Accéder au contenu principal

Aller de l'avant pour être heureux

"On ne va pas nier qu'on vit une période difficile, et que l'environnement maussade joue un rôle important dans notre ressenti individuel et collectif". Jean-Pierre Ternaux, neurobiologiste au CNRS et coordonnateur de l'Observatoire du bonheur. "C'est le manque de perspective qui mine l'homme. Il a besoin de se projeter pour avancer, et d'aller de l'avant pour être heureux". 

Aller de l'avant. Voilà donc le maître-mot, si l'on souhaite trouver le bonheur. Tendre vers l'avenir, vers ce qui s'annonce, vers ce qui arrivera bientôt. Se créer un horizon, et le fixer résolument. Avoir des objectifs, ou, mieux encore, un idéal. Depuis que ce blog existe, je suis plusieurs fois revenu sur ce sujet. J'avais la phrase de Rimbaud en tête : "il faut être absolument moderne. (…) Tenir le pas gagné". Je considérais qu'en effet, avancer était toujours "la bonne solution". 

"À l'attaque ! Même en vrille, même en vrac". Miossec

Si l'on reste sur place, si l'on ne se rend pas compte qu'on ne progresse plus, on risque de s'embourber. Une autre phrase de Paul Valéry me vient à l'esprit à ce sujet : "les mots sont des planches jetées sur un abîme, avec lesquels on traverse l'espace d'une pensée, et qui souffrent le passage et non point la station". C'est aussi vrai de l'existence : nous ne faisons que passer.

Il n'est pas évident d'aller de l'avant quand un brouillard intense nous cache l'horizon. Quand on ignore tout de l'avenir. Quand l'obscurité nous interdit toute projection, justement.


"En avant !" est aussi le cri du capitaine pour faire sortir les poilus de la tranchée. C'est le sifflet, c'est le clairon, ce sont les tambours, qui tirent les hommes de leur abri pour les exposer au danger imminent. 

Mais ne pas aller de l'avant, c'est se tourner vers les mêmes problèmes sans en chercher la solution. C'est se morfondre, c'est errer indéfiniment dans les mêmes méandres. Il faut inventer, imaginer, trouver des routes inexplorées. L'actualité récente nous démontre que cet impératif vaut toujours, voire plus que jamais.

"On ne peut comprendre la vie qu'en regardant en arrière ; on ne peut la vivre qu'en regardant en avant". Kierkegaard

Allons de l'avant, donc. En gardant à l'esprit ce passage de Jacques et son Maître, de Milan Kundera (publié en 1980) :

"- Dites-moi plutôt où l'on va.
- Est-ce que l'on sait où l'on va ?
- Personne n'en sait jamais rien.
- Personne…
- Alors, conduisez-moi !
- Comment puis-je te conduire, si l'on ne sait pas où l'on va ?
- Comme il est écrit là-haut. Vous êtes mon maître. Et vous avez pour mission de me conduire.
- Oui, mais tu as oublié ce qui est écrit un peu plus loin. C'est bien le maître qui donne des ordres, mais c'est Jacques qui choisit lesquels. Alors, j'attends…
- Bon. Je veux donc que vous me conduisiez… en avant.
Le Maître regarde autour de lui, très embarrassé.
- Je veux bien… mais en avant, c'est où ?
- Je vais vous révéler un grand secret. Une astuce séculaire de l'humanité : en avant, c'est partout.
- Partout ?
- Où que vous regardiez. Partout, c'est en avant.
- Mais c'est magnifique, Jacques, c'est magnifique !
- Oui, monsieur, je trouve cela très beau.
- Eh bien, Jacques, en avant !"

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent