la longue. Pas au point de voir émerger un réel concurrent, pas au point de mettre un terme à l'expérience facebookienne, loin de moi cette idée… Je ne pense pas que les internautes vont se détourner de Facebook. Simplement, parfois, ils vont, comme moi, soupirer devant leur newsfeed.

Le premier problème, c'est que Facebook se contente de vous relier aux personnes que vous connaissez déjà dans la vie réelle (in real life, comme on dit). Lorsque vous vous êtes inscrits, long time ago, c'était chouette de découvrir qui était déjà sur la plateforme, et qui ne l'était pas encore. Puis de voir arriver de nouveaux amis. Puis vos frères et sœurs. Puis vos parents. Voilà voilà.

Mais une fois que tous vos amis et toute votre famille, de vos cousins les plus éloignés à vos collègues de la machine à café, sont devenus vos friends facebookiens, le réseau manque un peu de fraîcheur et on finit par se sentir quelque peu à l'étroit. Ce n'est bien sûr par une raison pour clôturer son compte. En revanche, c'est une bonne raison pour aller découvrir Twitter - ou Tinder, en fonction du type de rencontres que vous voulez faire sur les plateformes sociales.

Facebook, laisse-moi voir mes amis, s'il te plaît

Second problème majeur : non seulement Facebook se contente de vous relier aux personnes que vous connaissez déjà, mais en plus il ne le fait qu'à moitié.


Le 17 juillet dernier, un internaute a décidé de faire une expérience : il a scrollé son newsfeed pendant six heures, afin de voir ce que Facebook lui montrait de l'activité sociale de ses amis. "I think most people generally know that Facebook shows only a sliver of what goes on in their networks, so I wanted to see precisely how small that sliver really is" a-t-il expliqué au journaliste de Business Insider qui l'interrogeait.

29 % seulement de ce que racontent vos amis

Bilan : en scrollant pendant 6 heures, vous ne verrez que 29 % des posts publiés par vos "amis" et par les "Pages" que vous aimez. Moins d'un tiers, donc. Autrement dit, Facebook décide, à votre place, de ce qui vous intéresse a priori, et se contente de vous afficher ces contenus-là. Ce qu'on savait déjà. Mais ce que l'on mesure maintenant un peu mieux.

La phrase de Facebook, mise en exergue à l'ouverture d'un compte, pendant longtemps : "Facebook helps you connect and share with the people in your life" n'est que partiellement vraie. Sur bien des aspects, Facebook ne vous aide pas du tout à vous connecter à vos proches, mais vous met au contraire des bâtons dans les roues. Allez savoir pourquoi.
Il serait temps que ça change.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chat GPT, ou le rêve de Steve Jobs réalisé

D ans une conférence donnée en 1985 au château de Svaneholm, en Suède, Steve Jobs - alors âgé de 30 ans - a partagé l'un de ses rêves à un parterre d'éducateurs conquis. Dans le nouveau monde qui commençait tout juste à se dessiner à l'époque, l'informatique allait changer en profondeur notre rapport à l'apprentissage, notre rapport aux connaissances. Ce rêve pouvait - au cours de notre existence - se réaliser.  Steve Jobs interrogea son auditoire : "Savez-vous qui était le professeur d'Alexandre le Grand pendant environ 14 ans ?" Il marqua une pause, puis apporta la réponse, en souriant : "Aristote". Steve Jobs partagea la jalousie qu'il éprouvait alors à cette idée. La chance pour Alexandre le Grand d'avoir pu profiter de la sagesse de son maître, pendant une si longue période. Bien sûr, la pensée d'Aristote est aujourd'hui accessible à tous dans des livres. "Je peux lire ces livres", ajouta Steve Jobs, "mais