Accéder au contenu principal

Comment ça marche ?

Lorsque je travaillais à L'Atelier BNP Paribas, ma mission principale consistait à éplucher des études du MIT ou d'autres universités prestigieuses dans le domaine des nouvelles technologies. Il y avait aussi des communiqués de presse, proposés par des entreprises innovantes. À chaque fois, je devais en tirer la substantifique moelle, pour publier un article (comme celui-ci, ou celui-là, par exemple). La plupart du temps, il fallait aussi interviewer l'auteur de l'étude - chercheurs, consultants, inventeurs… - ou le responsable de ladite entreprise, afin d'avoir des explications complémentaires.

Comprendre en profondeur

Ma responsable insistait toujours sur un point : il fallait comprendre "comment ça fonctionnait". L'invention, l'innovation, le système, aussi disruptifs qu'ils pouvaient être, n'étaient intéressants qu'à partir du moment où l'on en comprenait les tenants et les aboutissants, d'une part, mais aussi et surtout les rouages intérieurs. 

Combien de fois ai-je dû retravailler mon papier, car j'étais resté trop "en surface", justement. J'ai énormément appris lors de cette expérience - et je n'ai plus jamais lu les journaux de la même façon ensuite. Mais cela m'amène à la réflexion suivante, aujourd'hui : suis-je capable, réellement, de comprendre comment fonctionnent "techniquement" la plupart des objets innovants que j'utilise au quotidien ?

La réponse est non, bien évidemment. J'aime énormément mon iPhone, et tout ce qu'il m'offre comme applications diverses, mais si je devais le reconstruire - à la manière d'un enfant, avec ses lego - j'en serais bien incapable. Apple le sait, et le revendique même.


À propos des enfants, et de leurs petites constructions, je note que les "surprises" que l'on trouve dans  les Kinder Surprise sont aujourd'hui d'une simplicité aberrante. Quand j'étais enfant, il fallait du temps pour assembler les petites pièces, reconstituer son personnage. Désormais, il suffit d'emboiter la tête au reste du corps.

La magie technologique

Certes, c'est probablement pour des raisons éloignées de notre sujet. Les autorités sanitaires considèrent probablement que de trop petits éléments risqueraient de causer des étouffements chez les jeunes enfants. Il n'empêche, nous vivons - et c'est le cœur de mon propos - dans un monde où "savoir comment ça fonctionne ou comment ça se construit" importe relativement peu, côté grand public.


Et je trouve que ça doit nous interpeler, collectivement. Car lorsque le monde sera entièrement envahi d'objets connectés de toutes sortes, je ne sais pas comment j'expliquerai à mes enfants "comment ça marche". 

Je serai obligé de les bullshiter en feignant de ne pas comprendre la question, en parlant d'Internet, du fait que tout est connecté, que c'est bien pratique, etc. Ou peut-être que mes enfants finiront par ne plus poser de question, et par accepter de vivre dans un monde "magique" ou les choses communiquent entre elles, tout bêtement, comme la théière de La Belle et la Bête

Moi-même, je ne suis pas sûr que j'ai été tout à fait convaincu par ce que mes parents ont répondu quand je leur ai demandé comment ça fonctionnait, exactement, l'électricité. D'ailleurs… je ne m'en souviens plus.

Avec un peu de chances, il y aura toujours Les P'tits Bateaux sur France Inter. "Bonjour, je m'appelle Timothée, j'ai quatre ans, et je voudrais savoir comment l'iWatch indique à distance à mon pédiatre la fréquence de mon rythme cardiaque. Merci."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Puisqu'il faut vivre avec

J e ne sais même pas par où il faudrait commencer. Ce n'est finalement pas simple d'écrire face à une situation inédite, imprévisible, surprenante, historique. J'ai plutôt l'habitude de décrire ici de petits aspects du quotidien, de partager des réflexions personnelles, sans grande prétention. Soudain, le monde s'écroule. Tenir un blog en pleine crise sanitaire mondiale apparaît quelque peu illusoire.  J'écrivais pourtant, sur ce même blog, il y a plusieurs années maintenant, ce sentiment de vivre depuis ma naissance le temps des crises perpétuelles . J'entendais parler depuis toujours - du moins était-ce mon sentiment - de crise. Crise de l'éducation nationale, crise du travail, crise identitaire, crise de l'hôpital, crise écologique bien sûr, crise migratoire, crise économique, j'en passe et des meilleurs. La crise était devenue la norme. Et c'est de nouveau le cas, il me semble. Nous vivons l'époque d'une crise continue.

Derrière les mots et les images des médias sociaux

J amais il n'y avait eu de si longues périodes de silence sur mon blog. Aucun post depuis février. Je crois que j'avais besoin de prendre un peu de recul. De m'interroger aussi sur ma présence en ligne. Allez savoir si c'est l'âge - le mien, d'ailleurs, ou celui d'Internet - ou autre chose encore : mais on finit par se poser des questions sur ces mots qu'on donne à lire. C'est sans doute à force de consulter les plateformes sociales. Toutes ces images, ces vidéos, ces sourires affichés, qu'on voit quotidiennement. En sachant aussi ce qu'ils cachent. C'est notre époque : nous possédons des outils de plus en plus performants pour communiquer, mais ce que nous communiquons est souvent loin de ce qui nous anime véritablement. Souvent loin de ce que nous sommes. En résulte sans doute parfois un certain mal-être, qui est compensé par ces mêmes outils numériques nous offrant des solutions de méditation ou des cures de sommeil. C'est la montr