Facebook : l'impérissable empire

Un récent blog, hébergé par L'Express.fr, affirmait la fin prochaine de Facebook.  Ce post a attiré beaucoup de monde hier, si l'on en croit le nombre de tweets et retweets. Et la plupart des commentaires étaient, à ma grande surprise, plutôt positifs. 

À ma grande surprise, car à mon sens, considérer Facebook comme tout à fait périssable, c'est se tromper lourdement. La phrase, extraite du billet susdit : “Facebook est condamné à subir ce qu'il a infligé aux Skyblogs ou à MySpace : une ringardisation accélérée”, est pour moi assez sidérante. D'autres phrases m'ont totalement ahuri d'ailleurs. Comme par exemple : “Facebook redeviendra (…) tranquillement ce qu'il est : une version moderne des pages blanches”.

Cela correspond à des conceptions vieillies. C'est ce que l'on pouvait penser, et affirmer, au tout début de Facebook, à condition de n'avoir aucune intuition. Mais plus aujourd'hui.

Facebook n'est pas ou plus un simple site communautaire. L'effet de mode, ou de foule, ne suffit pas à expliquer son succès. Cela fait longtemps que nous sommes au-delà d'un simple phénomène. Facebook, comme chacun sait, comptera bientôt 600 millions de membres. 600 000 000.

Facebook ou la pérennité du frigidaire

Facebook est connu dans le monde entier. Il s'imposera peut-être bientôt en Chine. Des centaines de milliers de personnes s'y connectent quotidiennement, et y passent un temps fou. Le site intègre désormais la géolocalisation. Bientôt la recherche sociale. Il développe son propre système de paiement. Sans parler des algorithmes de recommandation. Il s'infiltre partout, sur le Web. Ce n'est plus un site Internet à proprement parler. C'est bien plus que cela. 
Avant Facebook, le réseau social n'existait pas vraiment. L'identité numérique ne correspondait à rien. Les entreprises n'avaient que des sites-vitrines sur Internet.


Et si Facebook ne disparaissait jamais ? Et s'il s'agissait justement du premier empire impérissable ? Comme le frigidaire, marque aujourd'hui entrée dans les usages et le vocabulaire, Facebook s'impose actuellement pour une certaine éternité.
C'est toute la différence avec de très nombreux sites.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

La foule familière de passants inconnus

Les vagues