Accéder au contenu principal

Du mauvais sang

Parmi les personnes que je croise, tous les jours, dans la rue, dans les transports en commun, nombreuses sont celles - sans doute - qui sont préoccupées par des problèmes à venir. C'est à elles, en particulier, que je m'adresse ici. À toutes celles, et à tous ceux, qui se font aisément un sang d'encre. 

La peur au ventre

J'ai toujours été marqué par cette expression : "se faire du mauvais sang". C'est étonnant qu'on l'utilise encore, en dépit de son caractère moyenâgeux. Nous ne pratiquons plus les saignées depuis des décennies, mais conservons cette formule étrange. Comme si de l'inquiétude, de l'anxiété, naissait réellement un sang moins "bon", moins "pur", ou de moins bonne qualité.

C'est une réalité qu'on connaît tous. On se retrouve dans son lit, la tête dans l'oreiller, l'obscurité est totale, et pourtant… impossible de dormir. Le sommeil ne vient pas. Les pensées, nombreuses, s'agitent, fructifient, se démultiplient, pour vous étreindre finalement. L'angoisse peut aussi surgir soudainement, en pleine journée. Il faut la contenir, la maîtriser. Mais le point essentiel, à mon sens, c'est que la peur, elle-même, est souvent la cause principale du problème. On se fait souvent du mauvais sang pour de mauvaises raisons.


Cela renvoie directement à la fameuse phrase de Paul Valéry : "la plupart de nos ennuis sont notre création originale" (Tel Quel). Il est important d'en prendre conscience. De lutter contre cette tendance-là. 

L'effet NOCEBO

D'autant que les conséquences peuvent être importantes. C'est parce qu'on s'inquiète que certains symptômes surgissent brusquement, quelquefois. Ce phénomène porte même un nom : c'est l'effet nocebo (l'exact contraire de l'effet placebo).

Les exemples de ces prophéties auto-réalisatrices sont nombreux : on a observé des troubles apparus chez certains riverains d'une antenne-relais de téléphone mobile, alors même que l'installation n'avait pas encore été mise en service. Ces gens-là se faisaient du mauvais sang, sans raison véritable.

C'est parfois le cas, littéralement, d'ailleurs. Les femmes qui se croient sujettes au risque d'arrêt cardiaque présentent quatre fois plus de risques de mourir de maladie cardiovasculaire que celles ayant les mêmes facteurs de risque, selon un article publié en 2009 dans Courrier International : "Attention : se croire malade peut rendre malade" Helen Pilcher - New Scientist.


Bon sang !

L'effet nocebo a enfin été démontré scientifiquement, en 2011 : 22 volontaires devaient se prononcer sur une sensation de douleur dans une jambe. On leur injectait un analgésique, sans les prévenir. Quand on finissait par les informer qu'un produit apaisant était en train de leur être injecté, la douleur diminuait davantage. Et lorsque - sans rien modifier - on leur disait qu'on arrêtait d'injecter ce produit, la sensation de douleur revenait brutalement.

CQFD. 

Il est donc crucial d'avoir conscience de l'effet de nos peurs, au quotidien. Celles-ci ne sont pas bonnes conseillères. Elles génèrent parfois ce qu'on redoute effectivement. Et empiètent potentiellement sur notre santé. Ne craignez rien.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent