Accéder au contenu principal

Le Flou de Google Street View

Depuis 2007 (depuis 2008 en France), Google parcourt le monde pour en photographier chaque avenue, chaque boulevard, chaque rue, chaque piste sableuse, chaque recoin. Le fameux Google Street View que nous connaissons tous. J'y repensais récemment devant la campagne d'Uber et ses voitures qui ont déjà emprunté toutes ces routes ("des bonnes, des mauvaises, des risquées", etc.). 

Le flou pour condition

Le monde entier n'a pas encore été intégré au module, mais une bonne partie quand même, si l'on regarde l'espace photographié en 2017. Il reste les régions les plus froides et les plus chaudes, ainsi que la Chine, accessoirement. Et puis les océans.


Dès 2008, Google a commencé à répondre aux inquiétudes soulevées par ces captations impromptues, en développant un système de floutage automatique des visages. L'enjeu était loin d'être futile. C'était la condition sine qua non pour continuer de cartographier ainsi la planète entière et obtenir le consentement de l'opinion publique internationale. Et techniquement, c'était également un défi colossal. Flouter ainsi automatiquement les centaines de millions de visages des quidams photographiés dans toutes les positions et circonstances possibles, à la volée, quels que soient leur morphologie, leur couleur de peau, leur taille, leur genre, leur âge… cela ne devait pas être complètement évident.

D'ailleurs - et comme toujours avec n'importe quel système automatique -, il y a eu quelques ratés.


Les commentaires des internautes étaient nombreux et assez drôles, sur le respect par la firme de Mountain View de la vie privée des vaches (on ne pense jamais assez à ces braves bêtes).

Toujours est-il qu'après ce floutage généralisé, nous étions bien évidemment rassurés. Puisque nos visages sont flous, c'est qu'il n'y a rien à craindre. Nous sommes ici incognito.


Quand il y a un flou, c'est qu'il y a un loup

Le flou nous protège. Le flou est la garantie de notre vie privée préservée. Le sens commun s'accorde à penser que ce "flou" là est la définition même de notre sécurité. Il est devenu ce qu'était autrefois le masque ("persona") que nous arborions en société, et derrière lequel nous protégions notre for intérieur (à ce propos, je vous renvoie à ce billet sur l'intime et l'extime). 

Je repense aujourd'hui à cette phrase, lâchée par Martine Aubry à François Hollande pendant la campagne des primaires PS en 2012. "Comme me le disait ma grand mère, quand il y a un flou, c'est qu'il y a un loup".

Si tel est véritablement le cas, nous avons du souci à nous faire, et la meute est conséquente aujourd'hui. Mais sans aller jusqu'à dire que ce floutage est problématique - ce que je ne crois pas particulièrement -, je trouve qu'il devrait nous interroger. Flouter le visage de quelqu'un, ce n'est pas non plus tout à fait anodin. 

Le Flou de l'intime

Pourquoi le visage, et le visage seulement ? Le visage est-il ce que nous avons de plus intime ?


Le paradoxe aujourd'hui est que la plupart des sociétés technologiques (dont Google) s'efforcent de plus en plus de développer des logiciels de reconnaissance faciale. Le nouvel iPhone X s'ouvrira  ainsi à son utilisateur, en photographiant et en reconnaissant le visage de ce dernier. 

Et puis le flou est synonyme de perte de mémoire. Ça disparaît peu à peu. On ne ne souvient plus très bien. Le visage connu, familier - le visage aimé ? - n'est plus reconnaissable. Les contours sont moins nets. On l'oublie peu à peu.
"De quelle couleur étaient ses yeux, j'crois pas qu'ils étaient bleus. Étaient-ils verts ? Étaient-ils gris ? Étaient-ils verts-de-gris ? Ou changeaient-ils tout le temps de couleur, pour un non, pour un oui ?"
J'imagine qu'une colonie d'extraterrestres arrivera un jour sur Terre. L'humanité entière aura disparu depuis longtemps, après une spirale de bombardements nucléaires entre Trump et la Corée du Nord qui aura fini par dégénérer. Il ne restera plus rien, si ce n'est un accès à Google Street View. Et ces extraterrestres s'interrogeront sans doute longtemps sur ce peuple qui dominait le monde avant leur extinction brutale. Un peuple étrange d'êtres bipèdes au visage flou.

illustrations : http://cargocollective.com/imabirdnow/unknown

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Putain, dix ans

© illustration   Heart Machine C ela fera dix ans cette année. Dix ans que j'ai créé ce blog. Le premier post de L'avenir est à réinventer  a été publié en octobre 2009. Des centaines ont suivi. J'ai parlé de philosophie, de littérature , de poésie . J'ai parlé de l'évolution des technologies, des médias sociaux, et de politique. J'ai parlé de ma vie, plus ou moins explicitement, de mes amours, de mes amis, de mes emmerdes. De mon spleen, parfois ; de mes espoirs, souvent.  De nombreuses personnes ont laissé des commentaires, ont réagi, ont répondu, m'en ont parlé quand je les rencontrais. Certains de mes billets trouvaient un écho particulier. J'ai reçu des messages auxquels je ne m'attendais pas. Ça m'a encouragé à poursuivre. J'ai fait des rencontres, grâce à ces mots que je postais en ligne. Des gens qui me connaissaient peu ont pu découvrir des points communs, des intérêts partagés.  Je vais continuer. Continuer d'éc

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,

Ne pas cesser d'écrire

N e pas se poser trop de questions. Ne pas chercher en vain qu'un sujet vienne miraculeusement se proposer, neuf, beau, inspirant, original. Pour quiconque a déjà tenu un blog, il arrive qu'on se retrouve coi, interdit. L'équivalent du syndrome de la page blanche, pour l'écrivain. Si cela se produit après deux semaines de blogging, il faut se faire une raison, et passer à autre chose. Mais lorsque cela survient après cinq ans de posts réguliers, c'est légèrement différent.  J'aime - et j'ai toujours aimé - écrire. Des lettres, des mots, des feuilles qu'on fait passer discrètement dans la salle de classe, lorsque le professeur a le dos tourné ; mais aussi des nouvelles, des mails, des DM, des correspondances facebookiennes. C'est un plaisir de sentir mes doigts qui pianotent sur le clavier, de voir ces mots qui se forment sous mes yeux, sortis de nulle part - sortis de moi. Pendant quelques jours, on se trouve des raisons, pour expliq