Accéder au contenu principal

Partir à la rencontre de soi-même

Après une rupture amoureuse, il est courant de s'entendre dire : "tu devrais prendre du temps pour toi, te recentrer sur celui que tu es vraiment". On n'a même plus besoin d'entendre ce conseil formulé dans la bouche d'un ami, il est déjà intégré dans notre logiciel intérieur. Comme si c'était là l'issue, l'alpha et l'omega de toute reconstruction personnelle.

"Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
 Pleurant sans cesse ?
 Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà
 De ta jeunesse ?"
Paul Verlaine

La renaissance passerait ainsi par une re-connaissance. Apprendre à se connaître soi-même, à se re-connaître. Ce n'est pas si simple d'appliquer ces principes fondamentaux. Ces dernières années, j'ai pris le temps, je crois, de mieux savoir qui j'étais, ce que j'aimais, ce que je voulais, quels étaient mes essentiels. De savoir aussi quelles étaient mes failles, mes vulnérabilités. J'ai écouté ce que l'on disait de moi. Je me suis remis en question.

J'ai aussi investi - du temps, mais pas seulement - sur moi. Je me suis mis au sport, j'ai pris des leçons d'échecs, des leçons de danse. J'ai médité. J'ai lu. J'ai réfléchi. Dans quelques semaines - étape ultime de ce processus - je me ferai sans doute une retraite solitaire, quelque part vers le sud. 

Je suis tombé sur moi

Je ne sais pas où tout cela me mènera vraiment. J'ai l'impression de savoir qui je suis, depuis quelques temps déjà. D'être déjà tombé sur moi au détour d'un chemin. "Sur le Pont Neuf j'ai rencontré / L'ancienne image de moi-même / Qui n'avait d'yeux que pour pleurer / De bouche que pour le blasphème". Pourtant, je continue de m'interroger. Jusqu'à quel point peut-on partir à la rencontre de soi ? Surtout, dans quelle mesure cela nous guérit-il vraiment ? "Sur le Pont Neuf j'ai rencontré / Mon double ignorant et crédule / Et je suis longtemps demeuré / Dans ma propre ombre qui recule".

J'en discutais encore il y a quelques jours avec une amie, après avoir évoqué ensemble L'Anomalie : "aimerais-tu te rencontrer ? Non pas un frère jumeau, mais toi-même ? Un double parfait". Ce n'est pas une question simple. Je me demande ce que je penserais de moi, si d'aventure je prenais un café avec mon double. 

"Je me retrouve dehors avec mes lanternes, à la recherche de moi-même". Emily Dickinson

Est-ce que j'arriverais à avoir une conversation intéressante, avec moi-même ? Je serais sans doute tenté de me coacher. De me motiver à me dépasser, à exploiter au maximum mon potentiel. Ah, et je suis sûr que j'aimerais jouer une partie d'échecs avec ce joueur de mon exact niveau.

Peut-être serait-il possible de se surprendre soi-même. De s'amener à découvrir de nouveaux horizons. Peut-être qu'une telle rencontre serait déterminante, et - ce qui serait un comble - nous changerait tous les deux, pour toujours.

Ce blog m'aide probablement à partir à ma rencontre, depuis plus de dix ans maintenant. Je peux me relire, à l'occasion, pour me rappeler ce que je pensais, ou ce que je ressentais, à telle ou telle époque. Il me force aussi à chercher les mots pour exprimer ce que je veux dire, ce que je veux raconter. Se rencontrer, donc, une bonne fois, pour pouvoir se raconter.

Illustrations © Vincent Versluis

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr