Accéder au contenu principal

Pourquoi je suis désormais sur Weibo.

Aujourd'hui, je me suis créé un compte sur Weibo.

Pour ceux qui ne connaissent pas ce réseau, Sina Weibo est l'une des plateformes sociales les plus populaires en Chine, et, par conséquent, dans le monde. Le Twitter chinois, en quelque sorte, qui compte déjà quelques 330 millions d'utilisateurs (dont 500 000 aux États-Unis), alors que ce site de micro-blogging a été créé 3 ans après Twitter, justement.

L'essor d'un réseau social

Un réseau en plein développement, donc ; et il reste de la marge, puisque le nombre d'internautes en Chine augmente de façon impressionnante ces dernières années. Bien entendu, comme chez nous, il y a des bots, des spammers, et autres faux comptes. Mais le chiffre de 330 millions demeure particulièrement important. 


Il y a fort à parier que Sina Weibo dépassera Twitter d'ici quelques temps. Ce n'est pas pour autant que je m'apprête à délaisser l'un au profit de l'autre, bien entendu. Mais ne serait-ce que pour comparer, il est intéressant de découvrir l'outil.

Il y a des différences avec Twitter, d'ailleurs. Sina Weibo ressemble à une plate-forme hybride, entre Facebook et Twitter. On peut commenter un “tweet”, par exemple, ce qui permet d'ouvrir un débat sur un sujet en particulier ; on peut aisément partager des photos, des vidéos ; on peut donner son “humeur” de la journée.

Le paradoxe du Web Social

Alors que des millions de personnes dans le monde s'expriment sur des réseaux dits sociaux, il n'y a pas encore de vrais échanges entre les cultures, comme les technologies le permettent pourtant. Le phénomène d'homophilie (qui se ressemble s'assemble) invite chacun à parler avec des personnes semblables, et l'on n'a pas encore pris en compte l'immense potentiel du micro-blogging international.

Comme si nous utilisions encore les doigts de notre main de façon indépendante, sans jamais songer à synchroniser nos mouvements, à serrer le poing, à saisir un objet, à unir nos forces.


Bien entendu, sur Weibo, le mieux est de parler chinois. Mais on peut tout à fait écrire en français (en 140 caractères, comme sur Twitter), ou utiliser Google Traduction pour s'aider, au début.

600 000 millions d'internautes chinois, et moi

Si, comme moi, des personnes à l'autre bout du monde se connectent plusieurs fois par jour sur un réseau social, depuis le même smartphone que moi peut-être, ou le même ordinateur, pour échanger, partager, converser, diffuser de l'information, alors je veux faire le premier pas, m'ouvrir à leur monde, m'inscrire sur leur plate-forme.

C'est avant tout une expérience, bien sûr. Je vous dirai plus tard si elle a été concluante.

En attendant, si vous voulez m'y retrouver, c'est ici.




Commentaires

je viens de m'inscrire (et je pense t'avoir ajouté dans mes suivis)
je n'ai pas trouvé l'interface en anglais pour l'instant, je suis bien content d'avoir étudié le chinois pendant 4 ans, mais c'est bien loin tout de même :)
Basile a dit…
Niiiice, je suis content si je contribue à te remettre au chinois. :) Je te suis également. À voir ce que cela donne avec le temps, mais je trouve ça intéressant, en tout cas.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi