Accéder au contenu principal

What's happening ?

Nous tous, qui nous connectons aux médias sociaux quotidiennement, connaissons cette injonction. C'est celle des temps modernes, celle de l'ère conversationnelle, celle du monde de l'actualité permanente. Que se passe-t-il ? qu'y a-t-il de nouveau ? what's up ? qu'est-ce que tu racontes ? toi, là, oui, toi, à ton échelle, que peux-tu me dire pour m'intéresser, me divertir, me faire rire, m'intriguer ? 

Updates

Cette injonction est inscrites en toutes lettres sur Twitter.


On la retrouve sous une forme un peu différente sur Facebook. 


C'est presque plus pervers encore : what's on your mind ? dis-moi ce qui se passe dans ton esprit, les pensées qui te viennent, exprime un peu ton for intérieur s'il te plaît, avoue tes secrets, livre moi des confidences, nous t'écoutons

À cet ordre si souvent répété, j'ai plusieurs fois été tenté de répondre simplement : il ne se passe rien. Nothing is happening. Je ne trouve rien à dire, rien à confier, rien à raconter. Je suis désolé de vous décevoir. À l'instant, je préfère garder mes pensées pour moi. Je ne tiens pas tellement à les exhiber. Certaines peuvent être embarrassantes, d'ailleurs. Je ne sais pas si je peux les assumer pleinement.

Top of mind de ce qui se passe

Si je me pose néanmoins la question, sérieusement, de savoir ce qui se passe en ce moment, certaines idées, certains événements, vont me revenir en mémoire immédiatement ; quel est donc mon Top of Mind des événements actuels ?

Le voici (avertissement : je passe du coq à l'âne, ne m'en voulez pas) :

Que se passe-t-il ?
Il se passe d'abord d'étranges phénomènes. Ce matin, vers 6h du matin - heure française -, Vénus est venue entre la Terre et le Soleil. Je me suis réveillé, à l'aurore, mais les nuages parisiens de ce printemps dégueulasse m'ont empêché de profiter du spectacle et je me suis vite rendormi. Autre part, dans le monde, des scientifiques plus chanceux - et mieux équipés, aussi - ont pris quelques photos pour mon plus grand bonheur.



Pour info, cela ne se reproduira pas avant 105 ans, donc si vous avez raté l'occasion, vivez longtemps !

Que se passe-t-il ?
Un canadien narcissique - et surtout complètement taré - a découpé un homme, et a eu la charmante idée de poster son acte immonde en ligne. Comme dans le premier épisode de la série Black Mirror, que je vous recommande mille fois, la vidéo circule depuis sur Internet sans que le FBI ni personne ne parvienne à la faire supprimer définitivement. Les médias traditionnels en parlent, en mettant des liens vers des blogs qui la diffusent, et je n'aime pas ça.
Par ailleurs, depuis, et heureusement, le meurtrier a été arrêté - de façon assez ridicule - dans un cybercafé berlinois. 

Que se passe-t-il ?
Roland-Garros. L'élimination hier soir du dernier joueur français dans ce tournoi essentiel ; tournoi qui me rappelle systématiquement mes révisions passées, pour le brevet, le bac, les concours, les grands oraux… 
Car oui, toute ma vie, j'ai regardé des matchs de Roland-Garros, et bien souvent, je le confesse, j'avais mieux à faire.

Que se passe-t-il ?
J'ai découvert via @Adtimes que Casino subissait en ce moment un petit bad-buzz, après cette brillante annonce, pour la fête des mères, qui démontre si besoin que quelques clichés ont encore la vie dure (et je vous invite d'ailleurs à lire ce billet sur le sexisme en publicité, si le sujet vous intéresse) : 

Que se passe-t-il ?
J'ai revu récemment une amie que je n'avais pas vue depuis longtemps. C'est étrange de revoir quelqu'un en ayant le sentiment que rien n'a changé. Ne pas se voir pendant deux ans, et avoir l'impression qu'on s'est vu hier, ou qu'on pourrait se voir demain.
C'est, je crois, la force de l'amitié.

Que se passe-t-il ?
Avant hier soir, je suis allé au cinéma. J'ai vu Margin Call. Pas mal du tout. En rentrant, j'ai pris des photos dans le quartier latin. La lune était belle. Il y avait moins de nuages que ce matin, mais Vénus n'était pas encore là, malheureusement. Parfois, tout est une question de timing

Bon, voilà. Et maintenant, que se passe-t-il, pour vous ?

Vous venez de lire un billet de blog. Je peux tirer de cette vérité indéniable certains enseignements : vous avez en ce moment un accès à Internet, et vous savez lire. Les chances sont relativement grandes, par ailleurs, pour que vous me connaissiez, au moins partiellement. Vous êtes francophone, du moins je présume, sinon vous n'avez compris que ces quelques mots dans ce billet : black mirror what is happening nothing up mind, ce qui, avouez-le, le rend incontestablement moins intéressant. 

DONC

Si vous êtes francophone, que vous me connaissez, que vous avez un accès Internet, n'hésitez pas à commenter, partager, réagir à cet article. Ou à vous demander au moins sérieusement ce qu'il se passe, pour vous, là, maintenant, tout de suite, à l'instant.

S'il ne se passe rien, ce n'est pas bien grave.

On doute. La nuit…
J'écoute. Tout fuit. 
Tout passe. 
L'espace
Efface
Le bruit”.



Commentaires

Catherine Hardy a dit…
Incroyable cette pub pour la fête des mères ! Oh, que cela m'aurait fait plaisir, ces 3 rouleaux de sopalin ! Mes enfants m'ont appelée pour la fête des mères. Les avoir au téléphone, ou en vrai à la maison, ça me fait toujours très plaisir, mais ça me suffit. Quelque chose m'a manqué ce jour-là, dire "Bonne fête", à ma maman à moi. Ridicule à plus de 60 ans. Mais c'est vrai, j'ai pensé "Bonne fête maman". Voilà ce qui s'est passé. Vraiment pas grave !
Basile a dit…
Pas du tout ridicule. Merci pour ce commentaire.
Toutes ces questions me font également penser à la chanson d'édith Piaf : "il ne se passe jamais rien pour moi".
http://www.youtube.com/watch?v=5wnBt3_vBNA

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq