Accéder au contenu principal

Nous attendons de l'autre qu'il nous sauve

Une discussion, un soir, à la terrasse d'un café parisien. Elle me parle de son histoire, d'un homme qui est sorti de sa vie, avec qui elle avait eu une passion mouvementée. Elle pense à lui souvent, et je cherche à comprendre pourquoi ils se sont perdus de vue, s'ils s'aimaient tant. Elle s'interrompt un moment, tire sur sa cigarette, et précise sa réponse : "Le problème que nous avions, c'est que nous cherchions à nous sauver l'un l'autre. Ou plutôt, nous attendions de l'autre qu'il nous sauve".

Sauve qui peut

C'est un thème qui ne m'est pas étranger. Moi aussi, j'ai souvent cherché à sauver, à secourir, à seconder. Être là, être présent, accompagner celles et ceux qui comptent pour moi. Jusqu'à accourir s'il le fallait, à grandes enjambées, à grandes traversées dans le métro, d'Est en Ouest, le plus vite possible. Puisqu'on m'appelait au secours, je devais être là. J'étais convaincu que je pouvais apporter une aide réelle, dans le contexte qui était celui de l'époque. Convaincu qu'à ma petite échelle, je pouvais faire beaucoup. Je pouvais changer la donne.
Rien n'est indifférent, rien n'est impuissant dans l'univers ; un atome peut tout dissoudre, un atome peut tout sauver ! ” De Nerval
La vie m'a fait comprendre assez tôt, néanmoins, qu'en voulant sauver quelqu'un, on pouvait plonger avec lui. On pouvait se perdre. Qu'avant de rejoindre une personne qui s'enfonce doucement dans les sables mouvants, il faut s'harnacher, trouver une branche solide à laquelle se tenir, garder un pied sur la terre ferme. Si l'on se jette à corps perdu, alors on s'enfonce à son tour, et au désarroi du secouru s'ajoute la culpabilité de vous avoir entraîné avec lui. 

Savoir se sauver

J'ai appris, donc, qu'il faut avant tout savoir se sauver. Littéralement : partir, quand il est encore temps. Et savoir penser à soi, se construire, seul, avant de se construire dans le secours qu'on attend des autres, ou qu'on apporte aux autres. "Il n'existe pas d'être capable d'aimer un autre être tel qu'il est. On demande des modifications. (…) Peut-être le comble de l'amour partagé consiste dans la fureur de se transformer l'un l'autre, de s'embellir l'un l'autre dans un acte qui devient comparable à un acte artiste, - et comme celui-ci, qui excite je ne sais quelle source de l'infini personnel", écrivait Paul Valéry.


Revenir au personnel, donc. On n'aide jamais mieux quelqu'un que lorsque l'on est soi-même déjà sain et sauf. Pour ce faire, il ne s'agit pas seulement de sauver les apparences. C'est plus profond, plus fondamental. Il s'agit de se recréer un idéal, et de faire ensuite les efforts nécessaires pour tendre vers cet idéal.

Au secours

J'aime, pourtant, cette approche romantique du secours amoureux. Je suis nourri depuis des années aux mots d'Aragon, sauvé lui-même par l'amour rencontré : "il n'aurait fallu qu'un moment de plus pour que la mort vienne. Mais une main nue alors est venue qui a pris la mienne". Difficile de faire plus beaux que ces vers-là.


Je tente, malgré tout, avec l'expérience des années qui passent, avec les histoires que j'ai pu vivre, celles qu'on m'a contées, de tirer des leçons utiles. Il faut savoir être là, bien sûr. Pour ses amis, pour ses amours. Être présent, à la juste distance, et rassurer ou divertir, si telle est la demande. Tout en n'oubliant pas de penser à soi, de se préserver, et en gardant à l'esprit l'humilité nécessaire : I can't be your superman… can't be your superman.

Tout est une histoire de temps, et chacun peut se reconstruire s'il sait patienter. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle j'ai gardé en conclusion cette magnifique phrase de Pierre Jean Jouve. Une phrase qui sied bien à la saison automnale : “L'arbre se sauve en faisant tomber ses feuilles.”

Commentaires

Anonyme a dit…
La vie est une attente perpétuelle de ce qui peut être, un renoncement perpétuel à ce qui n'est pas, une angoisse perpétuelle de ce qui doit être.
Louis Dumur
carode a dit…
Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq