Accéder au contenu principal

"Écrire un article sur le déclin de Facebook" Pour Les Nuls


Ah, l'éternel retour du déclin facebookien ! C'est devenu une habitude journalistique. À force de prédire la mort d'un site Internet ou d'un réseau social, vous finirez bien par avoir raison un jour.  Il est donc tout à fait justifié de répéter année après année que le premier réseau social au monde est mortel. L'exercice est assez simple…

  • Étape 1 :
Partez du postulat que Facebook s'essouffle et finira par péricliter.
Cela vous permet de commencer par écrire le titre de votre article : “La fin de Facebook est-elle proche ?”, par exemple.
La forme interrogative est essentielle. Cela vous autorise à dire ce que vous voulez ensuite, sans prendre le risque de vous tromper lamentablement, comme tous vos collègues qui ont annoncé la décadence facebookienne ces cinq dernières années.

  • Étape 2 :
Observez les chiffres de fréquentation aux États-Unis. Rien de plus simple : il suffit de faire une recherche Google. Le premier résultat sur lequel vous tomberez est un site tout à fait fiable - socialbakers - où vous trouverez toutes les stats nécessaires. Le journalisme d'investigation est aujourd'hui à la portée du premier venu.

Bien entendu, ne prenez pas en compte les chiffres qui contredisent votre thèse. Qu'importe que des millions de personnes rejoignent la communauté au Brésil ou ailleurs, ce qui est important, c'est là où il y a quelques signes de ralentissement ; c'est-à-dire dans les pays où le réseau est déjà largement implanté, depuis plusieurs années.

  • Étape 3 :
Feignez d'analyser les causes d'un tel essoufflement. Première cause : l'apparition de nouvelles plateformes sociales, comme Twitter, Path, ou Pinterest. Vous pouvez même parler du succès d'Instagram, qui va pourtant totalement à l'encontre de votre postulat, puisque Facebook a racheté cette application. Deuxième cause : les craintes des utilisateurs vis-à-vis de l'exploitation de leurs données personnelles. Troisième cause : la progression du mobile, qui pourrait bien fragiliser un réseau social d'abord fondé sur le Web.

  • Étape 4 :
Glissez le syllogisme suivant, qui sera l'argument principal de votre article, aussi absurde soit-il : 
A - Facebook connaît un succès phénoménal, et une immense popularité.
B - Par le passé, certains sites très populaires ont fini par décliner.
C - Facebook finira par décliner, puisqu'il est populaire.

  • Étape 5 :
Vous pouvez conclure tranquillement en rappelant les inquiétudes des investisseurs au moment de l'introduction de Facebook en bourse.
De toute façon, votre article aura du succès, nécessairement, car la plupart des personnes se diront : “c'est vrai, Facebook me lasse un peu, ces derniers temps”.

Et pour vous signaler leur approbation, elles feront machinalement ce qu'elles font quotidiennement : elles appuieront sur “like”, en dessous de votre article, sans même s'en rendre compte.




The Guardian vient ainsi de nous pondre un énième article sur le thème “Facebook pourrait bien connaître le même sort que MySpace, dans les prochaines années”. J'aime bien ce journal. Mais en l'occurrence, je n'écris pas sur le déclin d'un quotidien qui a perdu 33 millions de £ en 2010, et qui a mille fois plus de chances de mourir après-demain qu'un réseau qui compte plus d'un milliard de membres dans le monde.

Ah, et pour être tout à fait clair : je n'aime pas particulièrement Facebook. Je n'ai aucune action dans cette entreprise. Je préfère de loin Twitter. Mais j'aimerais que les journalistes comprennent une chose : Facebook répond à certaines attentes bien spécifiques :
Un réseau social relativement fermé, où l'on peut partager des nouvelles avec ses proches aisément, en sachant qu'ils auront tous (ou presque) un compte sur la plate-forme.

Tant que cela sera le cas, je continuerai de croire que Facebook est un empire impérissable.


Commentaires

Unknown a dit…
Merci de m'avoir fait sourire, et de m'avoir rassurée. Je commençais à croire que j'étais la seule à être exaspérée par ce phénomène.
Basile a dit…
Merci à toi pour le commentaire et le partage. Bon après-midi Jessica !
Philippe a dit…
"Un réseau social relativement fermé, où l'on peut partager des nouvelles avec ses proches aisément, en sachant qu'ils auront tous (ou presque) un compte sur la plate-forme."

=> Donc, combien sont prêts à payer les gens pour avoir un compte sur Facebook ? Parce que s'il n'y a pas de lien avec les marques, Facebook risque d'avoir un problème économique...
Basile a dit…
Merci à @xavierschreder de me signaler sur Twitter, deux jours après la rédaction de ce billet, que Facebook annonce une excellente santé, notamment en terme de fréquentation : http://www.blogdumoderateur.com/resultats-financiers-trafic-facebook/ :) #CQFD
Anonyme a dit…
Je me sentais un peu esseulé sur la question dans mon entourage, merci de m'avoir conforté. Et merci surtout pour m'avoir fait rire :)
Basile a dit…
Merci à toi pour ce commentaire. :-)
Reviens quand tu le souhaites.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq