Accéder au contenu principal

Et Si J'écrivais Sur La Solitude ?

Elle est là. Dans mon dos, quand j'écris ces quelques lignes. Sur mon canapé blanc, silencieuse mais présente. Elle m'accompagne si je vais dans la cuisine, pour allumer le feu sous la casserole. La seule façon de la faire disparaître est de rejoindre des amis dans le soir automnal, à la terrasse d'un restaurant. Je la connais bien, elle m'a accompagné de nombreuses fois, lors de certaines soirées, à Lille, à Paris, ou ailleurs. La solitude.

On devrait pouvoir parler des sujets profonds, des sujets graves, sans gravité justement. J'ai en mémoire un billet de blog que j'avais écrit il y a quelques années, et qui avait inquiété ma mère. Elle me l'avait dit. Il n'y avait pourtant pas de quoi se faire du mouron, mais je comprends qu'on puisse, avec une lecture non innocente, se poser parfois des questions sur la façon dont les choses sont dites, dont elles sont ressenties.

Solicitude

En l'occurrence, cette solitude-là est très éloignée d'un désespoir morbide, d'un sentiment d'isolement que d'autres personnes connaissent, malheureusement. "Plus de deux millions de jeunes souffrent de solitude en France", ai-je lu dans la presse. Pour ma part, je n'en souffre pas, ou pas trop. Quand elle survient, dans mon dos, j'apprends à l'apprivoiser, à la comprendre, à la sentir. Je me fais à sa présence. Je me fais une raison. J'ai la liberté de la chasser, en me divertissant, à la mode pascalienne. Ou au contraire de m'y confronter, de la regarder dans le blanc des yeux.

En un sens, écrire ici me permet de l'éloigner quelque peu. Ses contours sont plus flous. Elle est à deux doigts de disparaître complètement. J'aime l'imaginer de différentes façons, ce personnage un peu mystique, cet alinoë mystérieux. Depuis le temps, j'ai comme une impression de déjà-vu. J'ai appris à la connaître, cette solitude. Comme la vieille dame dans cet épisode de Bref.


Beaucoup d'hommes et de femmes la redoutent, la fuient, s'occupent du mieux qu'ils peuvent pour ne surtout pas s'y confronter. C'est en grande partie la raison pour laquelle nous sommes si souvent amenés, les uns, les autres, à regarder l'écran de notre téléphone. Pourvu qu'il y ait un message, un cœur, un like, un pouce. Pourvu que j'y trouve un mail, un DM, un reply. Quand il n'y a rien, je scroll, je guette, je zappe, je parcours, je navigue sur la Toile, à la recherche d'une bouée.

Solide et solitaire

Pourtant, c'est essentiel de savoir prendre le temps : s'ennuyer véritablement, expérimenter pleinement ce vide, ce silence, cette pause. Ce rien. Cette absence. L'espace de cet infini. Lorsqu'on plonge dans cette atmosphère-là, la seule condition est de savoir en sortir, de savoir que l'on est suffisamment aimé, accompagné, pour ne pas s'y morfondre trop longtemps non plus. Savoir qu'on a un espace alternatif, fait de fêtes, de sourires, d'amour, de désir, d'amitié.

Savoir qu'on peut encore rouler des hanches,
Se saouler de printemps
S'en payer, des nuits blanches,
À cœur qui bat, à cœur battant.

Commentaires

  1. En parlant de solitude. Moi qui regarde ce miroir tous les matins et qui vois cette même figure empathique que je me suis forgé à supporter. Ce mec en face de moi pense sans nul doute qu'il est le seul sur terre à être comme il est, non parce qu'il se sent unique mais parce qu'il sait qu'il ne pourra jamais partager plus profondément qu'avec soi-même et qu'au fond il sait que le vide omniprésent qui réveille le silence mortuaire ne sera et sera toujours notre seul et véritable vue sur terre.

    Je proclame l'obsolescence de cette pensé momentanée et te souhaite à toi créateur de ces pages, le rédempteur de ma conscience présente, une belle vie.




    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr