Accéder au contenu principal

New Generation

Je fais partie de la génération Y. Je m'en suis rendu compte assez tardivement, pour être tout à fait sincère. Je ne connaissais pas ce terme, auparavant. Je me demande même si je ne l'ai pas découvert lorsque je travaillais à L'Atelier BNP Paribas. Peut-être quelques temps plus tôt. 

Généalogie 
Pour ceux qui ne savent pas encore ce que c'est, il suffit de faire un tour sur Internet. On y apprend que toutes les personnes nées entre la fin des 1970s et le milieu des 1990s appartient à cette fameuse génération. Ça fait pas mal de monde, donc. Plus de 15 % de la population européenne en 2015. Et ce qui est plus intéressant : plus de 40 % des actifs en France à cette date.
Cette génération - également connue sous l'appellation digital natives - a quelques singularités : 
Elle n'a pas connu la Seconde Guerre Mondiale, ni la Guerre Froide. 
•Elle n'a pas connu le monde sans le Sida. 
•Elle a vu apparaître et se généraliser les ordinateurs personnels, les téléphones portables, les smartphones, les tablettes tactiles, les appareils photos numériques, les réseaux sociaux. 
•Elle n'ignore plus certains codes de la communication, de la publicité. 
•Elle a toujours connu le chômage en tant que réalité économique. 
•Elle a entendu mille fois que l'éducation, la santé, la culture, la nation, la recherche, la défense, étaient en crise.
•Elle sait que la télévision est amenée à changer en profondeur. 
•Elle passe un temps fou sur Internet. 
Une génération, donc. Le terme n'est pas anodin. Notamment d'ailleurs quand on parle de publicité :

Une génération d'internés
Je suis né avec Internet. Je fais partie de tous ces autres qui sont nés avec Internet. Comme eux, je suis Inter-nés. Et nous sommes tous désormais inter-connectés. Liés les uns aux autres. Ce que je dis, ce que je fais, peut-être capté immédiatement, diffusé, partagé, échangé. 
C'est normal. C'est réel. C'est le monde auquel j'appartiens. Un monde qui change.
Être inter-nés, au sens où je l'entends, c'est avoir intégré depuis sa naissance plusieurs dynamiques : l'accélération du monde, l'importance de l'interactivité, la tendance à la transparence, à l'ouverture des données. Je ne peux plus concevoir le monde autrement.


La pendule au salon
Mais comment cette génération évoluera-t-elle ? Dans dix, vingt ans ? La génération Z sera-t-elle là pour prendre le relais ? Et ensuite ? Reviendrons-nous à la lettre A ?

La génération Y, bientôt, sera vieillissante.
Nous serons tous sourds, à cause des écouteurs que nous plaçons depuis notre plus jeune âge dans nos oreilles. Nous serons usés, après toutes ces années de multi-tâches. Notre vue sera mauvaise, après être restés des heures et des heures face aux écrans d'ordinateur. 
Il faut y penser aujourd'hui. Aussi difficile que cela puisse paraître, les nouvelles technologies que nous connaissons seront dans quelques temps de bien vieilles technologies. 
Il n'est pas facile de prendre conscience que certaines choses changent. Que la génération Y ne sera jamais éternelle. Et pourtant…

Commentaires

Nathanaël a dit…
Juste pour rebondir sur cette histoire de surdité : « La sidérurgie et la métallurgie ont fait plus de dégâts que les MP3... »
http://www.lavoixdunord.fr/Region/actualite/Secteur_Region/2011/03/10/article_concerts-boites-eduquer-les-jeunes.shtml
Basile a dit…
Ah merci Nathanaël, en effet, c'est rassurant.
Unknown a dit…
•Ƹ̵̡Ӝ̵̨̄Ʒ
Je me suis élevé/e en disant :
--s'il vous plaît", merci, bonjour/ bonsoir, bon appétit...
J'eu d'instinct :
- le respect des plus faibles, des aînés - à aider ceux qui en ont besoin - à tenir la porte aux gens derrière moi - à aimer les gens pour ce qu'ils sont et non pour ce qu'ils me donnent ou pire ce qu'ils Zont!
J'ai traité les gens comme j'aimerais l'être ....
Or de nos jours, chacun peut le voir, ces valeurs se trouvent à la poubelle ....
Alors une idée ... " Et si enfin on arrêtait de Jeter pour recycler???'' ^)^ ..

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq