Accéder au contenu principal

Voilà la cause

"L'ensemble des causes d'un phénomène est inaccessible à l'intelligence humaine, mais le besoin de rechercher ces causes est inscrit dans l'âme de l'homme. Et l'intelligence, étant incapable de saisir la multiplicité et la complexité des conditions d'un phénomène, dont chacune peut paraître la cause, s'empare de la plus proche, de la plus facile à comprendre, et déclare : voilà la cause". 

Cette phrase, qui débute la deuxième partie du quatrième et dernier livre de Guerre & Paix, est au cœur d'une réflexion que Tolstoï met plusieurs fois en avant. Rien n'arrive simplement, rien ne se passe sans qu'une multitude de causes engendrent l'événement en question. Et parallèlement, nous nous efforçons sans cesse de trouver une cause immédiate, évidente, simplificatrice.

"Lorsqu'il s'agit d'événements historiques (dont l'étude porte sur les actes des hommes), c'est tout d'abord à la volonté des dieux qu'on a eu recours, puis à la volonté des hommes occupant la place la plus en vue de l'histoire, les héros historiques. Mais il suffit d'aller jusqu'au fond de n'importe quel événement historique (…) pour se convaincre que la volonté du héros historique non seulement ne dirige par les actions des masses, mais qu'elle est elle-même constamment dirigée". 

Les managers de toutes les grandes entreprises devraient lire Tolstoï. Ce serait sans doute plus formateur que toutes les formations par lesquelles ils passent. Les hommes politiques aussi, d'ailleurs. Nous sommes en permanence bercés par l'illusion qu'ils gouvernent, qu'ils décident, qu'ils gardent le contrôle sur les événements. Un tel pouvoir mériterait probablement quelques nuances.

J'aime plutôt l'idée que tout ne provient pas d'une simple liberté, d'un libre-arbitre, d'une décision souveraine. Que la plupart des choses qui se produisent dans notre vie émanent d'un ensemble complexe, incompréhensible à notre intelligence. Et j'aime donc Tolstoï, comme j'aime Spinoza et sa définition de la liberté humaine.

source photo : http://www.demilked.com/rosy-magenta-dawn-morning-photography-alex-ugalnikov/

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent