Accéder au contenu principal

Les Wearables, objets magiques ?

C'est l'une des grandes tendances, pour les cadeaux de Noël. Il suffit de voir les pubs dans le métro. Les "wearables" semblent en passe de conquérir durablement le marché français. On parlait déjà des objets connectés, qui ont avec le Big Data un avenir indéniable, puisque le BCG estime que cela représentera 8 % du PIB européen en 2020. Voici maintenant les objets connectés embarqués.

Ce sont les premiers sur lesquels se ruent les consommateurs en ce moment. Smartwatch, bracelet connecté, mesureur de pouls, Fitbit et autres merveilles semblent se vendre comme des petits pains. Selon une étude du cabinet IDC, les ventes mondiales d'objets connectés à porter sur soi devraient atteindre 19 millions d'unités en 2014 (trois fois plus qu'en 2013), et frôler les 112 millions en 2018. Toutes les études concordent.

Nous vibrons, au sens propre. De partout.

Il ne suffit plus d'être correctement habillé, coiffé, maquillé, ou équipé, il faudra bientôt être correctement augmenté. Si tu n'as une Smart Rolex à 50 ans, tu auras raté ta vie. Il semble que nous soyons, en tant que consommateurs, attirés par ces nouveaux produits-là. 

Nous vibrons, mais non plus au sens figuré, comme autrefois, traversés par des passions soudaines, profondes, véritables ; nous vibrons au sens propre, de partout. Du poignet, de la poche, des chaussures. Nous vibrons en fonction des messages que nous recevons, des amis qui nous joignent, des "exploits" que nous accomplissons (comme par exemple courir 12 km par semaine, sans savoir très bien pourquoi). 


Il manque à mon avis des "wearables poétiques". Des objets connectés qui ne me diraient rien du nombre de pas que je fais chaque jour, du nombre d'étages que je grimpe, du nombre de calories que je brûle. De toutes façons, ces informations ne m'intéressent pas. Je ne cherche pas à perdre du poids, je vais à la piscine deux fois par semaine depuis quatre mois, et je mange à ma faim. Je préférerais que ces appareils futuristes m'apportent de la fantaisie, du songe, de l'émerveillement. 

Wearable poétique

J'en ai un peu marre de ces "smart" phones, "smart" watches, "smart" glasses. L'intelligence ne fait pas tout, dans ce monde. Les mathématiques, les calculs, les mesures, les données, les statistiques, finissent par nous user tous. 

Je voudrais un bracelet connecté qui me dise combien de personnes ont pensé à moi aujourd'hui, et qu'importe si c'est faux, s'il n'y a aucun moyen de le savoir. Je voudrais un objet vraiment magique qui me fascine, qui me trouble, qui me charme. Un objet qui me dirait quel temps il fait derrière les nuages, qui me trouverait un alter ego lointain, qui me dessinerait un idéal.

Oui, c'est ça que j'aimerais avoir, pour Noël.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent