Accéder au contenu principal

Partir à la rencontre de soi-même

Après une rupture amoureuse, il est courant de s'entendre dire : "tu devrais prendre du temps pour toi, te recentrer sur celui que tu es vraiment". On n'a même plus besoin d'entendre ce conseil formulé dans la bouche d'un ami, il est déjà intégré dans notre logiciel intérieur. Comme si c'était là l'issue, l'alpha et l'omega de toute reconstruction personnelle.

"Qu’as-tu fait, ô toi que voilà / Pleurant sans cesse ? / Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà / De ta jeunesse ?". Paul Verlaine

La renaissance passerait ainsi par une re-connaissance. Apprendre à se connaître soi-même, à se re-connaître. Ce n'est pas si simple d'appliquer ces principes fondamentaux. Ces dernières années, j'ai pris le temps, je crois, de mieux savoir qui j'étais, ce que j'aimais, ce que je voulais, quels étaient mes essentiels. De savoir aussi quelles étaient mes failles, mes vulnérabilités. J'ai écouté ce que l'on disait de moi. Je me suis remis en question.

J'ai aussi investi - du temps, mais pas seulement - sur moi. Je me suis mis au sport, j'ai pris des leçons d'échecs, des leçons de danse. J'ai médité. J'ai lu. J'ai réfléchi. Dans quelques semaines - étape ultime de ce processus - je me ferai sans doute une retraite solitaire, quelque part vers le sud. 

Je suis tombé sur moi

Je ne sais pas où tout cela me mènera vraiment. J'ai l'impression de savoir qui je suis, depuis quelques temps déjà. D'être déjà tombé sur moi au détour d'un chemin. "Sur le Pont Neuf j'ai rencontré / L'ancienne image de moi-même / Qui n'avait d'yeux que pour pleurer / De bouche que pour le blasphème". Pourtant, je continue de m'interroger. Jusqu'à quel point peut-on partir à la rencontre de soi ? Surtout, dans quelle mesure cela nous guérit-il vraiment ? "Sur le Pont Neuf j'ai rencontré / Mon double ignorant et crédule / Et je suis longtemps demeuré / Dans ma propre ombre qui recule".

J'en discutais encore il y a quelques jours avec une amie, après avoir évoqué ensemble L'Anomalie : "aimerais-tu te rencontrer ? Non pas un frère jumeau, mais toi-même ? Un double parfait". Ce n'est pas une question simple. Je me demande ce que je penserais de moi, si d'aventure je prenais un café avec mon double. 

"Je me retrouve dehors avec mes lanternes, à la recherche de moi-même". Emily Dickinson

Est-ce que j'arriverais à avoir une conversation intéressante, avec moi-même ? Je serais sans doute tenté de me coacher. De me motiver à me dépasser, à exploiter au maximum mon potentiel. Ah, et je suis sûr que j'aimerais jouer une partie d'échecs avec ce joueur de mon exact niveau.

Peut-être serait-il possible de se surprendre soi-même. De s'amener à découvrir de nouveaux horizons. Peut-être qu'une telle rencontre serait déterminante, et - ce qui serait un comble - nous changerait tous les deux, pour toujours.

Ce blog m'aide probablement à partir à ma rencontre, depuis plus de dix ans maintenant. Je peux me relire, à l'occasion, pour me rappeler ce que je pensais, ou ce que je ressentais, à telle ou telle époque. Il me force aussi à chercher les mots pour exprimer ce que je veux dire, ce que je veux raconter. Se rencontrer, donc, une bonne fois, pour pouvoir se raconter.

Illustrations © Vincent Versluis

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi