Accéder au contenu principal

De nous, que restera-t-il ?

Dans les moments difficiles que l'on traverse parfois, à l'échelle individuelle, ou à l'échelle d'une famille, d'une société, d'un pays, voire d'un continent, ce n'est pas toujours évident de prendre du recul. Sur le moment, on a le sentiment que la situation est inextricable, et que les conséquences sont lourdes, inévitables.

Une façon de souffler quelques secondes peut être de se rappeler un fait incontestable : tout finira par s'évanouir. Les problèmes, les malentendus, les colères, les injustices, les erreurs, les blessures. Tout passe. Tout fuit. Tout s'efface. Avec le temps. 

Tout doit disparaître

Les plus grandes défaites finissent par être bien peu de choses, au regard de l'Histoire. Les pires humiliations sont un jour oubliées. La vendetta la plus ancienne finit par s'éteindre, et l'on finit par cesser de vouloir venger ceux qui ne sont plus.

De même, les plus grandes gloires finissent par être insignifiantes. Aux Grands hommes, la patrie reconnaissante, certes. Mais on finit par oublier qui sont ces Grands hommes. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est Tchekhov.
"Oui. On nous oubliera. C'est la vie, rien à faire. Ce qui aujourd'hui nous paraît important, grave, lourd de conséquences, eh bien, il viendra un moment où cela sera oublié, où cela n'aura plus d'importance".
À l'époque antique, le Sénat romain prévoyait une peine cruelle à l'encontre d'un personnage public. 

Damnatio Memoriae

Baptisée "Damnatio Memoriae", elle consistait en l'annulation de ses honneurs, l'effacement de son nom des monuments publics ou encore le renversement de ses statues. 
La peine ultime : cher Monsieur, pour votre crime, on vous oubliera

Or, il est normal de vouloir qu'on se souvienne de nous. A fortiori quand on fait de la politique. On voudrait que notre passage sur cette Terre, à défaut d'avoir un sens, ait servi à quelque chose. Qu'on ait réussi à transmettre, à convaincre, à faire progresser le monde.

Et pourtant, comme le dit Annie Ernaux dans Les années, "toutes les images disparaîtront".
"Et l'on sera un jour dans le souvenir de nos enfants au milieu de petits-enfants et de gens qui ne sont pas encore nés.S'annuleront subitement les milliers de mots qui ont servi à nommer les choses, les visages des gens, les actes et les sentiments, ordonné le monde, fait battre le cœur et mouiller le sexe. (…) Tout s'effacera en une seconde. (…) Ce sera le silence et aucun mot pour le dire. De la bouche ouverte il ne sortira rien. Ni je ni moi. (…) Dans les conversations autour d'une table de fête on ne sera qu'un prénom, de plus en plus sans visage, jusqu'à disparaître dans la masse anonyme d'une lointaine génération".
Presque rien

Ma conviction, en dépit de cette dure réalité, c'est qu'il est possible de laisser quelque chose. Quelque chose d'intangible, de minime, d'insignifiant peut-être. Mais ce presque rien aura une influence. Ce que l'on transmet à une personne peut lui permettre à son tour de le transmettre à une autre ou de le transformer pour en faire autre chose, et ainsi de suite.
"Si on peut trouver moins que rien, c'est que rien vaut déjà quelque chose". Raymond Devos Parler pour ne rien dire.
Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transmet, en quelque sorte.

C'est cet héritage intangible, notre héritage, qui est l'essentiel. C'est à lui qu'il faut penser, plutôt qu'à la gloire ou à la fortune. Nous disparaîtrons un jour, et de nous ne restera presque rien. Ce presque rien qui est tout. Ce presque rien qui vaut la peine de vivre pleinement, du coup.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustrationHeart Machine
Cela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature, de poésie. J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent. 
De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés. 
Je vais continuer. Continuer d'écrire, ici, parce que c&…

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

Désormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message. Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable.
L'autre a lu mon message
Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée, ou plus “active” (…

Je Me Force Un Peu Parfois

Je me force un peu, parfois.  Je me dis que ça fait longtemps, que j'ai reçu de nombreux encouragements depuis que j'ai commencé à écrire, ici, et que cela devrait suffire à m'inciter à poursuivre, régulièrement. Je suis heureux d'avoir plusieurs fois trouvé les mots pour parler de certains sentiments, de certaines impressions, qui avaient de la valeur à mes yeux. Heureux d'avoir réussi à transmettre - des idées, des envies, des émotions peut-être ? - ce qui autrement serait resté au fin fond de ma conscience. 
Se forcer à écrire, pour soi, d'abord, et pour les éventuels lecteurs nocturnes qui souhaitent lire autre chose que des analyses politiques post-conférence de presse / post-grand débat national / post-gilets jaunes. Ou bien des dissertations sur la reconstruction de Notre-Dame, à l'identique ou surtout pas. Cet éternel retour, des pour, des contre, et de tous les autres, qui argumentent ou qui s'indignent.
Je me force un peu, parfois. Parce que ç…