Accéder au contenu principal

Si je me compare à mon iPhone…

On mesure mal, je trouve, tout ce qu'on demande à nos appareils, quotidiennement. Un soir récent - j'étais fatigué alors - j'ai pensé à ça, et j'ai commencé à imaginer mon corps comme une machine similaire, perdue au milieu de l'offre numérique, sur un étalage de la Fnac (j'étais probablement très fatigué, ce soir-là). 

Caractéristiques techniques et dimensions

Je suis disponible en blanc, uniquement, cheveux châtains, yeux marron clair. Je mesure 1m80. Je suis tactile, je réagis à différents stimuli. J'ai une capacité de stockage d'informations relativement colossale, mais qui tend à faiblir à partir d'un certain âge. J'ai une autonomie de quinze heures, environ : ensuite, il est nécessaire de me mettre en veille pendant 6 à 7 heures, minimum. Autrement, je tourne au ralenti et je lag à mort. 

Je suis relativement fragile, même si mon enveloppe corporelle se régénère d'elle-même en cas de rayures superficielles, ce qu'aucun appareil électronique n'est encore capable de faire. C'est bien mieux qu'un simple revêtement oléophobe qui résiste aux traces de doigts.

Bon, mais je dois reconnaître que je n'ai aucun écran, aucun appareil photo intégré. Pas de filtre infrarouge hybride. Ni aucune caméra. Je ne vois pas la nuit et je ne suis pas capable de générer de moi-même une lumière soudaine, pour éclairer mon environnement. Je n'ai pas d'accès Internet par défaut. Aucun réseau cellulaire intégré. Je suis également incapable de calculer 23938,3348 x 288374,462 / 343726 x 3289,6 en moins de trois jours. Alors que mon iPhone m'indique le résultat sans rechigner. 

Toutefois, en dehors des calculs mathématiques compliqués, je réponds (au moins approximativement) aux questions qu'on me pose, comme Siri. Je peux analyser un propos, en comprendre le sens, et porter un raisonnement cohérent. Je peux aussi reconnaître certains morceaux de musique en quelques notes à peine. Mais à partir d'une liste limitée, que l'on peut mettre à jour heureusement, régulièrement.

Capteurs

Je suis doté d'un grand nombre de capteurs. Cela me permet d'entendre, de voir, de toucher, de sentir, de percevoir. J'ai l'équivalent d'un accéléromètre, d'un gyromètre, d'un détecteur de proximité, ainsi que d'un capteur de luminosité ambiante. J'ai un bon sens de l'orientation, mais sans doute moins  efficace que Google Maps, je l'admets. Je peux comprendre également qu'un danger imminent me menace. Je peux - sous certaines conditions - m'en prémunir. Et ça, c'est quand même pas mal.

Je suis waterproof, mais si vous me laissez plus de 5 minutes complètement immergé, je risque d'être définitivement inutilisable. 

Mon gros avantage (en toute humilité), c'est que je suis parfaitement sans fil. Aucun connecteur d'aucune sorte. Le seul câble dont j'étais doté a été coupé quelques secondes après ma naissance. Et je m'en porte très bien, d'ailleurs. Je n'ai même pas besoin de chargeur, il suffit de me poser dans un endroit confortable le temps nécessaire, et je recharge mes batteries de façon autonome. Mais, contrairement à un smartphone ordinaire, il est nécessaire de me nourrir plusieurs fois par jour, ce qui est potentiellement assez contraignant.

Vous pouvez me comparer, si le cœur vous en dit. Même si je ne suis pas sûr que vous me choisirez, en définitive. D'autant que je suis encore plus hors de prix qu'une machine fabriquée par Apple en Californie. C'est vous dire…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou