Accéder au contenu principal

Nous vivons dans un monde futuriste

Bien sûr, c'est peut-être une illusion. Un effet d'optique. Mais j'ai le sentiment que nous vivons actuellement des changements d'une autre nature que ceux qui sont advenus par le passé. Il m'arrive de plus en plus souvent de discuter, en soirée, de l'avenir, des nouvelles technologies, et des bouleversements engendrés par Internet, ou par les appareils nomades.

L'an 2000

Pendant longtemps, l'an 2000 représentait dans l'imaginaire collectif une ère nouvelle, celle des voitures volantes, de la robotique, du futur dans tout ce qu'il avait de plus fou. 2001 devait correspondre à “L'Odyssée de l'Espace”.


A première vue, on pourrait se dire que tout ça n'était que des fantasmes, fruits d'une imagination débordante, et qu'en fin de compte, les changements attendus n'ont pas eu lieu. 
“Ecoutez-moi, vous, les Gavroches, Vous les enfants de la ville, Non, Paris n'est pas si moche, Ne pensez plus à l'an 2000” Renaud
Et de fait, les voitures ne volent pas. Mais à bien y regarder, on pourrait aussi se dire, au contraire, que la transformation en cours est bien plus importante que celle que nos ancêtres et grands-parents pouvaient imaginer. Ils n'y pensaient même pas. Un monde où chaque homme sur Terre peut entrer en contact avec un autre homme, dans l'instant. Un monde où il est possible de partager tous types de documents en quelques secondes. Où l'information peut être recherchée par quiconque, avec des outils qui l'organisent et offrent immédiatement des résultats pertinents. Un monde où les technologies permettent de connaître très précisément où se situe chacun, à condition qu'il accepte de se géolocaliser. Un monde où les ordinateurs deviennent des tablettes tactiles, où les objets commencent eux-mêmes, après les hommes, à être interconnectés. Où les infrastructures électriques gagnent en intelligence, pour des gains énergétiques considérables.

2011 est finalement plus futuriste qu'on ne le pensait

Tout cela va bien au-delà de ce que l'on pouvait prévoir. Avec des conséquences bien plus grandes. Le mouvement de l'Open Data (ouverture des données) amène les autorités publiques et les gouvernements à reconsidérer leur rôle. Si le savoir est une arme, cette arme est désormais accessible au plus grand nombre. La démocratie change de visage.
L'organisation du temps n'est plus la même non plus. Tout va plus vite, on le sait. Et en même temps, il sera demain beaucoup plus facile de replonger dans l'histoire, de voir et d'entendre ces hommes du passé, d'en savoir plus sur eux. Aujourd'hui, je ne connais pas grand chose de mes arrières-arrières-arrières grand-parents. Mais s'ils avaient eu Facebook et Twitter ? S'ils avaient eu une caméra, un appareil photo numérique ? 
Bien entendu, tous ces changements soulèvent aussi des inquiétudes. Il n'y a pas que des promesses. Les dérives possibles sont nombreuses. Il faut être vigilants. Il faut veiller à ne pas gâcher toutes les opportunités qui naissent de ces bouleversements. Il faut s'assurer que tous les outils développés aient leurs propres gardes-fou. Et il faut aussi savoir prendre du recul de temps en temps. Patienter. 
Il faut enfin reconnaître que certaines choses ne changent pas.

Commentaires

  1. . Et il faut aussi savoir prendre du recul de temps en temps. Patienter

    J'aime cette phrase, merci Basile!!!!
    Maryvonne

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi