Accéder au contenu principal

La relation à distance

Je prends le Thalys tous les quinze jours, environ, pour me rendre en Allemagne. Bien souvent, sur le quai, il y a ces couples enlacés. Le train part dans cinq minutes, mais il est encore temps d'embrasser ces lèvres, de plonger son regard dans ces yeux, de serrer contre soi ce corps aimé. Les derniers mots, les derniers gestes, le dernier moment de tendresse avant la séparation géographique.

Il faudrait des wagons dédiés aux amoureux qui se retrouvent ainsi seul, brutalement, pour un temps, en laissant l'être cher sur le quai de la gare. Des wagons spécifiques, avec des mouchoirs blancs, pour sécher les larmes, des cartes postales pré-remplies, et - bien sûr - une connexion haut-débit pour continuer d'échanger avec la personne que l'on aime.

Loin des yeux

Les relations à distance sont une réalité pour ma génération. Combien, parmi mes amis, se sont déjà retrouvés dans cette situation ? Séparés provisoirement de l'être aimé, se retournant en désespoir de cause sur des applications comme Skype ou Whatsapp. Applications qui, certes, rendent la vie plus facile, mais qui ne permettent pas de combler le manque physique. Et pour cause.

Durex a lancé sa propre application pour sous-vêtements vibrants à distance.

Dans la grande tendance des “objets connectés”, il y a de plus en plus de sous-vêtements vibrants, massants, que l'on peut activer à distance via une application iPhone. Mashable en a fait un article, récemment ("Connected Underwear Will Turn You On").

Bien entendu, il y a distance, et distance. Avoir la possibilité de retrouver son amant(e) en une heure ou deux, ce n'est pas la même chose que de vivre une relation entre, par exemple, San Francisco et Moscou. Tout est une question de rythme, de temps entre deux instants de retrouvailles. Une question de temps. Une question de patience.

L'attente amoureuse

Dans une relation à distance, on attend. On attend le moment où, enfin, on retrouvera la personne que l'on aime. Or, quand on attend, on est amoureux. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est Roland Barthes, qui s'y connaissait en amour. Et si, pour une raison ou pour une autre, on cesse d'attendre, c'est que la relation à distance perd son sens.


Dans la communication, le thème des relations à distance est souvent mis en avant. Adtimes pourrait nous faire un dossier sur le sujet. On pense bien sûr à toutes les publicités d'Apple, pour vendre ses différents appareils (et notamment iPhones) qui permettent, via FaceTime, de se voir, en direct, depuis l'autre bout du monde.

Se toucher à distance

On pense également à la campagne de Thalys, dont je parlais justement pour ouvrir ce billet. Et que, personnellement, j'aime beaucoup. Ce n'est pas un hasard si cette compagnie met en avant les relations à distance dans sa communication. Ce n'est pas juste parce que l'amour fait vendre. C'est aussi probablement parce que cela correspond à une réalité de notre époque.

Un jour, peut-être, on pourra “se toucher” à distance. Plusieurs projets, d'ores et déjà, vont en ce sens.  Le progrès technologique finira par nous offrir cette possibilité. L'avenir, avant, c'était de se voir et de se parler tout en se trouvant à des milliers de kilomètres l'un de l'autre. L'avenir, désormais, c'est peut-être de pouvoir se sentir et de se palper, à cette même distance.

En attendant que cela devienne une réalité, je vous laisse sur cette chanson de Miossec, de circonstances.




Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr