Accéder au contenu principal

New Generation

Je fais partie de la génération Y. Je m'en suis rendu compte assez tardivement, pour être tout à fait sincère. Je ne connaissais pas ce terme, auparavant. Je me demande même si je ne l'ai pas découvert lorsque je travaillais à L'Atelier BNP Paribas. Peut-être quelques temps plus tôt. 

Généalogie 
Pour ceux qui ne savent pas encore ce que c'est, il suffit de faire un tour sur Internet. On y apprend que toutes les personnes nées entre la fin des 1970s et le milieu des 1990s appartient à cette fameuse génération. Ça fait pas mal de monde, donc. Plus de 15 % de la population européenne en 2015. Et ce qui est plus intéressant : plus de 40 % des actifs en France à cette date.
Cette génération - également connue sous l'appellation digital natives - a quelques singularités : 
Elle n'a pas connu la Seconde Guerre Mondiale, ni la Guerre Froide. 
•Elle n'a pas connu le monde sans le Sida. 
•Elle a vu apparaître et se généraliser les ordinateurs personnels, les téléphones portables, les smartphones, les tablettes tactiles, les appareils photos numériques, les réseaux sociaux. 
•Elle n'ignore plus certains codes de la communication, de la publicité. 
•Elle a toujours connu le chômage en tant que réalité économique. 
•Elle a entendu mille fois que l'éducation, la santé, la culture, la nation, la recherche, la défense, étaient en crise.
•Elle sait que la télévision est amenée à changer en profondeur. 
•Elle passe un temps fou sur Internet. 
Une génération, donc. Le terme n'est pas anodin. Notamment d'ailleurs quand on parle de publicité :

Une génération d'internés
Je suis né avec Internet. Je fais partie de tous ces autres qui sont nés avec Internet. Comme eux, je suis Inter-nés. Et nous sommes tous désormais inter-connectés. Liés les uns aux autres. Ce que je dis, ce que je fais, peut-être capté immédiatement, diffusé, partagé, échangé. 
C'est normal. C'est réel. C'est le monde auquel j'appartiens. Un monde qui change.
Être inter-nés, au sens où je l'entends, c'est avoir intégré depuis sa naissance plusieurs dynamiques : l'accélération du monde, l'importance de l'interactivité, la tendance à la transparence, à l'ouverture des données. Je ne peux plus concevoir le monde autrement.


La pendule au salon
Mais comment cette génération évoluera-t-elle ? Dans dix, vingt ans ? La génération Z sera-t-elle là pour prendre le relais ? Et ensuite ? Reviendrons-nous à la lettre A ?

La génération Y, bientôt, sera vieillissante.
Nous serons tous sourds, à cause des écouteurs que nous plaçons depuis notre plus jeune âge dans nos oreilles. Nous serons usés, après toutes ces années de multi-tâches. Notre vue sera mauvaise, après être restés des heures et des heures face aux écrans d'ordinateur. 
Il faut y penser aujourd'hui. Aussi difficile que cela puisse paraître, les nouvelles technologies que nous connaissons seront dans quelques temps de bien vieilles technologies. 
Il n'est pas facile de prendre conscience que certaines choses changent. Que la génération Y ne sera jamais éternelle. Et pourtant…

Commentaires

  1. Juste pour rebondir sur cette histoire de surdité : « La sidérurgie et la métallurgie ont fait plus de dégâts que les MP3... »
    http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/03/10/article_concerts-boites-eduquer-les-jeunes.shtml

    RépondreSupprimer
  2. Ah merci Nathanaël, en effet, c'est rassurant.

    RépondreSupprimer
  3. •Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ
    Je me suis élevé/e en disant :
    --s'il vous plaît", merci, bonjour/ bonsoir, bon appétit...
    J'eu d'instinct :
    - le respect des plus faibles, des aînés - à aider ceux qui en ont besoin - à tenir la porte aux gens derrière moi - à aimer les gens pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'ils me donnent ou pire ce qu'ils Zont!
    J'ai traité les gens comme j'aimerais l'être ....
    Or de nos jours, chacun peut le voir, ces valeurs se trouvent à la poubelle ....
    Alors une idée ... " Et si enfin on arrêtait de Jeter pour recycler???'' ^)^ ..

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Pourquoi j'aime la Poésie

J e ne saurais expliquer comment m'est venue l'envie d'apprendre par cœur des poèmes, quand j'avais une dizaine d'années. Bien sûr, il y avait des livres chez moi. Des bibliothèques qui accordaient une place non négligeable à la poésie. Bien sûr, j'aimais ces recueils, qui s'ouvraient d'eux-mêmes aux pages les plus précieuses, offrant ces mots qui disaient tout  en disant  peu . " Il faut peu de mots pour dire l'essentiel ". Bien sûr, j'avais la chance d'avoir, à portée de la main, Aragon, Baudelaire, Éluard, Reverdy ou Rimbaud. Et puis, il y avait mon arrière-grand-père, cet héritage culturel transmis dès le plus jeune âge. Ce Victor Segalen dont je pouvais parcourir les ouvrages originaux. Pour sentir ce papier proche d'un papyrus, soigneusement plié entre deux plaques de bois fines que tenait jointes un ruban. Ça aide, d'avoir ainsi dès l'enfance une admiration pour l'écriture. Et une raison supplémentaire