Accéder au contenu principal

Aller de l'avant pour être heureux

"On ne va pas nier qu'on vit une période difficile, et que l'environnement maussade joue un rôle important dans notre ressenti individuel et collectif". Jean-Pierre Ternaux, neurobiologiste au CNRS et coordonnateur de l'Observatoire du bonheur. "C'est le manque de perspective qui mine l'homme. Il a besoin de se projeter pour avancer, et d'aller de l'avant pour être heureux". 

Aller de l'avant. Voilà donc le maître-mot, si l'on souhaite trouver le bonheur. Tendre vers l'avenir, vers ce qui s'annonce, vers ce qui arrivera bientôt. Se créer un horizon, et le fixer résolument. Avoir des objectifs, ou, mieux encore, un idéal. Depuis que ce blog existe, je suis plusieurs fois revenu sur ce sujet. J'avais la phrase de Rimbaud en tête : "il faut être absolument moderne. (…) Tenir le pas gagné". Je considérais qu'en effet, avancer était toujours "la bonne solution". 

"À l'attaque ! Même en vrille, même en vrac". Miossec

Si l'on reste sur place, si l'on ne se rend pas compte qu'on ne progresse plus, on risque de s'embourber. Une autre phrase de Paul Valéry me vient à l'esprit à ce sujet : "les mots sont des planches jetées sur un abîme, avec lesquels on traverse l'espace d'une pensée, et qui souffrent le passage et non point la station". C'est aussi vrai de l'existence : nous ne faisons que passer.

Il n'est pas évident d'aller de l'avant quand un brouillard intense nous cache l'horizon. Quand on ignore tout de l'avenir. Quand l'obscurité nous interdit toute projection, justement.


"En avant !" est aussi le cri du capitaine pour faire sortir les poilus de la tranchée. C'est le sifflet, c'est le clairon, ce sont les tambours, qui tirent les hommes de leur abri pour les exposer au danger imminent. 

Mais ne pas aller de l'avant, c'est se tourner vers les mêmes problèmes sans en chercher la solution. C'est se morfondre, c'est errer indéfiniment dans les mêmes méandres. Il faut inventer, imaginer, trouver des routes inexplorées. L'actualité récente nous démontre que cet impératif vaut toujours, voire plus que jamais.

"On ne peut comprendre la vie qu'en regardant en arrière ; on ne peut la vivre qu'en regardant en avant". Kierkegaard

Allons de l'avant, donc. En gardant à l'esprit ce passage de Jacques et son Maître, de Milan Kundera (publié en 1980) :

"- Dites-moi plutôt où l'on va.
- Est-ce que l'on sait où l'on va ?
- Personne n'en sait jamais rien.
- Personne…
- Alors, conduisez-moi !
- Comment puis-je te conduire, si l'on ne sait pas où l'on va ?
- Comme il est écrit là-haut. Vous êtes mon maître. Et vous avez pour mission de me conduire.
- Oui, mais tu as oublié ce qui est écrit un peu plus loin. C'est bien le maître qui donne des ordres, mais c'est Jacques qui choisit lesquels. Alors, j'attends…
- Bon. Je veux donc que vous me conduisiez… en avant.
Le Maître regarde autour de lui, très embarrassé.
- Je veux bien… mais en avant, c'est où ?
- Je vais vous révéler un grand secret. Une astuce séculaire de l'humanité : en avant, c'est partout.
- Partout ?
- Où que vous regardiez. Partout, c'est en avant.
- Mais c'est magnifique, Jacques, c'est magnifique !
- Oui, monsieur, je trouve cela très beau.
- Eh bien, Jacques, en avant !"

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq