Accéder au contenu principal

Parler vrai

Quelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager. 

Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières. 
Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai.



Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment. 
Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai".

Il arrive, si souvent, de ne pas dire les choses. On se voit, on prend un verre, avec tel ou tel ami, dans telle ou telle situation, on passe des heures à parler… pour se quitter sans n'avoir rien dit, véritablement. Si je pense aux conversations profondes, au cours de mon existence, celles qui ont changé quelque chose, je me dis que je peux les compter sur les doigts de ma main. 

Il faut qu'on parle

Heureusement, en un sens, on n'a pas sans cesse des révélations à faire, des aveux à confirmer, des secrets à confier. Heureusement qu'il est possible de prendre plaisir à des échanges simples, sans prétention, divertissants, autour d'un verre de vin à la terrasse d'un café parisien. 

Heureusement, aussi, qu'il est possible de dire beaucoup par une attitude, un regard ou par un sourire. Il y a des confidences qui se passent de mots. 


Pour autant, j'aime l'idée de "parler vrai", c'est-à-dire de parler vraiment, lorsque je suis avec des gens qui comptent pour moi. Surtout lorsque l'on est en face à face. Leur dire ce que je pense, au fond. Laisser transparaître ce qui est l'essentiel de ma pensée, sans artifice, sans cette couche de superficiel à laquelle nous sommes désormais habitués sur les médias sociaux. 

Je crois n'avoir jamais regretté d'avoir dit ce que je pensais à quelqu'un. Sur le moment, ça demande un peu de courage, quelque fois ; on peut hésiter quelques instants. Mais en fin de compte, c'est toujours bénéfique. "Parler de ses peines, c'est déjà se consoler", écrivait Camus. J'aime assez, pour ma part, de temps en temps, qu'on me parle, qu'on me parle vraiment. De peine, de joie, de doutes, d'espoirs. Qu'importe, du moment que c'est vrai.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,