Accéder au contenu principal

Harceler une femme, ce n'est pas normal

Ce n'est pas un problème simple, qui se règle en un tour de main. J'en ai bien conscience. Mais c'est un problème majeur, qui concerne une foule de personnes. Un problème dont on parle, sans  jamais trouver de solutions véritables. Un problème qui semble insoluble, et qui mériterait l'attention pleine et entière de la classe politique aujourd'hui. 

Je peux poser la question à ma copine. Ou à n'importe quelle connaissance féminine. Ma sœur, mes amies, mes collègues de bureau. Qu'importe. La réponse sera la même. Toutes les femmes vivent, régulièrement, ces situations où un homme - voire plusieurs hommes - se permettent des remarques grivoises, insistantes, et parfois insultantes. Dans le métro, dans la rue, dans l'ascenseur, des inconnus se croient libres de dire ce qu'ils veulent aux femmes qu'ils croisent.

Filles des rues

Le site américain medium a récemment publié un dossier en ligne qui permet de mesurer à quel point le phénomène est mondial. Tous les pays sont concernés. C'est un mal de notre époque. 

Le Monde, lui aussi, est revenu sur ce sujet, récemment. "Les témoignages reçus révèlent que les hommes osent bien plus apostropher les femmes quand elles sont seules (72 % des cas) que quand elles sont accompagnées". De fait, jamais, de ma vie, je n'ai été directement témoin d'une interjection de ce type, à l'endroit d'une femme qui marchait à mes côtés. Je ne suis pourtant pas le mec le plus balaise qui soit ; mais c'est comme si les hommes (je veux dire, ceux qui sont concernés, ceux qui se permettent habituellement d'interpeller les passantes de cette façon) me respectaient, moi. 


Il faudra qu'on trouve un jour une solution à ce problème. Qu'on passe une loi, comme en Belgique, pour lutter contre le harcèlement de rue. Une insulte à une inconnue : et bim, une amende. J'aimerais voir ça, avec des policières en civil, pour piéger les relous.

Il faudra qu'on renforce les politiques d'éducation - car l'éducation, surtout, est la clé du problème, incontestablement. Nous ne pouvons pas nous contenter d'accepter que la moitié de l'humanité subisse, en 2014, des insultes quotidiennes. Quand ce n'est pas davantage.

Car encore une fois, bien entendu, c'est un sujet complexe, qui n'est qu'un aspect d'un problème beaucoup plus vaste. Mais c'est un problème qui, en soi, mérite d'être considéré pleinement.

Venger les femmes

Xavier Dolan fait en ce moment la promo de son film, encensé par la critique. 
Comme les journalistes choisissent souvent la facilité, ils l'interrogent - encore et encore, à chaque interview - sur la raison qui le pousse à accorder une telle place à la mère, et aux femmes plus généralement, dans ses films.


J'aime sa réponse : 
"Les rôles de femmes sont plus intéressants et plus profonds, souvent, que les rôles d'hommes. La femme est en quête de positionnement dans la société par rapport à sa place, à ses droits, à ses libertés. Ça donne des personnages qui m'inspirent dans l'écriture, dans ma compassion pour elles, dans mon besoin de les défendre, de les comprendre, de leur donner la parole, de les laisser crier leur désarroi, de tenter de les faire gagner". Et aussi "la place de la femme dans la société me donne envie, avec le cinéma, de la venger. C'est le propre du cinéma. On a le droit. On a tous les droits, toutes les libertés, pour gagner la bataille. Pour faire ce que la vie ne nous laisse pas faire. C'est la beauté de ce média là, je pense". 

J'espère qu'il est possible de rêver qu'un jour, cette liberté existe au-delà de la simple fiction. Dans la vie réelle. Pour de bon.

source photo : Young woman in a metro station, Tokyo, Japan, 1981.

Commentaires

  1. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  2. Joli texte sur un gros problème qui plombe en effet grandement notre société. Je me demande combien ils sont, en proportion de la totalité de la gent masculine ...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent