Accéder au contenu principal

Si je me compare à mon iPhone…

On mesure mal, je trouve, tout ce qu'on demande à nos appareils, quotidiennement. Un soir récent - j'étais fatigué alors - j'ai pensé à ça, et j'ai commencé à imaginer mon corps comme une machine similaire, perdue au milieu de l'offre numérique, sur un étalage de la Fnac (j'étais probablement très fatigué, ce soir-là). 

Caractéristiques techniques et dimensions

Je suis disponible en blanc, uniquement, cheveux châtains, yeux marron clair. Je mesure 1m80. Je suis tactile, je réagis à différents stimuli. J'ai une capacité de stockage d'informations relativement colossale, mais qui tend à faiblir à partir d'un certain âge. J'ai une autonomie de quinze heures, environ : ensuite, il est nécessaire de me mettre en veille pendant 6 à 7 heures, minimum. Autrement, je tourne au ralenti et je lag à mort. 

Je suis relativement fragile, même si mon enveloppe corporelle se régénère d'elle-même en cas de rayures superficielles, ce qu'aucun appareil électronique n'est encore capable de faire. C'est bien mieux qu'un simple revêtement oléophobe qui résiste aux traces de doigts.

Bon, mais je dois reconnaître que je n'ai aucun écran, aucun appareil photo intégré. Pas de filtre infrarouge hybride. Ni aucune caméra. Je ne vois pas la nuit et je ne suis pas capable de générer de moi-même une lumière soudaine, pour éclairer mon environnement. Je n'ai pas d'accès Internet par défaut. Aucun réseau cellulaire intégré. Je suis également incapable de calculer 23938,3348 x 288374,462 / 343726 x 3289,6 en moins de trois jours. Alors que mon iPhone m'indique le résultat sans rechigner. 

Toutefois, en dehors des calculs mathématiques compliqués, je réponds (au moins approximativement) aux questions qu'on me pose, comme Siri. Je peux analyser un propos, en comprendre le sens, et porter un raisonnement cohérent. Je peux aussi reconnaître certains morceaux de musique en quelques notes à peine. Mais à partir d'une liste limitée, que l'on peut mettre à jour heureusement, régulièrement.

Capteurs

Je suis doté d'un grand nombre de capteurs. Cela me permet d'entendre, de voir, de toucher, de sentir, de percevoir. J'ai l'équivalent d'un accéléromètre, d'un gyromètre, d'un détecteur de proximité, ainsi que d'un capteur de luminosité ambiante. J'ai un bon sens de l'orientation, mais sans doute moins  efficace que Google Maps, je l'admets. Je peux comprendre également qu'un danger imminent me menace. Je peux - sous certaines conditions - m'en prémunir. Et ça, c'est quand même pas mal.

Je suis waterproof, mais si vous me laissez plus de 5 minutes complètement immergé, je risque d'être définitivement inutilisable. 

Mon gros avantage (en toute humilité), c'est que je suis parfaitement sans fil. Aucun connecteur d'aucune sorte. Le seul câble dont j'étais doté a été coupé quelques secondes après ma naissance. Et je m'en porte très bien, d'ailleurs. Je n'ai même pas besoin de chargeur, il suffit de me poser dans un endroit confortable le temps nécessaire, et je recharge mes batteries de façon autonome. Mais, contrairement à un smartphone ordinaire, il est nécessaire de me nourrir plusieurs fois par jour, ce qui est potentiellement assez contraignant.

Vous pouvez me comparer, si le cœur vous en dit. Même si je ne suis pas sûr que vous me choisirez, en définitive. D'autant que je suis encore plus hors de prix qu'une machine fabriquée par Apple en Californie. C'est vous dire…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

L'image parle d'elle-même

35 % des Français interrogés par TNS Sofres  (en juin 2012) affirment avoir déjà posté plus de 100 photos en ligne. Un chiffre parmi d'autres, bien sûr, mais qui illustre assez bien notre époque : celle de la prééminence de l'image . La photographie avait déjà une place de choix dans les années 1980 ou 1990, c'est certain, mais elle est devenue une pièce maîtresse de la conversation .  L'image, élément de langage Comme le souligne très justement André Gunthert dans cet article  (que je vous recommande) : “ pour la première fois de son histoire, la photographie traditionnelle est devenue une pratique de niche au sein d'un univers plus vaste, structuré par les mobiles et les réseaux sociaux : l'image communicante ”. Et de rappeler qu'en France, en 2011, il se vendait 4,6 millions d'appareils photographiques (deux fois plus qu'à la fin des années 1990) contre 12 millions de smartphones. Le mobile et les réseaux sociaux sont de fait les

Remplacer “Week-End” par un mot français

T ous les lundis, on trouve des gens pour se plaindre . Et tous les vendredis, des gens pour se réjouir. C'est devenu habituel, commun, systématique. Des sites ont même été créés dans cet esprit.  http://estcequecestbientotleweekend.fr par exemple. Bien entendu, il y a des exceptions . Il y a des gens qui ne travaillent pas, ou des gens qui travaillent à temps partiel, voire des gens qui travaillent uniquement le week-end. Cela étant, on retrouve quand même ce rythme, éternel.  Ce qui est assez fou, quand on y pense, c'est que depuis le temps, personne n'a été capable en France de trouver un nom pour désigner le week-end . On utilise ce terme 150 fois par an, dans nos conversations, sans chercher à le remplacer par une expression made in France .  Bientôt le SamDim “Fin de semaine”, la traduction littérale de “week-end” désigne finalement le jeudi et le vendredi, dans le langage courant. Il faut donc trouver autre chose :  Je propose Samdim

Chacun sa chimère

“ S ous un grand ciel gris, dans une grande plaine poudreuse, sans chemins, sans gazon, sans un chardon, sans une ortie, je rencontrai plusieurs hommes qui marchaient courbés. Chacun d'eux portait sur son dos une énorme Chimère , aussi lourde qu'un sac de farine ou de charbon, ou le fourniment d'un fantassin romain. Mais la monstrueuse bête n'était pas un poids inerte; au contraire, elle enveloppait et opprimait l'homme de ses muscles élastiques et puissants; elle s'agrafait avec ses deux vastes griffes à la poitrine de sa monture; et sa tête fabuleuse surmontait le front de l'homme, comme un de ces casques horribles par lesquels les anciens guerriers espéraient ajouter à la terreur de l'ennemi. Je questionnai l'un de ces hommes, et je lui demandai où ils allaient ainsi. Il me répondit qu'il n'en savait rien, ni lui, ni les autres; mais qu'évidemment ils allaient quelque part, puisqu'ils étaient poussés par un invincible besoin d