Accéder au contenu principal

Que restera-t-il de nous ?

Je ne sais pas si ça vous fait ça, vous aussi. Devant une vieille photographie, usée, qui présente quelques personnages aujourd'hui disparus, à l'époque souriant, je ne peux m'empêcher de m'imaginer leur vie, la façon dont ils se comportaient, ce à quoi ils pensaient, à l'instant précis où l'appareil figeait à jamais leur regard sur la pellicule. 

Ils ne connaissaient pas grand chose du monde actuel, mais eux aussi rêvaient, s'aimaient, travaillaient, espéraient, projetaient, imaginaient. Leur vie, en fin de compte, n'était pas très différente de la nôtre. C'est pourquoi il est si facile de les comprendre, et de mesurer ce qu'ils ont traversé, face aux tragiques événements de leur Histoire - le siècle passé n'était pas des plus tranquilles, c'est le moins que l'on puisse dire. 

Des mots d'Aragon me reviennent bien souvent, comme un refrain : "ne voyez-vous pas, malheureux enfants, que tout ce que nous fûmes se dresse devant vous et vous défend le seuil mauvais des brumes ? Ce que nous étions, nous l'avons payé plus qu'on ne l'imagine. Et regardez ceux qui vont, foudroyés, sans cœur dans leur poitrine. Ils s'imaginaient d'autres horizons, d'autres airs de musique. (…) Moi, j'ai tout donné, mes illusions, et ma vie, et mes hontes, pour vous épargner la dérision de n'être au bout du compte que ce qu'à la fin, nous aurons été, à chérir notre mal. Le papier jauni des lettres jetées au grenier dans la malle". 


Que reste-t-il, en effet, de vos ancêtres, de leur vie, de leurs peurs, de leurs espoirs ? Connaissez-vous seulement le prénom des parents de vos grand-parents ? Comment en savoir davantage sur leur vie respective, autrement qu'en relisant leurs lettres, qu'en retombant sur le vieil album du salon, où les images se décollent déjà ?

Et puis, qu'en sera-t-il de nous ? Nous, qui passons nos journées à écrire, à photographier, à publier des messages ici ou là, sur Internet. Comme si nous nous efforcions de laisser le maximum de traces de notre passage. Nos descendants se souviendront-ils de notre prénom, de notre visage, dans quelques centaines d'années ? Les miens liront-ils les phrases que j'écris aujourd'hui ? Peut-être. À moins qu'ils ne soient confrontés à d'autres problèmes.


Ça fait beaucoup de questions sans réponse. Ce qui est certain, c'est qu'il sera a priori beaucoup plus facile de se plonger dans la vie des personnes disparues. Les signes, laissées par elles, seront nombreux, et les outils, créés depuis, permettront d'aller fouiller leur existence en profondeur, j'imagine. Ou peut-être que le futur sera alors si excitant qu'aucun individu ne sera vraiment intéressé par ce lointain passé, où Internet n'en était encore qu'à ses débuts. 

Le plus important, ce n'est pas tant les traces qu'on laisse derrière soi : les photos, les vidéos, les écrits, les dessins… Ce qui compte vraiment, c'est ce qu'on transmet - sans le vouloir, parfois -, dans la façon dont on traverse l'existence. Dans la façon dont on se comporte. Dans le bien qu'on fait autour de soi, dans les idées qu'on soutient, les projets qu'on réalise. C'était déjà le cas auparavant, ça l'est toujours aujourd'hui. Ça le sera demain. L'héritage immatériel. 

source illustration : Arsheef

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi