Accéder au contenu principal

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

Il y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise.

Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels.

Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la première fois de l'histoire, peut-être, il est possible d'apprendre à peu près n'importe quoi, et même gratuitement, pour peu que l'on ait une connexion Internet. Vous pouvez penser à n'importe quel domaine, et vous trouverez aisément le moyen d'apprendre une nouvelle discipline. Que ce soit le déchiffrement de hiéroglyphes, la découverte d'un nouvel instrument de musique, des cours de Yoga, ou des leçons de cuisine, vous trouverez ce que vous voudrez en ligne.
The only thing standing between you and your goal is the bullshit story you keep telling yourself as to why you can't achieve it.” ― Jordan Belfort
Le mythe selon lequel on ne peut apprendre que lorsque l'on est jeune, car après le cerveau n'emmagasinerait plus aussi bien les informations, est une fable. On peut apprendre à tout âgeL’Institut universitaire de gériatrie de Montréal a démontré qu'il était aussi facile d'apprendre une nouvelle langue lorsque l'on a 65 ans que lorsqu’on en a 20. Nous ne sommes pas enfermés dans un déterminisme biologique qui nous imposerait d’apprendre seulement jusqu’à nos vingt ans. Et heureusement. 


Je me suis alors demandé ce que j'avais envie d'apprendre. Et je me suis mis à suivre des cours de code. J'ai trouvé des centaines de vidéos sur Youtube, et des kits de formation à télécharger en ligne. Venant d'un univers très "macintosh", j'ai souhaité apprendre le langage Swift, qui permet de développer des applications pour un Mac, un iPhone ou un iPad. Tout était simple et à portée de la main. Tout était très bien fait aussi.

Cela fait quelques semaines. J'ai développé ma première application. Très basique, bien entendu. Il me reste pas mal de travail pour en faire quelque chose. En attendant, ça m'a permis de comprendre, d'accéder à un nouvel univers que je ne connaissais pas. Je n'avais besoin de rien, si ce n'est d'un accès wifi et d'un ordinateur. 

J'ai envie de continuer d'apprendre des poèmes, peut-être de nouvelles langues, envie d'écrire, de dessiner. Envie de profiter du luxe incroyable qui m'est offert par mon époque : la possibilité de poursuivre l'apprentissage, quelle que soit la discipline. Simplement si je le décide. Et j'avais envie de le partager ici. Pour que vous vous posiez à votre tour la question : qu'aimeriez-vous apprendre, aujourd'hui ?

© illustrations : Nemanja Pesic

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr