Accéder au contenu principal

Le Selfie, c'est bien. Le Style, c'est mieux.

Dans une chronique relativement bien écrite, publiée dans le très sérieux New-York Times, l'acteur James Franco défendait il y a peu "le sens des Selfies". Pour ceux qui l'ignorent encore, James est l'une des célébrités qui publient le plus de selfies - ces autoportraits du bout du bras. Il est-même surnommé “Le Roi des Selfies” par certains, et son compte Instagram offre, de facto, la possibilité de le voir sous toutes les coutures.

Hello, this is me.

James Franco concluait sa chronique par ces mots :

"I am actually turned off when I look at an account and don’t see any selfies, because I want to know whom I’m dealing with. In our age of social networking, the selfie is the new way to look someone right in the eye and say, “Hello, this is me".


Le selfie serait donc la meilleure façon de savoir, dès le premier contact, "à qui l'on s'adresse". Une sorte de préambule nécessaire, à l'heure des réseaux sociaux. Je reconnais volontiers que je commence moi-même bien souvent par regarder les photos publiées par une personne avant de la suivre sur Twitter. Sur Instagram, idem : mon premier réflexe est souvent de rechercher une photographie de l'auteur(e) des photographies qui sont prises.

Celui que je suis

Idéalement, néanmoins, il y aurait une autre façon de se présenter à un inconnu en le regardant droit dans les yeux pour lui dire "Hello, c'est moi". Cela consisterait simplement à avoir une personnalité qui transparaît dans son expression. En d'autres termes, avoir un style.

Je me souviens de mes années de prépa littéraire, et de certains sujets de dissertations que j'avais. On parlait souvent du style de l'auteur. Du rythme dans l'écriture, de la façon dont les mots déferlaient, du ton adopté, de la singularité du romancier, du choix des formules, etc. Je me souviens notamment de cette citation de Proust : "les beaux livres sont écrits dans une sorte de langue étrangère".


Ainsi, le meilleur selfie qui soit, ce n'est pas un autoportrait au sens propre, avec son smartphone, du bout du bras. C'est plutôt la mélodie que l'on parvient à créer au fur et à mesure de son expression sur les médias sociaux. C'est la cohérence de son expression. C'est l'impression qui se dégage - ou qui devrait toujours se dégager - de ce que l'on publie sur Facebook, Twitter ou Instagram. C'est ce que j'exprimais déjà en soulignant que nous étions, nous tous, des médias (lire : je suis un média), et qu'il nous fallait trouver une ligne éditoriale propre.

Telle est en tout cas ma conviction.
Et cela est d'autant plus vrai pour les marques, qui - malgré tous leurs efforts - ne pourront jamais publier de selfies, au sens premier du terme. Et qui ont pourtant besoin, incontestablement, de se distinguer.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent