Accéder au contenu principal

L'oisiveté : se laisser vivre, simplement

Ça y est, je crois que l'on arrive au moment de l'année où les gens travaillent le moins. Les open space sont vides. Les stagiaires se retrouvent seuls à tenir la boutique, dans les agences de communication parisiennes, comme ailleurs. La France entière se prélasse au soleil, sur une plage, à la terrasse d'un café, dans les jardins, au bord de la piscine…

Savoir ne rien faire

Tout le monde n'attendait que ça, et nous y sommes. Plus besoin de se plaindre, sur les réseaux sociaux, ou de râler à la cantine. Le moment tant attendu est arrivé, on peut enfin se consacrer à l'oisiveté

Pourtant, ce n'est pas si simple. Il ne suffit pas de ne rien faire, encore faut-il savoir le faire bien. Occuper ce moment de vide, éphémère, de la meilleure des façons.
L'oisiveté est comme la rouille ; elle use plus que le travail”.  Benjamin Franklin
J'avais écrit, déjà, sur l'art difficile de ne presque rien faire. C'est d'ailleurs le titre d'un livre que je vous recommande chaudement.

En parlant de livre, je viens de dévorer un petit ouvrage d'Aragon que mon frère m'a passé, nommé “Pour expliquer ce que j'étais”. L'auteur, en 1943, vient de perdre sa mère et se livre sur sa jeunesse, et son admiration pour Rimbaud. Au front, pendant la Grande guerre, il avait emporté Une Saison en Enfer. Je pense qu'il avait bien fait.

La vie, au fil de l'eau

J'essaye de mettre le temps que j'ai parfois devant moi à profit, pour faire des choses, n'importe quoi. La semaine dernière, au jardin du Luxembourg, j'ai essayé d'en savoir plus sur chacune des statues des Reine. Internet rend possible et aisé ce genre d'apprentissage, finalement. On a le monde de la connaissance à la portée des doigts, ce qui n'a jamais été le cas auparavant.


Il y a de nombreuses activités possibles dans l'oisiveté, en fin de compte. Se reposer, lire, voyager, apprendre des poèmes, écouter de la musique, marcher pieds nus dans le sable, faire l'amour, manger, boire, rire, chanter, se rouler dans l'herbe, imaginer, discuter.
Il ne manque cependant à l'oisiveté du sage qu'un meilleur nom ; et que méditer, parler, lire, et être tranquille s'appelât travailler”. Jean de la Bruyère
L'oisiveté, c'est avant tout un état d'esprit. C'est se laisser porter au fil de l'eau, sans se soucier de quoi que ce soit, sans être inquiet, sans être sur ses gardes, sans anticiper ce qui arrive ; vivre, tout simplement. Se libérer des impératifs, des convenances, des exigences du quotidien.

Qui que vous soyez, si vous lisez ces lignes, continuez de ne rien faire, et de le faire bien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,