Accéder au contenu principal

Sourire d'apaisement

Il y a l'odeur de la mer, au Pouliguen, quand s'ouvre la porte de la maison, et qu'on aperçoit l'horizon des vacances. J'ai encore l'âge de l'insouciance, et je sais que les jours qui s'annoncent seront doux, sablés, ensoleillés ; je sais que je pourrai bientôt plonger dans l'océan, sentir le sel dans mes cheveux, les vagues qui roulent et m'emportent. On lira Agatha Christie sur la plage, avant de rejoindre le trou du diable, pour finir la journée par la crêperie perchée sur son rocher.

Il y a l'herbe fraîche de Soucy, sur laquelle on étend une large couverture, pour s'allonger dans les parfums du printemps, sous les branches du cerisier, au bout desquelles renaît doucement la vie. J'ai mes écouteurs d'iPod dans les oreilles, et je sens poindre la sueur sur mes avant-bras baignés de soleil. Mes frères et sœurs sont affairés, dans le jardin : jardinage, dessins, siestes et arrosage. Bientôt,  des enfants joueront dans l'arc-en-ciel du jet-d'eau qu'on fait tournoyer. 

Il y a la montagne, immense, fière, italienne, qui se dresse vers un ciel pur de tout nuage. C'est Craveggia, ce petit village perdu au beau milieu de nulle part, et j'entends les cloches de l'église qui teintent dans mon souvenir. Je joue à Mario Bros sur la Nintendo, et j'aime voir la façon dont avance Yoshi. Plus tard, on pourra s'éclater avec Street Fighter. À force d'appuyer sur tous les boutons, on finit par découvrir des coups sublimes. Ensuite, je pourrai m'installer dans le salon pour lire Thorgal, en écoutant Clémence qui joue du piano.

Il y a Soprano, mon chat d'alors, qui monte l'échelle jusqu'à mon lit en hauteur, et dont j'aperçois soudain la tête tigrée, ébouriffée. Il ronronne déjà, et je peux le prendre contre moi, plonger la main dans sa fourrure généreuse. L'appartement de la rue Gay-Lussac est plutôt grand, mais il sait où me trouver, pour avoir quelques caresses. 


Il y a la voix de Miossec, dans la petite voiture blanche, sur les routes de Fécamp. Je suis bien. Je n'ai rien à craindre, rien à redouter. Je peux me détendre, observer le paysage au travers de la fenêtre. Je termine mes études de Lettres ; ma vie se déroule de la meilleure des façons. Je n'ai pas encore vingt ans, et je me sens pourtant déjà adulte, libre, pour croquer l'existence à pleines dents. Tout à l'heure, les pieds se croiseront sous la couette, et nous rirons de voir Eugénie, avec son narguilé.

Il y a cette partie de poker, avec ces si proches amis, dans le désert américain. Nous roulons depuis plusieurs jours, d'un lieu magique à un autre. La vie nous appartient. Et voilà que nous sommes installés en terrasse, sur ces bancs en bois ciselé, les jambes étendues sous la table, pour achever une douce soirée d'été en faisant tomber les cartes. Plus tôt dans la journée, nous galopions dans Monument Valley, comme de vrais cow-boys. Et c'était presque trop beau pour être vrai.

Il y a enfin le week-end qui s'annonce, la neige qui est tombée aujourd'hui, et qui me rappelle tant de souvenirs. Je vais pouvoir ajouter de nouveaux instants, bientôt, à cette liste précieuse de moments délicieux. Ces minutes où le temps suspend son vol, où l'on peut lâcher prise, observer autour de soi, penser à ceux que l'on aime, et sourire.

Oui, sourire, simplement. Sourire d'apaisement.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d