Accéder au contenu principal

Le hashtag de l'émotion

L'un des plus grands dangers, je crois, au fil des ans, consiste à installer entre le monde et soi une forme de distance. Rien n'est plus normal : face aux aléas de la vie, aux tristesses personnelles comme aux drames dont l'actualité se fait écho régulièrement, on se prémunit comme on peut… en s'endurcissant. On apprend à contrôler nos émotions, à retenir nos pleurs, à ne plus être affecté par le moindre malheur, la moindre catastrophe.

Le pire, sans doute, est d'arriver à un point où nos émotions elles-mêmes deviennent convenues. Je ne crains rien moins que les personnes dont les pleurs s'actionnent sur commande. Une larme n'en est plus une, si elle est dénuée de sincérité.

#JeSuisCharlie : le personal branding de la compassion

Ce n'est pas un sujet simple. J'ai par exemple eu envie, moi aussi, de réagir au massacre dont le Kenya a récemment été victime. Car - comme tout le monde probablement - je trouvais ce crime atroce, révoltant, inhumain. Mais est-ce à dire, pour autant, qu'il faille à chaque massacre partager les photos des victimes ? Ou changer de cover et devenir Kenyan, après avoir été Charlie ?

Combien de drames, encore, d'ici cinq, dix, ou vingt ans ? Faudra-t-il - à chaque fois - modifier sa profile picture, utiliser le bon hashtag, prendre un selfie de tristesse ? Pire, serons-nous assez fous, ensuite, pour mesurer le nombre de tweets publiés ? Le R.O.I des crimes, les analytics des attentats terroristes ? Assez fous pour hiérarchiser la compassion des hommes, après avoir hiérarchisé l'horreur des catastrophes ?


Nous vivons dans un monde étrange, à bien des égards. Pour y survivre, il faut parvenir - non pas à contrôler nos émotions - mais bien au contraire à les libérer. Il faut se défaire de ce film transparent qui nous sépare du monde, des choses, des gens.

Il faut se voir, parler, imaginer, s'aimer, trouver des solutions aux problèmes sur lesquels nous pouvons agir. Ne pas avoir honte d'être sensibles, d'être touchés, d'être affectés. Et néanmoins, demeurer vigilants, respectueux des victimes.

L'émotion libérée, intimement

La folie des hommes continuera d'apparaître régulièrement sur mes flux d'actualité, des images morbides continueront d'être soumises à ma rétine, et Facebook me donnera toujours la possibilité d'aimer ces photos terribles, ces vidéos traumatisantes. 

Je continuerai de pleurer, donc, mais dans l'intimité de ma conscience. 
Pour ne jamais m'habituer au pire. Et ne pas faire de mon émotion une facette de mon e-réputation.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent