Accéder au contenu principal

Notre mobile monopolise notre attention

Partout, tout le temps, du premier au dernier moment de la journée, le mobile est là. On se réveille, on l'attrape sur la table de chevet pour checker les premiers mails de la journée, répondre aux sollicitations éventuelles, jeter un œil à son Facebook. On le range dans sa poche ou dans son sac à main, quand on part de chez soi. Il nous accompagne dans les transports en commun. Puis se retrouve  sur le bureau, sur la table de réunion, ou sur celle du bistrot/café ; en mode “silencieux”, bien entendu. 

150 fois par jour : mobilisation générale

Silencieusement, insidieusement, il est là. Omniprésent. Ses vibrations savent attirer notre attention, en un quart de seconde. Le mobile est omnipotent. Le mobile mobilise. Les études s'accordent à dire que nous regardons en moyenne notre téléphone 150 fois par jour. Chacun peut s'en rendre compte, à sa façon : chaque SMS, chaque mention, chaque alerte, chaque notification vous invitent à revenir à lui. Le mobile ne supporte pas d'être délaissé, il a besoin d'attention, continuellement.

On le sait, c'est devenu une maladie, pour certains : la nomophobie (contraction de “no mobile” et “phobie”, ou la peur de n'avoir pas son mobile avec soi). Il est difficile d'imaginer une journée sans cet objet du quotidien qui sert à la fois de réveil, de radio, de boite mails, de GPS personnalisé, de moteur de recherche, de lecteur de musique, et j'en passe.

Ma vie entière s'effondre. - Ne t'inquiète pas, on va retrouver ton iPhone.

150 fois par jour, donc. Pour le moins. Le mobile monopolise, immobilise. Il fige le moment pour que nous nous concentrions pleinement à lui. Et cela peut faire du grabuge. Les notifications continuelles finissent par poser de vrais problèmes : dans le domaine professionnel, par exemple.

Un salarié distrait toutes les 11 minutes

Une étude a montré qu'un salarié était interrompu dans une tâche (par un mail, un coup de fil, ou une notification, justement) toutes les 11 minutes, en moyenne. Pour les plus connectés d'entre nous, cette moyenne passe à 3 minutes (lire : Au bureau, les travailleurs hyper-connectés distraits toutes les trois minutes).

Trois minutes pures, sans interruption ; trois minutes seulement pour se concentrer pleinement à sa tâche. Ça fait peu. Surtout quand on sait qu'il faut 23 minutes à un employé pour s'y remettre totalement, après une distraction - comme le souligne Gloria Mark, de l'université de Californie, spécialiste des “digital distractions” (lire cet article du Wall Street Journal : Workplace Distractions: Here's Why You Won't Finish This Article).


Donc apprenons, autant que possible, à nous passer de ces appareils certains jours, ou certaines matinées, au moins. Posons ce mobile. Coupons les ponts, le temps d'une respiration, d'un livre, ou d'une discussion. Le temps d'un moment de vie simple, sans interruption, sans notification, sans mobilisation de notre attention. Juste un moment.


Commentaires

  1. Et oui, nous sommes tous des mobiles addicts à 80%. Mais jusqu'à quand avec cette rapidité de l'évolution technologique?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou