Accéder au contenu principal

Vivre en France, en 2015, c'est cool

À force, on ne s'en rend même plus compte. Je suis né dans les années 1980, et j'ai toujours eu le sentiment de vivre dans un monde en crise. En crise perpétuelle. Nous broyons du noir, sans jamais voir le bout du tunnel. Si l'on écoute la musique ambiante, tout - de l'École à l'Hôpital, en passant par le monde du travail, la sécurité sociale, l'université, les caisses de retraite, l'intégration - irait mal. Le marasme généralisé.

Comme j'ai envie de vous redonner le sourire, et du courage pour affronter votre quotidien maussade, voici 7 raisons objectives de se réjouir de vivre ici, en 2015 :

  1. L'espérance de vie en France, en 2015, est de 78 ans pour les hommes, et de 85 ans pour les femmes. Ça a l'air de rien, comme ça, mais juste pour mémoire, en 1715, un enfant sur deux mourait avant l'âge de 10 ans, et l'espérance de vie ne dépassait pas 25 ans. Donc déjà, l'un des avantages de vivre en France en 2015, c'est de pouvoir vivre.
  2. Deuxième avantage, et pas des moindres, quand on est né au XXe ou au XXIe siècle : des centaines de milliers d'auteurs géniaux ont vécu par le passé, et nous ont laissé un héritage culturel complètement dingue. Victor Hugo, Baudelaire, La Fontaine, mais aussi Platon, Aristote, Spinoza ; ou encore Stendhal, Proust ou Edmond Rostand. Des œuvres géniales ont été écrites, qui n'attendent qu'une chose : être lues par nous, puis relues, voire apprises par cœur. Nous avons l'embarras du choix, puisque 130 millions d'ouvrages ont été publiés depuis l'invention de l'imprimerie.
  3. Il en va de même pour la musique. Plus de 20 millions de chansons sont par exemple disponibles sur Spotify. Nous vivons une époque où il est possible de se connecter à une plateforme de streaming musical, pour écouter à peu près ce que l'on veut. On n'est pas contraint de se farcir le barde du village, au moment de nos banquets. On peut réellement trouver la musique que l'on aime, et la partager ensuite, la faire découvrir à d'autres.
  4. Autre avantage (et là encore, on ne le mesure pas assez) : même si vous souhaitiez trouver la plus lointaine destination, je veux dire, vraiment très très loin d'ici, avec suffisamment d'argent, vous avez la possibilité d'aller n'importe où en moins de 25 heures. Auparavant, en 25 heures, vous alliez en Belgique, éventuellement. Par des chemins tortueux et boueux. C'était moins exotique.
  5. Aujourd'hui, vous pouvez manger à peu près ce que vous voulez, sans chasser, sans pêcher, sans traire, sans élever le moindre animal. Vous pouvez même vous faire livrer à domicile. Des produits qui viennent du monde entier, qui ont été péchés et chassés par d'autres hommes ; mais aussi lavés, coupés, dépecés, transportés, acheminés, préparés, emballés, pour vous. Même le plus grand Prince des siècles passés vous envierait.
  6. En 2015, on ne sait pas tout, bien sûr, sur le monde. Les mystères sont encore nombreux. Mais bon, vous en conviendrez, on est un peu moins ignares que nos ancêtres. On sait par exemple que la Terre n'est pas plate. On a classé plusieurs millions d'espèces animales. On y voit un peu plus clair, dans pas mal de domaines. Et ça fait du bien, de savoir tout ça. D'aller au Muséum d'Histoire naturelle pour découvrir de nouvelles choses.
  7. Dernière vraie raison de se réjouir, quand on vit en 2015 : Twitter a été inventé. Youtube aussi. Apple, je n'en parle même pas. Des technologies, des services, des applications, par centaines de milliers, qui viennent jour après jour nous offrir de nouvelles opportunités, dans notre vie quotidienne. Nous permettant à notre tour de créer, d'inventer, d'imaginer… Aucun être humain n'a eu cette chance, à ce point, auparavant
© photo by Philipp Götze

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent