Accéder au contenu principal

Des paroles, pour traverser l'Histoire

Je sortais le 33 tours de sa pochette, et le posais sur le tourne-disque. Dans cette maison de campagne où je passais quasiment chaque week-end, durant toute mon enfance, tout un monde musical s'offrait à moi par l'intermédiaire de cet objet. Il y avait de tout. Des artistes variés, pour des musiques originales, qui devenaient pour moi instantanément cultes, puisqu'elles avaient atterri ici, dans ma famille, acquises par mes parents, ou mes frères, ou ma sœur. Le filtre était préparatoire. Rien n'était à jeter, puisque ça se trouvait là. 

Ainsi, je découvrais Bashung, Dylan, Brassens, Barbara, les Rolling Stones, etc.

Pourtant, parfois, de ces enceintes, je pouvais entendre des musiques, disons, particulières. Personne ne m'a dit, par exemple, d'où venait ce disque de Marc Ogeret, Autour de la Commune. Qui donc avait acheté ça ? Et pour quelle raison ? Bien sûr, ça correspondait à un certain goût pour l'Histoire, et à une certaine conscience de gauche, que je n'ignorais pas, dans cette famille. Mais ce disque était quand même assez singulier. 

Et malgré tout, j'aimais écouter ces paroles révolutionnaires. Ces mots qui vous transportent immédiatement dans un univers différent. Dans la lutte. Dans le combat social. Au cœur de la semaine sanglante, par exemple : 

"Sauf des mouchards et des gendarmes,
On ne voit plus par les chemins,
Que des vieillards tristes en larmes,
Des veuves et des orphelins.
Paris suinte la misère,
Les heureux mêmes sont tremblants.
La mode est aux conseils de guerre,
Et les pavés sont tout sanglants.

Oui mais !
Ça branle dans le manche,
Les mauvais jours finiront.
Et gare ! à la revanche
Quand tous les pauvres s’y mettront.
Quand tous les pauvres s’y mettront.". 


Musicalement, ce n'était pas incroyable. Mais j'y étais un peu, par ces paroles, au cœur de la Commune de Paris. J'en récupérais quelques miettes, de ce massacre de mai 1871, dirigé par Adolphe Thiers. Impossible pourtant de se figurer ce que cela avait été. Comment imaginer ?

Dans cette ville qui était la mienne. Dans ces rues que j'arpentais. Ici-même. Plusieurs dizaines de milliers de personnes, assassinées. Un bain de sang. Dont il ne me restait que les paroles de ces chansons :

"Ils ont fait acte de bandits, 
Comptant sur le silence,
Achevé les blessés dans leur lit, 
Dans leur lit d’ambulance 
Et le sang inondant les draps 
Ruisselait sous la porte.
Tout ça n’empêche pas Nicolas 
Qu’ la Commune n’est pas morte."

Chanter, quand on vous assassine

J'aimais imaginer ces femmes et ces hommes qui trouvaient le courage de chanter encore ; pour s'en donner, peut-être, justement, du courage. Ces chansons révolutionnaires-là doivent être chantées en chœur. Chanter, quand vous n'avez plus rien. Chanter, quand l'injustice pèse sur vos épaules. Chanter, quand on vous assassine. 

Des esclaves enchaînés outre-Atlantique aux communards, en passant par les révoltés de 1848, ou les Canuts du XIXe siècle, tous chantaient. Tous se réunissaient pour chanter leur colère, leur espoir, leur combat pour un monde meilleur.

"Nous dont la lampe le matin
Au clairon du coq se rallume
Nous tous qu'un salaire incertain
Ramène avant l'aube à l'enclume,
Nous qui des bras, des pieds, des mains,
De tous le corps luttons sans cesse,
Sans abriter nos lendemains
Contre le froid de la vieillesse

Aimons-nous et quand nous pouvons
Nous unir pour boire à la ronde
Que le canon se taise ou gronde
Buvons, buvons, buvons,
À l'indépendance du monde."

Je bois, ce soir, à l'indépendance du monde, et en hommage à tous ceux qui sont morts, en chantant.  Je bois à leur courage. Des armes, des canons, des pleurs, du sang, il ne reste rien aujourd'hui. Mais les paroles de leurs chansons, elles, ont traversé l'Histoire, et sont parvenues à mes oreilles d'enfant, par l'intermédiaire d'un tourne-disque, dans une maison de campagne, quelques siècles plus tard.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq