Accéder au contenu principal

J'Aurais Pu Naître Un Siècle Plus Tôt

New-York 1612 - 2012
J'aurais pu naître un siècle plus tôt, le 23 juillet 1886. Au même endroit, à Paris. Mon enfance aurait été plutôt heureuse, sans doute, au cœur de la Belle ÉpoqueMais à mon âge, les choses auraient commencé à se gâter. 

Si j'étais né un siècle plus tôt, en effet, il ne me resterait plus que deux ans de vie [article écrit en juillet 2012] avant La Grande Guerre, la mobilisation générale, l'horreur des tranchées. Deux ans pour profiter du soleil, de la Seine, des cafés en terrasse ; deux ans pour arpenter ces rues, croiser des passantes aux robes d'été, sourire à la vie ; deux ans pour profiter pleinement de cette ville, de ces jardins, et de la paix.

Pas sous la même étoile

À 28 ans, on me retrouverait dans la boue, avec un casque en ferraille pour protéger mon crâne des éclats d'obus et des balles, les mains tremblantes de froid et de peur, emmitouflé dans une tunique sale, crasseuse, sous une pluie battante, avec d'autres hommes effrayés, dans cet enfer imposé par la fatalité de l'époque.

Les circonstances - elles seules - m'interdiraient de vivre tranquillement, d'avoir une histoire d'amour, des enfants, des amis avec qui boire un verre le soir, une famille. Ma date de naissance serait tout bêtement responsable de ce cauchemar là

À ce sujet, je vous recommande chaudement cette BD de Tardi

Avec beaucoup de chance, au sortir de la Guerre, à 32 ans, je serais encore vivant. Resterait la Grippe espagnole, à éviter. 
Puis, pour mes cinquante ans, rebelote, ce serait la Seconde Guerre mondiale qui viendrait me rappeler quelques bons souvenirs…

Deux siècles plus tôt

Deux siècles plus tôt, je serais né en juillet 1786. Trois ans avant la Révolution française. Une période pour le moins troublée, mais avec un souffle de liberté, ce qui n'est pas négligeable. Pour mes six ou sept ans, en revanche, ç'aurait été la Terreur. Des hommes et des femmes décapitées, ici ou là. De quoi traumatiser un enfant, je pense.

À mes 20 ans, impossible d'y échapper, j'aurais été engagé dans les armées napoléoniennes. La Guerre, là encore. Inévitablement. Une vie à la Barry Lindon, en somme. Ou à la Fabrice Del Dongo. En 1812 (deux siècles avant aujourd'hui), c'était la bataille de Russie, le début de la fin, la Bérézina. La mort annoncée de l'Empire, du rêve napoléonien.

Hasard heureux

Je peux remonter plus loin encore : à chaque fois, je retrouve la Guerre, les épidémies, la famine, les tensions. Quand je pense à tous ces gens qui ont vécu avant moi : ce qu'ils ont dû endurer. Quand je pense à ce que représente ma date de naissance, une seule journée à l'échelle de l'Histoire de l'humanité, je me dis que je suis vraiment chanceux.


Je me dis aussi que les Hommes ne s'en sont pas trop mal sortis - ils venaient de loin - pour construire cet espace de paix, l'Europe ; pour mettre en place toutes ces institutions, pour se protéger des maladies et des instincts meurtriers de leurs semblables.
Je me dis aussi que, personnellement, je n'y suis pour rien.

Mais que ma responsabilité actuelle, c'est de contribuer à faire de mon époque une belle époque. 
Sans ce qui est venu ensuite, de préférence.


Commentaires

  1. J'ai lu ton article avec attention. Dommage que beaucoup d'enfants nés en 1986, soit notre génération, n'aient pas eu la même chance que nous à slt quelques kilomètres de là ... ( rien que dans les balkans dans les années 90).
    Reste que ton article est sympa, et bien écrit :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour le commentaire.
    La dimension géographique entre également en compte, en effet, c'est certain. C'est la raison pour laquelle je le précise dès la première phrase.
    Warren Buffet, le célèbre milliardaire américain, expliquait qu'il devait sa fortune au hasard qui l'avait fait naître à cet endroit - et non ailleurs - et à notre époque - et non à une autre ; ajoutant que ses qualités/compétences n'auraient jamais été à ce point valorisées dans un autre contexte. Ainsi, s'il était devenu milliardaire, c'était avant tout par un concours de circonstances.

    RépondreSupprimer
  3. Bien pensé et bien écrit Basile... et c'est sans compter l'espérance de vie qui s'est beaucoup étirée depuis... ce qui te permettra d'écrire encore plus longtemps...:)

    RépondreSupprimer
  4. moi quand je te lis , je me régale de tes réflexions et pensées.. le monde a changé , l humain est plus éclairé sur sa condition, on s'informe , on nous informe mais comme par le passé, il y a encore des guerres partout....c'est la nature humaine qui fait peur!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,