Accéder au contenu principal

Les 10 Bonnes Raisons De Cliquer Sur Un Lien

Lorsque l'on clique - du bout de son curseur ou de son doigt - sur un lien, on ne le fait pas sans raison. Il y a en fait une multitude de motifs.

Pourquoi, donc, clique-t-on sur un lien ?

  • 1 - Pour obtenir une information intéressante :
C'est toujours bien de pouvoir briller lors de certains dîners mondains, ou se la raconter, tout simplement, autour d'un barbecue moins mondain.

Voici quelques infos récentes : 

- Un biopic sur Lance Armstrong (le cycliste déchu) sera tourné dès l'automne prochain.
- BlackBerry ne parvient pas à remonter la pente aux États-Unis. Seuls 1,1 % des smartphones vendus aux US sont désormais équipés de son OS, contre 4 % un an plus tôt. Ça sent la fin.
- L'hiver interminable a profité à… EDF. Chiffre d'affaires en hausse de 10,7 % pour atteindre près de 40 milliards d'euros. “Ces résultats sont notamment dus au climat froid qui a régné, cet hiver et ce printemps, dans l'Hexagone et sur une bonne partie de l'Europe”.

(astuce : pour suivre toutes les meilleures infos en temps réel sur Twitter, abonnez-vous à cette liste)
  • 2 - Pour découvrir quelque chose de nouveau :
On a l'air intéressant, quand on partage une nouveauté. Mais surtout, ça fait du bien, d'avoir du neuf, du frais, du singulier.

- Des designers rendent les Google Glass autrement plus stylées.

  • 3 - Parce qu'il y a peut-être un truc marrant à l'intérieur :


J'ai bien fait de dire “peut-être”.

Par ailleurs, je ne saurais trop vous recommander le board #WTF de Jef Bouillot
  • 4 - Parce qu'on a été intrigué par le titre :
En l'occurrence, je vous l'accorde, le titre était extrêmement bien trouvé. 

Mais en règle générale, si vous cherchez un bon titre, @naro vous a concocté un billet de blog qui vous aidera. ("Apprenez les 10 techniques de titres qui feront décoller votre blog").
  • 5 - Par simple curiosité, parce qu'on n'a rien de mieux à faire :
Dans ce cas, n'importe quel contenu vous convient, à peu près.

Je peux vous dire, par exemple, que le bonbon est la première cause d'étouffement alimentaire non-mortel chez les enfants. Par exemple.

Ou je peux aussi vous dire que "Cinquante nuances de Grey" donne plus de travail aux pompiers de Londres, qui retrouvent des femmes menottées chez elles, notamment.

  • 6 - Pour la vidéo des meilleurs #Fail avec une fille dénudée en preview : 

Ça se passe de commentaire, je crois…

  • 7 - Pour retrouver du courage, au cours d'une journée mal commencée :
Oui, parfois, on clique pour sortir la tête de l'eau, en espérant un divertissement, un mot d'espoir, une issue.

J'ai déjà écrit pas mal d'articles à ce sujet, donc vous êtes au bon endroit, si ça ne va pas : le dernier en date : You're Gonna Be Okay.
  • 8 - Parce qu'on clique sur tous les liens que l'on voit passer, de toute façon :
Si c'est plus fort que vous, que vous ne pouvez pas vous en empêcher, que vous cliquez frénétiquement toute la journée, sur chaque lien qui passe sous vos yeux, encore et encore…

Eh bien, dans ce cas, il est naturel que vous soyez arrivé ici. :) Et vous y reviendrez sans doute, que vous le vouliez ou non.
  • 9 - Parce qu'on aime bien la personne qui a publié ce lien :
Moi aussi je vous aime.
  • 10 - Enfin, pour avoir quelque chose à partager avec ses amis :
Si vous m'aimez, vous savez ce qu'il vous reste à faire. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq