Accéder au contenu principal

J'ai besoin d'essentiel

Il y a des moments où je ne m'en rends pas vraiment compte. Des périodes où je suis concentré sur des objectifs professionnels, où je prépare des réunions, où je suis focalisé sur des sujets immédiats, qui ne tolèrent aucune distraction. Mais ça revient toujours, soudainement ; il suffit que la magie de Noël illumine les grands magasins, que les premiers sapins fassent leur apparition sur les trottoirs, encore dans leurs filets, devant les fleuristes. Il suffit que le froid m'amène à m'emmitoufler dans mon manteau, à relever mon écharpe, encore toute emprunte des parfums du ski, des vacances de l'année passée. L'odeur de la montagne, des pentes enneigées, de la vitesse et de la liberté.

Toujours, ça revient. Ça ressurgit. J'ai envie de vivre un moment fort, d'avoir le cœur qui bat un peu plus vite, les yeux qui s'illuminent. Envie d'avoir les poils qui s'hérissent sur les avant-bras, envie d'avoir les cheveux dans le vent, envie de me sentir vivre.


Il suffit que j'écoute quelques notes de Beethoven (morceau que je commence tout juste à jouer) :


C'est sans doute notre désir commun. C'est pourquoi nous aimons. C'est aussi ce qui explique qu'on soit si nombreux à tenter des choses, parfois très périlleuses. Ce que la récente publicité Lacoste montrait très bien. Les aventures quotidiennes, les sauts vers l'inconnu que nous faisons tous, à notre échelle, dans nos vies respectives. Pour résoudre cette même équation. Pour nous procurer ce même plaisir fondamental. Pour répondre au même besoin.

Ce besoin d'essentiel. 

Commentaires

  1. C'est sûrement inhabituel qu'une nana qui parle futilités à longueur de journée te laisse un commentaire par ici.. Mais je tenais vraiment à te dire que ta plume est sublime et touchante. Les sauts vers l'inconnu, perdre le contrôle même un instant, nous fait simplement sortir de notre routine quotidienne. C'est à la fois angoissant et exaltant.

    Nina.

    RépondreSupprimer
  2. One of the times that we most feel alive is the moment when we are hurt after we love,we realize we are living in real world.I like the moonlight sonata tough.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d