Accéder au contenu principal

J'Aurais Pu Naître Un Siècle Plus Tôt

New-York 1612 - 2012
J'aurais pu naître un siècle plus tôt, le 23 juillet 1886. Au même endroit, à Paris. Mon enfance aurait été plutôt heureuse, sans doute, au cœur de la Belle ÉpoqueMais à mon âge, les choses auraient commencé à se gâter. 

Si j'étais né un siècle plus tôt, en effet, il ne me resterait plus que deux ans de vie [article écrit en juillet 2012] avant La Grande Guerre, la mobilisation générale, l'horreur des tranchées. Deux ans pour profiter du soleil, de la Seine, des cafés en terrasse ; deux ans pour arpenter ces rues, croiser des passantes aux robes d'été, sourire à la vie ; deux ans pour profiter pleinement de cette ville, de ces jardins, et de la paix.

Pas sous la même étoile

À 28 ans, on me retrouverait dans la boue, avec un casque en ferraille pour protéger mon crâne des éclats d'obus et des balles, les mains tremblantes de froid et de peur, emmitouflé dans une tunique sale, crasseuse, sous une pluie battante, avec d'autres hommes effrayés, dans cet enfer imposé par la fatalité de l'époque.

Les circonstances - elles seules - m'interdiraient de vivre tranquillement, d'avoir une histoire d'amour, des enfants, des amis avec qui boire un verre le soir, une famille. Ma date de naissance serait tout bêtement responsable de ce cauchemar là

À ce sujet, je vous recommande chaudement cette BD de Tardi

Avec beaucoup de chance, au sortir de la Guerre, à 32 ans, je serais encore vivant. Resterait la Grippe espagnole, à éviter. 
Puis, pour mes cinquante ans, rebelote, ce serait la Seconde Guerre mondiale qui viendrait me rappeler quelques bons souvenirs…

Deux siècles plus tôt

Deux siècles plus tôt, je serais né en juillet 1786. Trois ans avant la Révolution française. Une période pour le moins troublée, mais avec un souffle de liberté, ce qui n'est pas négligeable. Pour mes six ou sept ans, en revanche, ç'aurait été la Terreur. Des hommes et des femmes décapitées, ici ou là. De quoi traumatiser un enfant, je pense.

À mes 20 ans, impossible d'y échapper, j'aurais été engagé dans les armées napoléoniennes. La Guerre, là encore. Inévitablement. Une vie à la Barry Lindon, en somme. Ou à la Fabrice Del Dongo. En 1812 (deux siècles avant aujourd'hui), c'était la bataille de Russie, le début de la fin, la Bérézina. La mort annoncée de l'Empire, du rêve napoléonien.

Hasard heureux

Je peux remonter plus loin encore : à chaque fois, je retrouve la Guerre, les épidémies, la famine, les tensions. Quand je pense à tous ces gens qui ont vécu avant moi : ce qu'ils ont dû endurer. Quand je pense à ce que représente ma date de naissance, une seule journée à l'échelle de l'Histoire de l'humanité, je me dis que je suis vraiment chanceux.


Je me dis aussi que les Hommes ne s'en sont pas trop mal sortis - ils venaient de loin - pour construire cet espace de paix, l'Europe ; pour mettre en place toutes ces institutions, pour se protéger des maladies et des instincts meurtriers de leurs semblables.
Je me dis aussi que, personnellement, je n'y suis pour rien.

Mais que ma responsabilité actuelle, c'est de contribuer à faire de mon époque une belle époque. 
Sans ce qui est venu ensuite, de préférence.


Commentaires

  1. J'ai lu ton article avec attention. Dommage que beaucoup d'enfants nés en 1986, soit notre génération, n'aient pas eu la même chance que nous à slt quelques kilomètres de là ... ( rien que dans les balkans dans les années 90).
    Reste que ton article est sympa, et bien écrit :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le commentaire.
    La dimension géographique entre également en compte, en effet, c'est certain. C'est la raison pour laquelle je le précise dès la première phrase.
    Warren Buffet, le célèbre milliardaire américain, expliquait qu'il devait sa fortune au hasard qui l'avait fait naître à cet endroit - et non ailleurs - et à notre époque - et non à une autre ; ajoutant que ses qualités/compétences n'auraient jamais été à ce point valorisées dans un autre contexte. Ainsi, s'il était devenu milliardaire, c'était avant tout par un concours de circonstances.

    RépondreSupprimer
  3. Bien pensé et bien écrit Basile... et c'est sans compter l'espérance de vie qui s'est beaucoup étirée depuis... ce qui te permettra d'écrire encore plus longtemps...:)

    RépondreSupprimer
  4. moi quand je te lis , je me régale de tes réflexions et pensées.. le monde a changé , l humain est plus éclairé sur sa condition, on s'informe , on nous informe mais comme par le passé, il y a encore des guerres partout....c'est la nature humaine qui fait peur!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent