Accéder au contenu principal

Comment ça marche ?

Lorsque je travaillais à L'Atelier BNP Paribas, ma mission principale consistait à éplucher des études du MIT ou d'autres universités prestigieuses dans le domaine des nouvelles technologies. Il y avait aussi des communiqués de presse, proposés par des entreprises innovantes. À chaque fois, je devais en tirer la substantifique moelle, pour publier un article (comme celui-ci, ou celui-là, par exemple). La plupart du temps, il fallait aussi interviewer l'auteur de l'étude - chercheurs, consultants, inventeurs… - ou le responsable de ladite entreprise, afin d'avoir des explications complémentaires.

Comprendre en profondeur

Ma responsable insistait toujours sur un point : il fallait comprendre "comment ça fonctionnait". L'invention, l'innovation, le système, aussi disruptifs qu'ils pouvaient être, n'étaient intéressants qu'à partir du moment où l'on en comprenait les tenants et les aboutissants, d'une part, mais aussi et surtout les rouages intérieurs. 

Combien de fois ai-je dû retravailler mon papier, car j'étais resté trop "en surface", justement. J'ai énormément appris lors de cette expérience - et je n'ai plus jamais lu les journaux de la même façon ensuite. Mais cela m'amène à la réflexion suivante, aujourd'hui : suis-je capable, réellement, de comprendre comment fonctionnent "techniquement" la plupart des objets innovants que j'utilise au quotidien ?

La réponse est non, bien évidemment. J'aime énormément mon iPhone, et tout ce qu'il m'offre comme applications diverses, mais si je devais le reconstruire - à la manière d'un enfant, avec ses lego - j'en serais bien incapable. Apple le sait, et le revendique même.


À propos des enfants, et de leurs petites constructions, je note que les "surprises" que l'on trouve dans  les Kinder Surprise sont aujourd'hui d'une simplicité aberrante. Quand j'étais enfant, il fallait du temps pour assembler les petites pièces, reconstituer son personnage. Désormais, il suffit d'emboiter la tête au reste du corps.

La magie technologique

Certes, c'est probablement pour des raisons éloignées de notre sujet. Les autorités sanitaires considèrent probablement que de trop petits éléments risqueraient de causer des étouffements chez les jeunes enfants. Il n'empêche, nous vivons - et c'est le cœur de mon propos - dans un monde où "savoir comment ça fonctionne ou comment ça se construit" importe relativement peu, côté grand public.


Et je trouve que ça doit nous interpeler, collectivement. Car lorsque le monde sera entièrement envahi d'objets connectés de toutes sortes, je ne sais pas comment j'expliquerai à mes enfants "comment ça marche". 

Je serai obligé de les bullshiter en feignant de ne pas comprendre la question, en parlant d'Internet, du fait que tout est connecté, que c'est bien pratique, etc. Ou peut-être que mes enfants finiront par ne plus poser de question, et par accepter de vivre dans un monde "magique" ou les choses communiquent entre elles, tout bêtement, comme la théière de La Belle et la Bête

Moi-même, je ne suis pas sûr que j'ai été tout à fait convaincu par ce que mes parents ont répondu quand je leur ai demandé comment ça fonctionnait, exactement, l'électricité. D'ailleurs… je ne m'en souviens plus.

Avec un peu de chances, il y aura toujours Les P'tits Bateaux sur France Inter. "Bonjour, je m'appelle Timothée, j'ai quatre ans, et je voudrais savoir comment l'iWatch indique à distance à mon pédiatre la fréquence de mon rythme cardiaque. Merci."

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Ni pour, ni contre, bien au contraire

C ela fait un moment qu'aucun mot n'a été écrit sur ce blog. Les années passent. Je perds cette - bonne - habitude. Plus globalement, je partage moins mes pensées, mes envies, mes doutes sur les médias sociaux. J'ai un peu du mal à me positionner dans les débats quotidiens, un peu du mal à entrer dans l'arène des polémiques diverses, des controverses incessantes. Je n'ai plus envie ni d'être pour, ni d'être contre. Je ne réclame ni la démission d'untel, ni ne m'emballe pour le respect de la présomption d'innocence.  Je rêve de nuance, de précision, d'intelligence, de juste mesure. Je rêve de discussions, de conversations, où l'on prend autant de l'autre qu'on ne contribue soi-même à faire avancer une juste cause. Les duels exacerbés, systématiques, m'usent peu à peu. J'imagine que je ne suis pas le seul dans cette situation, à contempler sans mot dire les violentes échauffourées des plateformes sociales. Le temps de la jou

Parler vrai

Q uelques semaines après avoir commencé la vie active, lorsque j'avais vingt-quatre ou vingt-cinq ans, une grande campagne de communication a été lancée dans la banque où je travaillais comme Social Media manager.  Des affiches, des spots TV, des publicités online, des dispositifs innovants… l'artillerie lourde avait été sortie pour mettre en avant une formule qui devait marquer les esprits et convaincre, dans un contexte de défiance vis-à-vis des institutions financières.  Cela se résumait à deux mots : Parlons Vrai . Cette formule m'est revenue à l'esprit récemment.  Bien sûr, beaucoup de choses ont changé depuis. La crise de 2008 est loin derrière nous, la communication n'est plus le cœur de mon activité professionnelle, j'ai quitté la banque en question et, plus généralement, de l'eau a coulé sous les ponts. J'ai pourtant repensé à ces deux mots, mis l'un à côté de l'autre : "Parler vrai". Il arrive, si souvent

Il Est Toujours Temps D'Apprendre

I l y a quelques semaines, j'ai vu une conférence dans laquelle l'intervenant, Oussama Ammar, demandait s'il y avait dans l'assistance des personnes qui faisaient du sport régulièrement. De nombreuses mains se sont levées. De fait, de plus en plus de monde pratique une activité sportive, il suffit de croiser tous les runners  dans les parcs ou le long des avenues pour s'en rendre compte. L'intervenant soulignait que ce phénomène était finalement assez récent. Pendant longtemps, faire du sport régulièrement était une pratique qui se limitait à deux catégories de la population : les enfants, et les professionnels. Désormais, le sport se généralise. Il poursuivait en annonçant que le même phénomène allait se produire pour la Formation. Aujourd'hui encore, se former, apprendre, étudier, se limite généralement aux deux mêmes catégories de population : les enfants, à l'école, et les professionnels. Pourtant, rien n'est plus simple. Pour la premi