Accéder au contenu principal

Internet est devenu trop mainstream

Internet, à l'origine, c'était le lieu par excellence de la diversité : diversité des utilisateurs, des sources, des contenus. Le monde entier pouvait y trouver ce que le monde entier y partageait. C'était une chance inouïe, une révolution sans précédent : je pouvais me connecter à cet(te) inconnu(e), vivant à des milliers de kilomètres. Toutes les créations, toutes les cultures, tous les arts, étaient soudain accessibles, car en ligne

À boire et à manger

Il y avait de tout, et c'était tant mieux. Bien entendu, c'est toujours en partie le cas. Je suis libre de faire des recherches spécifiques, autant qu'un universitaire peut se rendre à la librairie pour trouver des sources originales. Mais les routes de campagne que représentait le réseau Internet au début sont devenues des autoroutes de l'information, balisées, contrôlées. 

Il devient difficile de sortir des sentiers battus. Google, Facebook, et la plupart des géants du web nous mâchent désormais le travail, pour nous servir la même bouillie collective. Je vois passer les mêmes liens dix, vingt, trente fois par jour. "Un homme se prend en photographie tous les jours pendant douze ans", mon dieu, comme c'est intéressant. Les mêmes vidéos recueillent des millions de vues - ce qui n'a désormais rien de surprenant.


Sur le site www.youtube.com/trendsmap je peux voir quels contenus vidéos sont les plus "vus" à cet instant sur Youtube. Une carte des États-Unis présentant - État par État - ce qui suscite l'attention des internautes américains. 

Des Trending Topics aux contenus de masse

Le résultat est effrayant : tout le monde regarde la même chose, sur la Toile. La dernière fois que je m'étais connecté, c'était la vidéo du faux bébé qui effrayait les passants dans les rues de NYC ("devil baby"), en caméra caché. Cette fois, c'est Arnold Schwarzenegger qui est déguisé dans une salle de sport. 


Le pire de la télé, en somme. Du "vidéo gag" 2.0. Alors que nous sommes "libres" de chercher ce que nous voulons sur Internet, voilà que nous redevenons les moutons des temps passés, pour consommer la même soupe froide que nous sert Google et, à travers lui, tous les annonceurs.

Algorithm and Blues

J'ai déjà écrit sur l'importance de choisir la route inexplorée, et sur les dangers de la recommandation publicitaire. Mais la tendance semble s'intensifier, ces dernières années. Les médias sociaux - qui ont  dans un premier temps apporté un nouveau souffle, une nouvelle fraîcheur, et une façon de redécouvrir l'information (lire : pourquoi je préfère Twitter à Facebook) - commencent à suivre la même évolution, avec la propagation des contenus sponsorisés.

Facebook incite de plus en plus les marques à utiliser ses modules payants, pour "forcer" la visibilité des contenus qu'elles proposent (lire : "la baisse du reach Facebook en chiffres" sur le blog du modérateur) et adapte désormais les "Trending Topics" à sa propre sauce, ce qui n'est pas une bonne nouvelle.

Internet devient trop mainstream. Mais bien entendu, à part écrire un billet de blog, je ne peux rien y faire. Ah si, je peux aussi vous inviter à regarder cette vidéo, et vous inciter à rester vigilants. Car Internet, c'est aussi, après tout, ce que nous en faisons.




Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent