Accéder au contenu principal

Pleine conscience

On ne sait jamais très bien quels mots vont venir s'imposer à l'esprit, puis aux doigts qui pianotent sur le clavier. Je crois que mes meilleurs billets de blog sont ceux qui sont nés progressivement, par plusieurs pensées successives, autour d'un thème qui me tenait à cœur. J'aime malgré tout, de temps en temps, me confronter sans réfléchir à la page blanche et laisser venir les premières phrases qui surgissent dans ma conscience. Librement.

Bonne conscience

La conscience. La mienne, et celle des autres. J'y pensais ces derniers jours, dans le métro, dans le bus, dans la rue. Derrière ces regards, ces visages inconnus, il y avait une multitude de consciences, de pensées diverses, de préoccupations variées. C'est le sujet de l'âme, qui me fascinait tant quand j'étais tout juste adolescent. 
"On peut tout fuir, sauf sa conscience", Stefan Zweig
Ce mystère intemporel : ce qui fait que je pense, moi, de telle façon et non d'une autre. Cette impression unique de vivre à la première personne

Comment les choses seraient, si j'étais à la place d'un(e) autre ? C'est une question qui peut rapidement devenir obsédante. Se retrouver, comme dans le film Being John Malkovich dans la peau d'une personne qui n'est pas "moi". J'ai été nourri pendant des années par la série "Code Quantum", dont c'est le principe directeur.


À chaque drame, il est commun d'avoir ce réflexe, finalement universel : et si c'était moi, qui m'étais retrouvé dans cet avion-là, ou sur le Pont de Londres, ou dans la foule du 14 juillet 2016, à Nice ? Et si c'était moi, qui étais en quarantaine, pendant l'épidémie d'Ebola ?

En conscience

Adopter un point de vue historique rend les choses encore plus vertigineuses : et si je me retrouvais, moi, dans les tranchées de Verdun, en 1916 ? Ou sur la plage de Dunkerque, en mai 1940 ? Ou encore à bord du Titanic, à quelques heures de l'impact ? Et si j'étais né un siècle plus tôt ? La liste des événements vécus par tant d'autres est infinie.

C'est l'un des ressorts principaux de la littérature. Provoquer des frissons, en plaçant le lecteur à la place du narrateur, en empathie totale avec ce qu'il ressent.
"Chacun est enfermé dans sa conscience, comme dans sa peau", Arthur Schopenhauer
Des milliards de consciences, sur Terre. Des milliards et des milliards de songes, d'espoirs, de doutes, de pensées, de chimères. J'aime avoir conscience de tout ça, en tout cas. Penser à tout ce qui se passe de l'autre côté de ces visages et de ces regards. Ou à tout ce qui s'est passé, pour toutes ces personnes aujourd'hui disparues.


Commentaires

  1. par moment je me sens enfermée ,prisonnière de ce corps ,je sais intuitivement ,mes cellules savent ce qui s'est passé peut être avant , peut être après ,alors comment être conscient ,tant les évènements brouillent les pistes ????

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Message reçu, message lu : le cauchemar moderne

D ésormais, sur la quasi-totalité des réseaux sociaux et des moyens de communication modernes, vous avez la possibilité de savoir quand votre interlocuteur a reçu (et lu) votre message . Dans un temps fort lointain, les lettres prenaient plusieurs mois avant d'être découvertes, et parcourues. Certaines tombaient de la diligence, en chemin. Il était impossible de savoir si votre interlocuteur l'avait bien réceptionnée, jusqu'au jour où sa réponse apparaissait enfin dans votre boite aux lettres. Et le bonheur était alors considérable. L'autre a lu mon message Aujourd'hui, non seulement un message peut être lu immédiatement, mais vous êtes informé de cette lecture tout aussi immédiatement. Sur Facebook, sur WhatsApp, sur iMessages, des indications grisées viennent vous apporter ces éléments d'information.  Vous savez aussi si la personne est - ou non - derrière son mobile, à l'instant T. Ou depuis combien de temps elle n'est plus connectée,