Accéder au contenu principal

Entre-Deux Âges

Plus les années passent, plus j'ai le sentiment d'entrer dans l'entre-deux-âges. Entre les années d'incertitude, d'inquiétude, de quête de sens. La vingtaine, pour faire court. Cette époque où l'on se cherche, où l'on s'interroge, sur ce que l'on va faire plus tard. Cette époque où l'on est sensible à des phrases comme : "deviens ce que tu es, fais ce que toi seul sais faire", sans savoir très bien, pour autant, quel sens profond elle revêt, ni même si elle revêt un sens véritablement profond. Période où l'on fume, à la fenêtre de sa chambre d'étudiant, en hésitant entre tous les chemins du possible qui s'offrent à nous. De l'autre côté, sur l'autre rive, il y a les années de stabilisation, les années des réponses apportées, de la prudence retrouvée, d'une certaine sérénité. C'est du moins ainsi que je me les figure aujourd'hui. Un âge plus serein, où l'on est devenu quelque chose, sinon quelqu'un. 

L'entre-deux, comme toujours, est un peu bancal. En s'y prenant mal, on se retrouve avec les désagréments des deux âges : les incertitudes de la prime jeunesse et la lassitude des expériences déçues. L'inverse est également vrai : on peut tenter de ne tirer que le meilleur, c'est-à-dire la vigueur et la force de la jeunesse, combinées à une forme de sagesse et de tranquillité d'âme. On peut.


Il me manque encore beaucoup de réponses, à de nombreuses questions. En relisant Aragon, une impression étrange m'envahit cependant : il semble dire dans plusieurs passages du Roman Inachevé que tout ce qui arrive à une personne dans sa vie est finalement déjà arrivé. Tous les autres, qui ont vécu avant, ont vécu les mêmes histoires. Toutes les générations qui nous ont précédés ont connu les mêmes désillusions. "Moi j’ai tout donné (…) pour vous épargner la dérision de n’être au bout du compte que ce qu’à la fin nous aurons été, à chérir notre mal. Le papier jauni des lettres jetées au grenier dans la malle". 

J'imagine mes billets de blog, écrits depuis dix ans maintenant, tels qu'ils seront peut-être un jour : des feuillets jaunis au fond d'une malle numérique, que mes petits-enfants ouvriront éventuellement, par le hasard des choses, dans quelques décennies.

C'est à la fois rassurant d'imaginer que tout ce qui arrive est finalement déjà advenu par le passé, et un peu angoissant aussi si l'on considère que c'est en grande partie vain ; que de ce tout qui nous arrive, il ne restera à la fin des fins que peu de choses. D'autres arriveront ensuite, et revivront les mêmes doutes, les mêmes incertitudes, se poseront souvent les mêmes questions. Mes petits-enfants vivront les mêmes époques, les mêmes chapitres de vie.

Aragon, donc. Pour nous avertir de tout cela. Nous faire prendre conscience que rien de ce que l'on traverse n'est inédit. Aragon. Et Orelsan.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi