Accéder au contenu principal

Twitter : les paroles ne s'envolent plus


Sur Twitter, comme sur la plupart des médias sociaux, on a vite l’impression que tout ce que l’on raconte tombe dans l’oubli. Chaque phrase écrite semble se dissoudre en quelques minutes dans le flux incessant de paroles publiées. On pense avant tout “réactivité”, “instantanéité”, “immédiateté”, sans considérer d’autres concepts : “archives”, “histoire”, “mémoire”.

Les écrits restent

Pourtant, il ne faut pas omettre une réalité que d’autres hommes, il y a plusieurs siècles déjà, avaient bien prise en compte : verba volant, scripta manent” (“les paroles s’envolent, les écrits restent”). 

Le CEO de Twitter vient d’annoncer qu’un utilisateur de la plate-forme pourra d’ici décembre télécharger l’ensemble de ses tweets, pour mieux les consulter. Lors d’une conférence à l’université du Michigan, voici ce qu’il a déclaré : “nous travaillons sur un outil qui permettra aux utilisateurs d’exporter la totalité de leurs tweets. Vous serez en mesure de télécharger un fichier global”. 

Pour ma part, j’utilise déjà Twissues, un site Internet qui permet de rechercher dans l’ensemble de ses tweets un mot clé. Ça fonctionne très bien, et c’est bien souvent très pratique.

Vers la visualisation des données

Mais cette annonce du président de Twitter doit être prise en compte pour ce qu’elle est : un nouveau signe que l’on se dirige vers l’ouverture et la consultation des données en ligne. J’en avais déjà parlé à propos d’Instagram, dans un précédent billet (lire : L'Humanité, bientôt cartographiée ?).


Ce n’est pas rien. 500 millions d’utilisateurs diffusent désormais 350 millions de tweets tous les jours.  On ne se rend pas très bien compte de ce que cela représente. Lors des élections américaines, 15 000 tweets étaient publiés toutes les secondes, sur 1,3 millions de Time Lines. 

Savoir que Twitter travaille en ce moment sur un outil de visualisation de ces montagnes de données, notamment lors d’événements majeurs, est loin d'être anodin. 

Les histoires resteront courtes

Point important : le CEO de Twitter a précisé que la règle de 140 caractères “ne changera jamais”. C'est un engagement dont on pourra garder la trace. Et c'est une bonne nouvelle, car les histoires courtes sont souvent les meilleures…



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Pourquoi j'aime la Poésie

J e ne saurais expliquer comment m'est venue l'envie d'apprendre par cœur des poèmes, quand j'avais une dizaine d'années. Bien sûr, il y avait des livres chez moi. Des bibliothèques qui accordaient une place non négligeable à la poésie. Bien sûr, j'aimais ces recueils, qui s'ouvraient d'eux-mêmes aux pages les plus précieuses, offrant ces mots qui disaient tout  en disant  peu . " Il faut peu de mots pour dire l'essentiel ". Bien sûr, j'avais la chance d'avoir, à portée de la main, Aragon, Baudelaire, Éluard, Reverdy ou Rimbaud. Et puis, il y avait mon arrière-grand-père, cet héritage culturel transmis dès le plus jeune âge. Ce Victor Segalen dont je pouvais parcourir les ouvrages originaux. Pour sentir ce papier proche d'un papyrus, soigneusement plié entre deux plaques de bois fines que tenait jointes un ruban. Ça aide, d'avoir ainsi dès l'enfance une admiration pour l'écriture. Et une raison supplémentaire