Accéder au contenu principal

Aux confins du confinement

C'est marrant, quand on y pense. On parle de confinement, mais on pourrait tout aussi bien parler d'enfermement. On accepte le mot, on accepte le concept, alors-même qu'il nous semblait complètement étranger il y a à peine un an. C'est devenu une norme, comme le couvre-feu, comme l'état d'urgence, comme la crise, comme le chômage. 

On nous parle d'un confinement "très serré" - ce qui nous fait un peu peur - puis d'un confinement "hybride" - ce qui ne nous rassure pas tout à fait. Comme on nous parlerait d'une baguette "pas trop cuite" ou d'un steak "saignant". L'adjectif vient entériner le nom dans le langage courant.

"La rêverie confine au sommeil et s'en préoccupe comme de sa frontière". Victor Hugo

Le confinement, étymologiquement, ça vient de "confins". Ça signifie qu'il y a des bordures, des frontières. On demeure dans un espace limité ; il nous est interdit de franchir une ligne. Les mots de Michel Foucault sur les contre-espaces me reviennent en mémoire : "On ne vit pas", écrivait-il, "dans un espace neutre et blanc ; on ne vit pas, on ne meurt pas, on n’aime pas dans le rectangle d’une feuille de papier". 

Avec le confinement, si, justement. On vit précisément dans le rectangle d'une feuille de papier. Il n'y a plus cette diversité de lieux, plus ces restaurants, ces cafés, ces cinémas. Plus d'altérités, de recoins, de lieux de passage… La scène de théâtre est épurée. On se retrouve en huis clos. Unité de lieu imposée à tout le monde. 

Le même décor, les mêmes murs, les mêmes meubles. Une nouvelle fois, les mêmes contraintes. Les mêmes acteurs dans le même environnement. Si ce troisième confinement qui arrive semble plus dur à vivre pour tout le monde, c'est qu'on a perdu la dimension de découverte, de nouveauté, voire de sidération. Le confinement nous est désormais familier ; aussi est-il plus douloureux.

Alors il faut tenir, prendre son mal en patience, se dire qu'on finira bien par sortir de cette sale période. Se dire aussi qu'on aura sans doute d'autant plus envie de profiter, quand ce sera de nouveau permis : de sortir, de dîner, de danser, de faire la fête, de voyager ou bon nous semble. Vivement ce monde d'après, qui, de ce point de vue là, nous ira très bien s'il ressemble au monde d'avant. Vivement ce moment où nous arriverons aux confins du confinement.

© illustration.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou