Accéder au contenu principal

Une nouvelle année s'achève

Les derniers jours de 2011. Dans moins d'une semaine, tout ce qui s'est passé cette année pourra être clôturé, classé, mis au placard. On jettera les calendriers périmés, les agendas vétustes, les plannings complétés. En quelques heures, ce qui occupait pleinement notre attention deviendra de l'histoire ancienne.

Le temps s'écoule.
Je me souviens d'un tee-shirt que j'avais à la fin des années 90, sur lequel il y avait cette inscription : “j'aurai 14 ans en l'an 2000”. J'en ai 25 à présent, et j'aimerais retrouver ce vêtement (à ma taille, ce serait mieux) pour l'arborer fièrement. Ce serait assez stylé.
La vie passe. Je ne me sens pas vieillir - il ne manquerait plus que çà ! -, mais j'observe différemment la pendule au salon. Je sais désormais qu'elle m'attend. J'entends les secondes chuchoter.

Souviens-toi !

Trois mille six cents fois par heure, la Seconde chuchote : souviens-toi ! - rapide, avec sa voix d'insecte, maintenant dit : je suis Autrefois, et j'ai pompé ta vie avec ma trompe immonde ! Remember ! Souviens-toi ! Prodigue ! Esto memor ! (Mon gosier de métal parle toutes les langues). Les minutes, mortel folâtre, sont des gangues qu'il ne faut pas lâcher sans en extraire l'or ! Souviens-toi que le Temps est un joueur avide qui gagne sans tricher, à tout coup ! c'est la loi. Le jour décroît ; la nuit augmente ; souviens-toi ! Le gouffre a toujours soif ; le clepsydre se vide.

J'ai mes souvenirs pour moi. Mes projets aussi. J'ai mes rêves, mes envies, mes désirs, mes folies, mon espérance. J'ai la force de regarder demain. Contrairement à ce que je lis aujourd'hui dans les journaux, je ne suis pas pessimiste. J'aime le monde dans lequel je vis. J'aime tout ce qui a été fait, déjà.


J'aime tous ces livres, écrits ; ces centaines de milliers d'histoires imaginées par d'autres. Ces pièces de théâtre, ces romans, ces poèmes, ces morceaux de musique. J'aime ces villes, bâties par tous ces gens que je ne connais pas : ces routes, ces immeubles, ces ponts. J'aime le code de la route, le code civil, la déclaration universelle. J'aime Le Robert, Le Larousse, Le Petit Mourre. J'aime ces jeux, ces jouets, ces loisirs créés par des hommes qui cherchaient un peu de réconfort, et du divertissement.

Le temps de l'ombre d'un souvenir

Ce long cortège qui nous précède, comment ne pas y songer ? Ces ancêtres du monde entier qui ont contribué par leurs efforts à construire le monde tel qu'il est. Comment ne pas se souvenir de leurs erreurs, aussi ? Le nationalisme, la peur, la lâcheté. “Demandez-vous belle jeunesse, le temps de l'ombre d'un souvenir, le temps du souffle d'un soupir : Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?”.


J'essaye d'y penser, souvent. De rester - à mon échelle - vigilant. C'est en tout cas mon état d'esprit, aujourd'hui, alors que je compile mes propres dossiers. Alors que je range mon chez moiUne nouvelle année s'achève, et ça recommence. Un nouveau Noël, un nouveau jour de l'an, un nouveau Saint Basile (le 2 janvier, soyez attentifs !). Un nouvel hiver, qui se prolonge.

Une nouvelle époque de ma vie. Quand j'avais 14 ans - en l'an 2000, donc, pour ceux qui suivent - j'écoutais cette chanson, qui correspond assez bien à l'instant. ^^





Commentaires

  1. Il y a un proverbe russe qui dit - de façon approximative: "Celui qui regarde derrière est borgne; celui qui ne regarde pas derrière est aveugle". C'est bien de voir quelqu'un de ton âge avec la conscience affirmée de ce qu'il doit au passé, tout en étant bien dans son temps et confiant dans l'avenir. C'est rare. C'est sage. Salut à toi jeune Yoda :)
    @vistoboy

    RépondreSupprimer
  2. L'extrait de texte qui commence par "Trois mille six cent fois par heure" m'a bien plu, mais n'arrange pas ma névrose du temps qui passe..!

    RépondreSupprimer
  3. @Vikler Baudelaire n'est pas la meilleure personne à lire, quand on a cette névrose-là ! ;)

    @vistoboy merci beaucoup. Mais je ne suis qu'un jeune padawan.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent